World of origine

Bienvenu sur 0rigine Wink

Forum du serveur jeux de rôles WoW

Désolé ! Ce serveur est fermé mais continue sa vie sur Imagina
http://imagina.forumgratuit.org/

    Procès de la cité de Hurlevent

    Partagez
    avatar
    GuillaumeMarchelieux

    Messages : 31
    Date d'inscription : 17/05/2014

    Procès de la cité de Hurlevent

    Message par GuillaumeMarchelieux le Dim 6 Juil - 8:58

    Capitaine Marchelieux a écrit:            Citoyens, citoyennes.

    Un tribunal d'exception a été formé dans le respect des normes, us et coutumes d'Hurlevent. Cette noble institution a été créée pour le procès de traîtres à votre Roi et à votre patrie. Vous pourrez assister au procès, ce dernier étant public, et vous assurez ainsi que la Loi de Hurlevent est toute puissante en ces Terres. La date a été fixé au ...

    Gloire à Hurlevent, longue vie au Roi !
    avatar
    Pholoween

    Messages : 114
    Date d'inscription : 14/08/2011
    Age : 21

    Re: Procès de la cité de Hurlevent

    Message par Pholoween le Sam 12 Juil - 11:52

    J'étais dans la cellule d'attente, a regarder vaguement le sol tout en surveillant les autres personnes louches présents. A un moment, je vois Andréa me tourner autour, puis se placer dans un coin. Bah ! Je ne vois pas pourquoi je trouve ça étrange... De toute façon, plus rien ne l'est... Dans une heure ou deux, j'aurais une corde autour du cou, les pieds se balançant dans le vide, alors pourquoi chercher a rendre un simple comportement logique et rationnel ?
    Je suis Pholoween Tanneur, alias Félix, ex-agent du SI:7 et je suis sur le point de mourir... Pourquoi est-ce que cette phrase ne me fait pas peur ? Pourquoi rien ne me fait paniquer ? Pourquoi ne suis-je pas en larmes à l'idée de perdre tout ce que j'ai pour aller au royaume des morts ? Je l'ignore... Tout ce temps au service de l'organisation pour un supérieur qui n'a aucune reconnaissance, qui me file les ordres et qui prend à peine le temps de regarder les rapports sans même donner une réponse... Mouais, tant de temps de service pour un gars sans intérêt, entouré d'agents aussi cons qu'inutiles et aucune reconnaissance... Voilà ce qui m'a mené là où j'en suis...
    "Des résultats, c'est tout ce que je veux !". Bien. Les résultats étaient là : Le vol des documents de l'Eglise, le partenariat avec Guillaume... Même la tentative de meurtre du p'tit aurait pu contribuer aux résultats de fin ! Au lieu de ça, Kroy envoie l'uns de ses larbins pour me tuer. Attaché et tenu fermement dans la neige, si Valek n'aurait pas été là, je serais mort... Mais non, manque de chance j'ai reconnu le poison et d'où il provient : c'est celui que j'utilise et on en trouve qu'a un seul endroit... C'est bien. Kroy recevra tous les agents qu'il enverra pour me tuer en pièces détachées et je saurais où les envoyer.

    Fermons cette parenthèse, et revenons au jour J. Le jugement.
    Guillaume est arrivé, en fanfaronnant comme à son habitude, nous a dit de nous mettre sur le fond de la cage, a passé les menottes a Andréa et moi, puis la fouille... Sur moi, elle n'a duré que quelques secondes, le temps d'enlever les clous de cercueils que j'avait pour crocheter la porte de la cellule et prendre la bouffe des prisonniers morts (Bien entendu les gardiens ne regardaient même pas l'état des prisonniers... Sauf une ou deux fois par mois). Bref, en gros il a enlevé mes clous, et il est passé à Andréa. Là, c'était tout un numéro. Et va y que le me colle a toi pour vérifier les poches de devants, que je me baisse bien pour vérifier les jambes et puis je vérifie si tu as des armes au niveau de ton cul... Je vérifie bien, je vérifie avec précaution, même ! Donc, un numéro à lui tout seul. Etrangement, Andréa esquissait un petit sourire presque sadique, et j'ai alors comprit qu'elle aurait pu m'être utile, si je serais toujours en vie après ça. Le capitaine nous a pris, m'a enchaîné plus fermement que les autres, j'était tenu par un garde et Guillaume, puis, en sortant de la prison, Jaguda est venu prêter main forte, au cas où je décide de me barrer... Ils sont vraiment con : je voudrai me barrer, je serais déjà plus là, il faut pas me laisser autant de temps dans une prison aussi médiocre...
    On arrive maintenant au tribunal, Andréa et moi sommes au premier rang, bien enchaînés, et commence la lecture des actes d'accusation.
    Andréa : complicité d'évasion de criminel hautement recherché par la couronne. ça devrait aller, elle ne sera pas punie trop sévèrement.
    Moi, enfin ils m'appellent encore Félix : Faux témoignages, corruption, tentative de suppression de témoin, menace, coups et blessures graves, évasion par magie démoniaque tentative de meurtre (ils ont oubliés de mettre de sang froid), agression sur représentant de la loi.
    Ils me demandent si je reconnais les faits, et je fait comprendre que non, je ne les reconnais pas tous. J'arrive a dégager "Corruption, agression d'un représentant de la loi". Bref, ça m'avance pas plus... Bon, je n'ai pas envie de retracer tout le procès, c'était assez chiant et je n'ai aucune envie de me rappeler de ça. Alors je dirais simplement que Drekzar a menti pendant son témoignage, et a vraiment de la chance que je sois enchaîné a ce banc, sinon il serait déjà mort, avec ou sans les gardes. Une nuque, ça se brise comme une brindille... Le juge, qui était assez louche, Emiade et Guillaume (suivi de Valek, un peu plus tard) se retirent et reviennent un certain temps après. Le juge ayant pris sa décision, il clame : "Andréa Monedra, vous êtes contrainte de payer des dédommagements a la couronne s'élevant à 1000 pièces d'or, et ce sera inscrit sur votre casier de justice."

    Puis, il me demande de me lever, me regarde et prend son temps pour dire : "Félix, l'Homme aux papiers, je vous condamne...

    ... à...

    ... L'exil de toutes les terres humaines allant du bois de la pénombre à Hautebrande, de la marche de l'ouest aux carmines. Retournez sur ces terres et vous serez capturé, puis exécuté sur le champ." Le marteau frappe, et mon coeur semble s'arrêter. La salle commence à s'agiter, et disent que c'est pas assez, que je mérite plus gros, mais le pire, c'est qu'ils ont raison... Je suis aussi surprit qu'eux ! Je jette un oeil a Guillaume et j'ai compris : "Je tenterais de t'exiler plutôt que de te condamner. Merci pour les documents." Il a réussi a convaincre le juge, ou il a réussi a faire en sorte qu'il obtienne l'exil dès le début.

    Le marteau frappe une nouvelle fois, et je suis reçu en confession par Emiade dans la première cellule où j'étais avant la téléportation. Nous discutons quelques instants, et lui fait une promesse qui ne regarde que moi. Après ça, je salue Emiade, la remercie, puis j'écrit un mot sur un morceau de parchemin, et demande a voir Drekzar. La haine que j'éprouve envers lui n'a plus lieu d'être, alors comme me l'a conseillé Emiade, je vais lui demander directement comment il a pu récupérer la parole. Guillaume m'enchaîne encore plus solidement, si bien que je suis obligé de tenir la demande entre les dents, puis me voilà dans la rue, marchant vers Drekzar qui se tenait avec Hazel et Emiade devant la taverne du cochon siffleur. Je suis tellement couvert de chaînes que le moindre mouvement ne peut se faire sans cliquetis métallique, et suis tenu par 4 gardes, dont Guillaume. J'arrive au jeune homme, lui tend la lettre qu'il donne a Emiade, par peur. Elle le lit puis sourit. Drekzar reprend le mot sous les mots de la prêtresse "Il faut savoir pardonner...
    -Vous avez raison !" Et il entre dans la taverne, sans lire le mot en se marrant... La haine que j'éprouve envers lui est revenue, et je ne lui conseille pas de sortir des terres humaines.

    Hazel m'a demandé d'aller aux Grisonnes pendant que Guillaume me traînait vers les chevaux, et Swen est venue insister pour me parler quelques secondes après. Elle nous a accompagné jusque Strangleronce, et nous avons traversé la région après que Guillaume soit partit.
    A présent je me limiterais aux terres naines, gobelines, a Kalimdor et au Norfendre... C'est pas si terrible que ça, ça laisse encore de l'espace...
    avatar
    Colekar

    Messages : 10
    Date d'inscription : 28/05/2014
    Age : 20

    Re: Procès de la cité de Hurlevent

    Message par Colekar le Dim 13 Juil - 14:48

    Si Andréa ne pouvait recourir qu'à une expression pour qualifier les premières vingt-quatre heures passées en dehors de sa cellule, ce serait "plus rapide que l'éclair". Il s'était passé tellement de choses, tellement de choses qui défilèrent trop vite pour êtres réellement comprises. Dès le début, c'était déjà quelque chose! Etre enchaînée, assise au premier rang d'une assemblée assez nombreuse alors qu'on a l'habitude de parler à seulement deux-trois personnes, c'est une sacrée expérience. Entendre le juge parler, évoquer les crimes qu'elle a commis, cela lui a fait comprendre qu'elle était dans l'erreur depuis le jour où elle avait rencontré Félix. Elle avait déjà imaginé sa propre mort depuis le début de son emprisonnement. Elle pensait même ne jamais revoir le soleil, à vrai dire. Pourtant, le soleil, elle l'avait vu, et la mort, ce n'était pas pour tout de suite.

    Deuxième épreuve: Guillaume. Le capitaine de la Garde Royale en avait fait des choses: dire à Andréa qu'elle serait sans doute appelée à "collaborer" avec des gardes en manque de relations humaines; se faire tripoter par le capitaine juste avant sa sortie de cellule vers le tribunal (oui, tripoter, la jeune femme n'avait pas d'autre mot pour qualifier ce qu'avait fait Guillaume); et pour finir, ses armes. Andréa Monedra avait récupéré tout son équipement, sauf les deux armes dont elle ne se séparait jamais. Pourtant, ce n'est pas comme si elle avait tenté d'assassiner quelqu'un ou autre, non. Même lors de sa fuite, qui n'avait pas duré longtemps, en Dun Morogh, elle n'y avait pas eu recours... C'est vrai que Jaguda était arrivé plutôt vite et avait asséné à la jeune femme un sacré coup sur la tête. En somme, comme elle l'avait dit au Capitaine Marchelieux, même si elle avait été libérée de la prison, c'était uniquement pour lui montrer que les barreaux changent: à Hurlevent, l'air semblait aussi malsain que celui qu'on pouvait respirer en prison, certes, l'odeur était différente, mais c'était seulement pour masquer ce mauvais air. Sans armes, Andréa ne pouvait pas quitter Hurlevent sans risquer de se faire agresser et mourir bêtement. Pourtant, elle avait sacrifié mille pièces d'or, une somme incroyable, surtout pour une jeune femme comme elle. Heureusement pour elle, elle était loin d'être bête, elle avait fait croire à Guillaume que c'était les économies de toute une vie alors qu'il restait une somme un peu plus importante dans son coffre, à la banque de Hurlevent. Elle s'empressa alors de demander le transfert de l'argent vers Baie-du-Butin, une ville où aucun humain ne pourrait saisir son or.

    Le lendemain, alors qu'elle comptait faire route pour Strangleronce, elle s'arrêta à Sombre-Comté et retourna même à Hurlevent en apprenant qu'une jeune fille avait été enlevée par on-ne-sait-quoi dans le bois de la Pénombre. Elle se joignit à un groupe de volontaires formés par le Capitaine Marchelieux, composé de Shae, Swen, Drekzar, Valérion et Dworkïn, si elle avait bien retenu leurs noms. Là-aussi, ce fut une sacrée journée: combattre des morts-vivants, une nécromancienne, ne pas se laisser attraper par les horribles araignées, et enfin rencontrer des worgens... Honnêtement, si elle avait pu retourner en arrière, s'emparer d'une arme de ses compagnons et trancher la gorge du nain avec, elle l'aurait fait. Ce petit idiot (l'expression était bien choisi) avait cru bon d'accuser les worgens de meurtres insensés. A vrai dire, Andréa ne se souvenait plus combien il en avait tué, un ou deux, mais c'était la même chose. C'était tuer des êtres vivants innocents. Même si sous leur véritable aspect, ils avaient l'air d'être des monstres effrayants, ils restaient des êtres vivants, doués de parole et de réflexion. Assister à la transformation de Swen fut éprouvant, non seulement parce qu'on aurait réellement cru qu'elle allait se jeter sur le nain et en faire du saucisson, mais aussi parce que pendant qu'elle piquait sa crise, pourtant justifiable, une petite fille risquait de mourir. Les coupables étaient finalement des ogres qui avaient banni leur chef parce qu'ils préféraient des dieux plus cruelles aux dieux ogres habituels. Andréa ne savait même pas que les ogres vénéraient autre chose que la brutalité pure et pourtant, même s'ils ne la vénéraient pas, ils en étaient naturellement doués. Sans arme, elle dût les combattre à mains nues pendant que ses compagnons étaient bien équipés. Lorsqu'elle fut récupérée par Shae, elle finit par s'effondrer, épuisée. Ses mains étaient d'un rouge cramoisi et allaient apparemment le rester quelques temps encore. Dormant le reste de l'après-midi, Andréa fut ramenée à Hurlevent par nulle autre que le jeune homme qu'elle s'était amusée à menacer avant son emprisonnement: Drekzar.

    Le soir, la jeune femme reprit son objectif initial: partir pour Strangleronce. Elle pensait y trouver Félix, ou du moins ce qu'il en restait, au fond d'une fosse mais ce ne fut pas le cas. A vrai dire, il était plutôt en bon état et semblait avoir fini par reconnaître la jeune femme. Souriant, il utilisa sa pierre de foyer sous les yeux d'Andréa mais celle-ci se souvint qu'ils s'en étaient servis ensemble jadis et que leurs pierres les menaient tous deux à Dalaran. Elle s'en servit également pour le suivre. Il prit un griffon pour partir on-ne-sait-où et Andréa, qui avait un léger retard, le suivit de loin. Elle perdit sa trace dans les Grisonnes et finit par le retrouver en compagnie de deux personnes qu'elle connaissait: Hazel et Swen. La première avait crié haut et fort le jour du procès qu'elle était un worgen et la seconde avait prouvé qu'elle faisait elle-aussi partie de cette communauté dans le bois de la Pénombre. Toutefois, la dernière était intéressante: malgré leur fureur bestiale qui faisait tant leur réputation, Swen n'avait pas plongé sur le nain, elle avait fait preuve d'une patience aux limites du divin pour ne pas faire de massacre, ce que le nain, lui, n'avait pas su faire. Hazel avait dit qu'elle envisagerait de "mordre Félix si celui-ci apprenait à vivre, à se comporter comme ceux qui l'avaient banni". Que voulait-elle dire? Comptait-elle faire de lui un worgen? N'avait-il pas déjà prouvé son instabilité en tant qu'être humain? Qu'adviendrait-il s'il devenait un worgen? Enfin, Andréa avait à peine eu le temps de se remettre de ces premières vingt-quatre heures que d'autres épreuves semblaient déjà l'attendre...

    Contenu sponsorisé

    Re: Procès de la cité de Hurlevent

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 21 Juil - 18:17