World of origine

Bienvenu sur 0rigine Wink

Forum du serveur jeux de rôles WoW

Désolé ! Ce serveur est fermé mais continue sa vie sur Imagina
http://imagina.forumgratuit.org/

    Le soleil décline, ses rayons se meurent... Un crépuscule se lève.

    Partagez
    avatar
    Draïnn Lazar

    Messages : 78
    Date d'inscription : 29/01/2014

    Le soleil décline, ses rayons se meurent... Un crépuscule se lève.

    Message par Draïnn Lazar le Mar 1 Avr - 0:34

    Murmure du Crépuscule



    "Une retraite, c’est une retraite de tout, ne croyez-vous pas ? Moi, quand j’ai plus rien à faire ici, je me retire… Plus une goutte d’eau. Plus un rayon de soleil. Je me dessèche, de la tête aux pieds, en un petit cadavre sous un tas de feuilles… Les saisons me survolent sans me soupçonner… Et puis, un jour, la corneille raconte qu’elle a entendu au loin quelqu’un qui recommence à pleurer. Alors là, j’ouvre un œil, je rampe, mangeant la neige, léchant l’eau croupie… et mes ennemis tressaillent, car à me voir boire, ils comprennent que je suis de retour."

    Le soleil décline. Sa chute inévitable s'achève dans une horizon blafarde et peu à peu les ombres dévorent les restes de lumières du soleil meurtri. Lazar le regardait. Assis là sur un rocher, les mains croisés, un curieux sourire aux lèvres. Ciel, couverture des anges, qui recouvre, tel un linceul, les vies palpitantes qui se débattent contre une torpeur salvatrice. Tandis qu'il murmurait du bout des lèvres des prières dithyrambiques, il savourait la chute journalière de la lumière écrasé par la pesante noirceur de la nuit. Pas un bruit, juste quelques gouttes d'eaux s'écoulant une à une dans les flaques. Beaucoup de larmes étaient tombé aujourd'hui. Lazar essuya dans sa cape la lame ensanglantée qu'il tenait du bout des doigts, sans la regarder. A ses pieds gisaient les corps de deux marchands sans armes et aux visages écorchés, se joignant, inerte, dans leur sang qui s'écoulait en petite cascade, dévalant lentement le monticule de pierre sur lequel Lazar les avait monté. Et lui, surplombant la scène, l'air mi-béat mi-perdu dans de noirs pensées, il chantonnait un triste refrain. Sous ses yeux s'étalaient le Norfendre, la toundra boréenne.
    Voilà une semaine que le messager des dieux était apparu, lui confiant pour mission de rallier le troupeau vers les véritables divinités de ce monde. Depuis, plus rien. Il c'était rendu en pèlerinage dans les terres glacés du grand nord appelé par une force vivant profondément en lui.
    Lazar fut pris d'un mouvement de colère, il fit un grand mouvement de bras, éjectant le bol rempli de sang, posé préalablement ses cotés, qui s'écrasa sur le sol éclaboussant l'homme furieux au passage. Puis il se jeta à genou dans une complainte hystérique.

    "Pourquoi Maitre ?! Pourquoi ?! Malgré mes efforts et mes sacrifices tu reste silencieux, faisant la sourde oreille à mes appels, où es-tu ?! Que dois-je faire...? Je ne sais plus..."


    Puis, l'homme usé, les genoux dans la neige taché de sang, près des deux corps des malheureux marchands, se mit à pleurer.
    avatar
    Personne

    Messages : 97
    Date d'inscription : 06/12/2013

    Re: Le soleil décline, ses rayons se meurent... Un crépuscule se lève.

    Message par Personne le Jeu 3 Avr - 14:57

    Les dieux n'ont pas abandonné Lazar. Dans les brumes douloureuses de sont esprit tourmenté, Lazar le perçoit. Il voit des créatures aux formes indescriptibles qui se meuvent de façon inquiétante, émettant des sons abominables, comme des chuintements, des gargouillis immondes. Elles lui susurrent des mots incompréhensibles pour le commun des mortels, mais que lui comprends. Et il comprends qu'elles attendent le moment propice. Il comprend qu'il est comme le fruit d'une plante effroyable qui doit murir avant d'éclater et de vomir ses graines dans le monde pour le transformer. Lazar doit se durcir. Ou mourir.


    _________________
    Je suis personne
    avatar
    Draïnn Lazar

    Messages : 78
    Date d'inscription : 29/01/2014

    Re: Le soleil décline, ses rayons se meurent... Un crépuscule se lève.

    Message par Draïnn Lazar le Jeu 3 Avr - 17:07

    Absorbé par l'étreinte froide de la neige sur son corps à moité nue gisant inerte, allongé sur un lit blanc gelé, Lazar contemplait les cieux, les yeux rivés vers les plus haut nuages. Il les entendait murmurer... "Patience"... "Patience"... Il c'était recroquevillé en un petit cadavre, momifié par le linceul blanc de l'hiver éternel. Parfois léchant la neige, s'hydratant quelque peu pour ne pas se laisser mourir, il patientait là. Sa présence était insoupçonnable, carcasse de chair et d'os gisant comme une épave, un déchet au milieu des montagnes du grand nord. Et bien que son corps, quelque peu entamé par les brûlures mordantes du froid, sentait encore les effroyables pulsations de son coeur, battant comme un dangereux tambours de guerre. Il était calme. Il patientait... Ses yeux gelés restaient clos et il glissait sur la neige tassé sous son maigre poids, dans une position fœtale. Il attendait sa naissance...

    Quelques fois il lui arrivait de se relever, mais seulement pour se mettre à genou et prier encore. Il attrapait les insectes qui passait à porter de lui pour se nourrir et mâchouillait de temps à autres les racines d'un grand pin planté là. Puis la solitude le guetta. Il décida de se faire un ami. Sans même bouger de son caveau de neige, il ce saisit d'une araignée de petite taille qui grimpait innocemment le long de sa jambe. Patience... Patience...
    avatar
    Personne

    Messages : 97
    Date d'inscription : 06/12/2013

    Re: Le soleil décline, ses rayons se meurent... Un crépuscule se lève.

    Message par Personne le Lun 7 Avr - 10:01

    La bestiole avait quelque chose d’anormal. Elle resta docile, tourna son corps pour diriger les quatre boules noires de ses yeux vers Lazar et le fixa un moment. Elle ne faisait aucun bruit et ne bougeait pas. Seuls, ses mandibules s’agitaient, sans doute pour mâchouiller les restes d’un insecte qu’elle avait capturé peu de temps avant. Des mots se formèrent dans la tête de ce qui avait encore forme humaine, comme s’il les avait pensé lui-même, comme si les pensées de l’araignée et le siennes avaient fusionnées. Le mots disaient « tu vois, ils t’ont tous trahis. Tu dois te venger ».

    D’autres mots, d’autres pensées se formèrent encore. Pour lui, ses propres pensées et celle du monde qui l’entourait ne semblaient plus avoir de frontière. C’était comme un chaos de voix, de mots, de phrases qui s’entrechoquaient, de mêlaient les unes aux autres jusqu’à ne plus ressembler qu’à un bruit de foule. L’esprit de Lazar, son corps et tout son environnement autour de lui n’était plus qu’un tout informe et sans repères. « Ils t’ont tous trahis ! Tu dois te venger ! Ta sœur, la petite prêtresse, les jumelles, tous doivent connaître les vrais dieux... ou mourir. Le vieux Pyrrhus. Tu dois te venger. Te venger. Mourir. Prêtresse. Sœur. Eglise. Marins. Mourir. Vengeance ! Vengeance !

    Cela ne dura pas. Le silence revient avec la conscience visuelle du blanc de la neige qui l’entourait. Un blanc pas si blanc. En y regardant mieux... il était rouge sang.


    _________________
    Je suis personne
    avatar
    Satrama
    Admin

    Messages : 4746
    Date d'inscription : 14/05/2011

    Re: Le soleil décline, ses rayons se meurent... Un crépuscule se lève.

    Message par Satrama le Dim 27 Juil - 1:34

    C'est ainsi, sans doute, que disparut Lazar. Les dieux ne l'avaient pas du tout oublié et l'avaient même emporté avec eux, dans un monde chaotique et crépusculaire, entre les pattes d'une araignée très attentionnée.


    _________________
    "Une épée est inutile dans les mains d'un lâche. Même la plus puissante des épées doit être maniée par une personne à la foi courageuse" (d'après une phrase des écrits du sage Nichiren Daishonin).

    Contenu sponsorisé

    Re: Le soleil décline, ses rayons se meurent... Un crépuscule se lève.

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 18 Fév - 0:45