World of origine

Bienvenu sur 0rigine Wink

Forum du serveur jeux de rôles WoW

Désolé ! Ce serveur est fermé mais continue sa vie sur Imagina
http://imagina.forumgratuit.org/

    Chronique démoniaque

    Partagez
    avatar
    Havgan

    Messages : 75
    Date d'inscription : 18/08/2013
    Localisation : Essonne (91)

    Re: Chronique démoniaque

    Message par Havgan le Ven 16 Mai - 22:03

    Recherches occultes.

    Laboratoire de Hache-Tonnerre.

    Mettant à profit le statu-quo dans les opérations de guerre entre les forces démoniaques et les armées des divers peuples d'Azeroth, la gangremage passait ses jours et ses nuits à travailler dans le laboratoire aménagé dans la forteresse de Hache-Tonnerre.

    Outre l'orbe de tromperie acquis à Lune d'Argent, dont elle cherchait à percer l'enchantement dans le but de le maîtriser et de l'étendre, Yazgash poursuivait inlassablement ses travaux occultes sur les dimensions et les moyens de provoquer des déphasages contrôlés et durables. Convoquant ses démons familiers et usant de son large accès aux bibliothèques de la Légion Ardente, elle élabora plusieurs protocoles de tests et bientôt pentacles, cristaux gangrenés et rituels complexes emplirent les hautes salles de la forteresse de la rumeur hallucinée de mondes indicibles, du miroitement hoquetant de portes dimensionnelles inachevées, de l’enchevêtrement improbable et dément de fragments d'ailleurs.

    Après la disparition inexpliquée d'un cabaliste, dont on retrouva cependant avec un certain effroi un membre momifié - l'habit s'était incrusté dans la chair de singulière façon - Yazgash chassa ses collaborateurs mortels et poursuivit ses travaux seule avec ses démons et les grimoires sinistres emplis des secrets du Néant Distordu et de ses démoniaques habitants.

    Elle devait découvrir le moyen de maîtriser le déphasage dimensionnel utilisé par certains démons, tels les diablotins, afin d'obtenir un atout maître qui servirait ses desseins à venir, où plutôt les rendrait simplement possibles. En parallèle, ses travaux sur les enchantements d'illusion et de métamorphose des corps étaient une sorte de récréation plaisante où les tests même erronés ne menaient pas aux conséquences imprévisibles et périlleuses des déphasages dimensionnels.

    Elle n'avait pas le choix de toute façon, la Légion Ardente était un moyen, pas un but et elle connaissait trop les démons, et surtout leurs dirigeants et officiers, pour espérer acquérir un statut autre que celui d'utilité temporaire dans leurs projets de conquête et de destruction. Elle sentait que le moment approchait où le risque et les inconvénients de sa position en Désolace dépasseraient les bénéfices retirés.

    Dans le jeu des puissances, il fallait savoir reconnaître le point de bascule imminent et se retirer de l'échiquier avant d'être balayé et perdre toute chance de poursuivre la partie...
    avatar
    Havgan

    Messages : 75
    Date d'inscription : 18/08/2013
    Localisation : Essonne (91)

    Re: Chronique démoniaque

    Message par Havgan le Sam 24 Mai - 13:42

    Choc et terreur.

    Les Pitons-du-Tonnerre, Camp Taurajo, la nuit.

    Le signal. Son communicateur avait sourdement bourdonné du code de l'ordre d'assaut, et presque instantanément la gangremage avait entendu les premiers cris, le choc des armes, la rumeur des combats. Elle était sortie des ombres du bosquet discret où elle patientait, et suivie de son familier démoniaque, s'était avancée vers les ascenseurs desservant l'accès aux Pitons-du-Tonnerre.

    Yazgash avait choisi ce site parmi tous les autres, car il s'agissait d'une capitale de la Horde, non d'un simple avant-poste ou d'un camp retranché. Le Commandant avait ordonné un assaut d'envergure pour choquer et terrifier les peuples d'Azeroth, leur démontrer que la Légion Ardente frappait où et quand elle le voulait, y compris au cœur de leurs capitales.

    Drapée de son habit rituel de cabaliste de la Légion Ardente, la gangremage s'avança au milieu des corps abattus par les gebbets. Ils avaient été installés peu à peu depuis des lunes, imperceptiblement, parfaitement camouflés par les corps des soldats des peuples qu'ils avaient possédés, chacun selon sa race. Ici, c'étaient un contingent de Braves taurens, champions honorés de leur peuple, qui s'étaient soudainement et d'un seul bloc retournés contre leurs frères, massacrant par surprise les gardes des Hauts.

    Auréolée de son feu gangrené, messagère de mort noire, la démoniste fit pleuvoir la destruction ardente sur tous les habitants du plateau, méthodiquement, systématiquement, n'épargnant ni les vieillards, ni les femmes, ni les enfants. Gorgée d'âmes volées vouées au tourment infernal, la sorcière sans pitié usait de son siphon d'âmes et emplissait ses sacs de petits cristaux luminescents. Autant que cette opération planifiée par le Commandant serve également ses projets plus personnels...

    Profitant du chaos et de l'horreur qui régnaient dans la cité perchée, protégée de l'afflux des gardes par les puissants gebbets de la Légion dont les haches s'abattaient avec fureur et cruauté sur tout ce qui osait s'avancer vers eux, la sinistre tueuse s'avança sur les Cimes des Anciens, puis sur celle des Esprits. Les Gebbets avaient bien œuvré déjà et la plupart des gardes gisaient dans leur sang, mais cela ne suffisait pas.

    Pénétrant dans les tentes, la gangremage concentra tous ses pouvoirs de destruction ardente en un brasier terrifiant de feu vert gangrené qui calcina les corps des chamans et des druides, des anciens et des chefs de clans. La garde épuisée de la cité se heurtait toujours aux gebbets couverts de sang, et la rage et le désespoir étaient visibles dans leurs yeux et leurs beuglements absurdes, terrifiés et enragés par le massacre de la plupart de leurs chefs spirituels et temporels.

    Les choses se corsèrent lorsqu'un contingent de guerriers d'élite apparut sur le plateau principal. Sans doute la garde personnelle du chef Cairne Sabot-de-Sang, manifestement mis en sécurité quelque part sur les Hauts, et qui avait dépêché ses meilleurs soldats pour tenter de sauver ce qui pouvait l'être encore. L'affrontement fût âpre et Yazgash aurait finie hachée menu sans la présence des gebbets, acharnés et sauvages, ignorants crainte, hésitation ou repos, qui la relevèrent d'une méchante estocade, heureusement vite apaisée par quelques pierres de guérison. Elle avait siphonné plusieurs de ces âmes fortes et fières, n'oubliant jamais cette moisson d'âmes qui était son objectif personnel et secret.

    Laissant la cité décimée en flammes, la gangremage traversa alors la plaine de Mulgore. L'opération "Choc et terreur" avait atteint son objectif et les gebbets resteraient là poursuivre l’œuvre de destruction.

    A la frontière avec les Tarides, la petite garde taurène fut rapidement mise en déroute, accablée de pluies de feu et de noires malédictions. Le Camp Taurajo était déjà mis à sac par quelques gebbets, et Yazgash n'eut qu'à terminer le travail, par la traque et le meurtre de tous ceux qui se cachaient dans les tentes, les bosquets et les collines alentours.

    ...

    Quant elle arriva dans la Val Calciné, aux heures sombres de la nuit, la gangremage découvrit les traces des violents combats et les monceaux de corps démoniaques, abattus par l'offensive des "Défenseurs de Kalimdor". Haussant les épaules, parfaitement indifférente, elle rejoignit Hache-Tonnerre où les troupes de la Légion s’affairaient à de nouveaux ordres, de nouveaux complots, de nouvelles conquêtes.

    La Légion Ardente avait été durement frappée en Désolace, mais elle avait frappé encore plus fort ses ennemis des peuples d'Azeroth, en Orneval, dans les Tarides, en Mulgore et aux Pitons-du-Tonnerre, dans les Serres-Rocheuses. Cruellement, traîtreusement, diaboliquement. Ainsi en fut-il, ainsi en est-il, ainsi en sera-t-il toujours de la Légion Ardente !

    Ainsi en fut-il, ainsi en est-il, ainsi en sera-t-il toujours de sa Chronique Démoniaque !

    ...

    Yazgash rejoignit son laboratoire et rangea soigneusement sa récolte d'âmes dans un coffre bien fermé. Voilà qui fournirait l'énergie nécessaire à de nouveaux tests de phasage/déphasage dimensionnel plus poussés. Elle devait voir le Commandant pour obtenir plus de support des ingénieurs Mo'arg, et connaître ses prochains plans d'invasion...
    avatar
    milinda

    Messages : 1358
    Date d'inscription : 15/05/2011
    Localisation : Val d'Oise

    Re: Chronique démoniaque

    Message par milinda le Sam 24 Mai - 17:09

    Le mélange ne semble pas réussir. Les peuples ne s’aiment pas, ne se respectent pas. Chacun pense qu’il possède la vérité et cherche à imposer sa loi, sa vision des choses. Chacun traite l’autre comme un imbécile juste parce que n’a pas la même vision, la même loi. Chayem se disait de plus en plus souvent que les mortels ne valent pas la peine qu’on se donne pour eux et l’attitude de Jaguda qui voulut voler le pouvoir de Grimrok ne lui plut pas du tout. Il avait ramené des hurlventins sans même en parler à ses supérieurs et à Grimrok. Que nous ramènera-t-il la prochaine fois ? Des ogres, des hyènes, des diablotins ? Mais qui sont ces gens ? Ne sont-ils pas des agents des ennemis ? Comment le vérifier juste avant de partir à une bataille contre des ennemis dont l’arme la plus redoutable est justement la tromperie et la corruption ?

    Chayem était dans son temple dédié à son frère et priait en pensant à tout cela. C’était avant que Grimrok ne vienne la rechercher, avant qu’il ne chasse le draenei du groupe composé aussi de Xzuräan et ce Comte Bérille, avant de prendre les coursiers du vent pour pénétrer sur le sol souillé par la vermine démoniaque, avant la bataille. Sœur-du-Feu fit de son mieux du côté de Sargeron. Puis ils allèrent libérer les captifs de poste de Rôdeur-Fantôme, ou ils furent rejoint par une femme-louve plus hideuse que les démons et la kal’dorei Alyria. Jaguda était parvenu à revenir aussi, s’excisant platement devant Grimrok. Qu’en était-il de cette humaine qui était avec lui avant ? Mystère ! Il a dû l’abandonner. Il fallait maintenant s’attaquer à la Combe de Nigel, un ancien bastion de l’Alliance. Chayem n’en avait que faire en réalité, mais les démons ne méritaient que se faire massacrer. Jusqu’au bout. C’était cela : il fallait qu’elle se remémore constamment la raison pour laquelle elle était là. Une tempête très violente vint miraculeusement les aider en détruisant les gangrecanons qui interdisaient l’entrée dans la combe. Une armée de de machines géantes sortirent come un essaim de guêpes furieuses de la combe. Tout devint confus. Le combat était d’une extrême violence et ce fut le trou noir pour Chayem.

    Seule avec le troll Xzuräan dans un cube arcanique, Chayem sentait que ses forces lui faisaient défaut. Les autres étaient dans d’autres cubes, un peu plus loin. Tous les héros étaient tombés et avaient été capturés vifs. Mais il était déjà trop tard pour les démons. Toutes les armées de la coalition leur fondirent dessus et tous les héros furent rapidement libérés. Les prisons arcaniques disparurent d’un coup.

    A la Croisée régnait une odeur de mort fratricide mais Sœur-du-Feu ne fit qu’y passer. Sur le dos de son worg, elle partit comme une flèche dans la direction de sa maison et de l’Oasis quand on lui dit que des démons avaient été aperçus là-bas. Sa maison, qui avait été si belle il y a peu, n’était maintenant plus qu’un bouge infâme et nauséabond. Des légionnaires montaient la garde de chaque côté de ce qui semblait être un portail en lieu de porte d’entrée. Pleine de rage et de larmes, Chayem s’en fut directement vers son antre de flamme rejoindre son frère et implorer son aide à nouveau. Et il n’est pas difficile d’attiser la colère du feu. Les élémentaires ardents s’approchèrent de la maison, faisant monter la température si fort que même un démon ne pourrait le supporter longtemps.

    La guerre n’était pas finie. Celle-ci était désormais une affaire personnelle de Sœur-du-Feu contre la Légion. Les flammes les dévoreront tous.
    avatar
    Elorfiwyn

    Messages : 462
    Date d'inscription : 16/05/2011

    Re: Chronique démoniaque

    Message par Elorfiwyn le Dim 25 Mai - 8:09

    *Désolace, Ravin de Brèche-de-l'ombre, quelque minutes après l'assaut des DDK*

    Elorfiwyn écoutait divers rapports sur les incidents qui s'étaient déroulé pendant la nuit.
    Les Défenseurs de Kalimdor avaient osé pénétré sur son domaine. Les Worgens par le Sud et les Orcs, Draeneis et autre ersatz d'atrocité par le nord.

    Ils avaient fait pas mal de dégâts mais ce n'était rien comparé à ce que les DDK lui permis de faire sur les autres territoires de Kalimdor.
    En effet, au moment où le commando fût fait prisonnier à la Combe de Nijel, le chef envoya un message. Tout les agents dormant se réveillèrent et à partir de là ce fût la panique total.
    Non seulement les armées envoyée sur la Désolace étaient compromise mais en plus quatre régions de Kalimdor étaient attaquée en même temps. Il s'agissait des Serres-Rocheuses, des Tarides, de Durotar et de Mulgore.
    Cela avait pris des mois de préparation minutieuse et de diversion suffisamment grande pour mettre en place ce plan vicieux.
    Les gardes de chacune de ses régions furent remplacé par un infiltré. Certaine zone ont mieux résisté que d'autre cependant.

    Les Défenseurs de Kalimdor réussir à reprendre une partie de leur cailloux pourri mais à quel prix ?
    Les habitants des territoires attaqué sont retenu en otage, torturé et tué pendant qu'une bande d'utopiste s'acharne à vouloir récupéré une terre stérile alors que le danger était juste sous leur yeux.
    Personne ne comprend les agissements des DDK certain vont jusqu'à pensé qu'ils étaient tous de mèche avec les démons et qu'ils leur ont faciliter la tâche. Notamment cette Chayem qui préférait transformer les Oasis en forêt pour herbivores et en plus, faire payer les voyageurs qui voudraient se reposer à l'abris sous les arbres).....non comptant d'ouvrir une taverne pour arnaquer encore plus de gens) plutôt que faire le travail que lui conférait son titre à savoir: Écologiste des Tarides.

    "Hahahahahahahahahaha tous s'est passé comme je le voulais. Ces imbéciles nous on attaqué sans vérifier que leur troupes étaient parfaitement saine. Un simple signal et les voila dans la débandade la plus totale.
    Ils ont repris leur camps ? Pas grave j'ai désormais quatre territoire sous mon contrôle. Et tout ça grâce à eux....faudra que je pense à leur envoyer des fleurs tient. HAHAHAHAHAHAHAHAHA
    Ils tous juste assez de soldats pour tenir leur positions et nous assiéger....le seul petit problème sont ces worgens. Où sont-ils à l'heure actuelle....hum le convent ? Et ben.....ils n'ont pas fini...la bataille va être longue pour eux."


    _________________
    avatar
    Tezca

    Messages : 59
    Date d'inscription : 16/07/2013

    Luminomagnetographique, Le Requiem et les Diamants Bleus.

    Message par Tezca le Dim 25 Mai - 13:42

    Cela faisait plusieurs mois qu'il venait aider Tezca de temps en temps sur ses projets en tant que menuisier.

    Elle payait bien, était bonne cuisinière et somme toute sympathique une fois que l'on a passé outre son coté marginal.

    Il n'y comprenait rien a ces truc d'ingénierie. Mais travailler le bois, ça il savait faire. La coque du deuxième zeppelin était presque terminée. Il ressemblerait a l'autre finalement...l'accès en bas était trop précieux pour s'en passer réellement à ce qu'elle disait.

    Il était inquiet. Cette fois, même les esprits autour de sa maison étaient en trouble. L'eau et le vent ne cessaient de murmurer.
    Cela faisait pas mal de temps qu'elle parlait de Désolace, quelques semaines qu'elle parlait d'une arme miraculeuse contre les démons.
    Et a peine moins qu'elle avait attrapé une lubie sur les cristaux bleus. Une véritable obsession. Elle en rapportait de toutes sortes, rentrant parfois dans un état déplorable.

    On aurait dit qu'elle avait le poids du monde sur les épaules. Peut être qu'elle craquait sous la pression? Possible.
    La date de la grande bataille approchait, et elle devenait de plus en plus obsédée par ces cristaux bleu luminomagnétiques.

    Il ne l'avait pas vue la veille, ni après la bataille sus-nommée. Il voulu se renseigner. Mais personne n'avait vu Tezca ni a l'Exodar ni à la bataille. Cet évènement était bien trop important pour qu'elle le rate comme ça ou peut être qu'elle faisait partie des morts anonymes...

    Chez les draeneis, on est trop peu pour laisser un frère ou une soeur tomber dans l'oublis. Il décidât d'aller voir chez elle pour peut être trouver un indice.

    Il entrât et activât la commande du cristal sur la table, espérant qu'elle ne prendrait pas ombrage d'une telle intrusion.

    L'utilité de vivre dans un module c'est d'avoir une abondance technologique a portée de main.

    Les dernières entrées du journal apparurent en suspension dans l'air.

    --------------------------------------------------------------------------------

    Journal:

    Arme Luminique Antaarienne

    Elle s'appelle Annihilateur Luminomagnétographique mais je vais l'appeler le "Requiem". C'est un joli mot ancien dans la langue commune qui signifie "Repos".

    L'arme semble avoir beaucoup de potentiel. Elle agit comme une antenne. Il faut qu'elle soit debout et sur un sol stable. Elle est entièrement faite de Crystal.

    On l'active en mettant un Crystal jaune en contact avec elle.

    La puissance et le rayon dépendent de la forme et de la finition. C'est très difficile a estimer...Il ne faut pas trop la charger.

    Concernant la charge. Il faut utiliser un Crystal bleu Luminomagnétique. Les violets sont trop faibles et chargent lentement. Les rouges, quasi inopérants.

    L'arme gagne une portée de 10 mètre de rayon par heure de charge.

    La limite est mal définie, mais potentiellement si on la charge assez longtemps, elle pourrait englober tout l'archipel de brume azur. Bien entendu ce n'est que de la théorie.

    L'onde qu'elle émet est lumineuse et électrique. Elle désactive et grille les circuits électriques ainsi que toute installation utilisant l'énergie ténébreuse ou démoniaque dans son rayon. Et ce pour plusieurs semaines. Sas aucun dommage a l'environnement. Une arme propre.

    Il faut que j'arrive a l'activer. Ce serait la victoire assurée.


    Le problème ce sont ces cristaux Luminomagnétiques bleus. Ils sont très rares.
    Je devrais me faire une liste.

    Lieux de prospection:

    Un'goro:  ....échec . Et j'ai faillit me faire dévorer par un gros reptile. Les cristaux bleu énergétiques ne sont pas luminomagnétiques. Ils sont donc inutilisables.

    Raz-du-Néant: .... échec.  De nombreux cristaux bleus mais pas du type recherché. Attention, Drake aggressifs. On dirait qu'ils sont vides...ou endormis...

    Les tranchantes: .... échec. Même soucis que pour Raz du néant. Les créatures sont hostiles, mais j'ai quand même prit un échantillon qui semblait actif. Il ne sera hélas pas exploitable.

    Bassin de Scholazar: .... échec. De nombreux cristaux bleus mais pas du type recherché. Ils sont très similaires a ceux d'Un Goro.

    La forêt de cristal: ....échec. Située sous Dalaran, les cristaux étaient prometteur, mais ils ont été modifiés. Ils sont inutilisables.

    Frimaras: ...échec. Les dragons bleus y sont très agressifs. La encore les cristaux ont été modifiés, je n'ai pas pu en trouver a l'état brut. Forte concentration d'ennemis. Un lieu a éviter. J'ai des réparations à faire sur mon gyrocoptère.

    Azshara: ...a visiter. Il y a des dragons bleus là-bas et pas d'installation lourde comme en norfendre, je trouverai peut être des cristaux brut.

    Prospection de différents minerais: ....En cours, la technique est hasardeuse. Les gemmes sont généralement inertes...mais j'ai quelques espoirs sur le minerai du Norfendre. Je veux éviter les gemmes de Saronite dans tout les cas. Le processus de purification n'est pas forcément effectif sur elles. Il en va de même pour les gemmes trouvées dans le gangrefer. Si l'énergie n'est pas pure...cela pourrait corrompre le Requiem.


    -------------------------------------------------------------------------------

    Alors que le journal se refermait, le travailleur s'en allât. Il allait rassembler ses quelques économies pour tenter d'envoyer un aventurier en quête de son amie.

    Il trouvât somme toute assez facilement quelqu'un. Ce n'est pas ce genre de personnes qui manquent à l'Exodar. Et l'aventurier fut si efficace que Tezca revint chez elle durant la nuit.

    Rassuré, il pu reprendre le travail, l'air serein.
    avatar
    Daerwyn

    Messages : 141
    Date d'inscription : 04/03/2013
    Age : 25
    Localisation : Dijon

    Re: Chronique démoniaque

    Message par Daerwyn le Lun 26 Mai - 9:53

    Le sacrifice des sapeurs gobelins, l'explosion qui s'en suivi et l'ouverture d'une brèche marquèrent le début de l'assaut de Désolace par la frontière sud qui donnait sur Féralas. C'est Hazel qui se lança la première, menant sa meute à l'assaut des démons dans un assaut frontal et sanglant. Les appuyant en retrait, Alyria n'eut qu'un bref aperçu de ce dont ils étaient capables : Le combat fut sauvage, brutal mais bref. Les démons étaient tombés mais de nombreux worgens ne se relevèrent pas de ce premier assaut, n'empêchant pas pour autant le reste de la meute de se lancer aussitôt dans les terres à la chasse d'autres démons.

    Un premier avant poste tomba avant qu'ils ne se lancent vers le Convent de Mannoroc où les attendait un plus grand combat encore. Les combattants se heurtèrent à une plus forte résistance qui obligea Alyria et Hazel à se tourner vers l'ouest tandis que le gros des forces se mit en position au convent pour affronter l'adversaire. Elles arrivèrent sur la côte où un bref combat pris place, toujours dominé par les worgens qui faisaient preuve d'une efficacité presque effrayante. C'est à ce moment que l'elfe du faire face au premier débordement d'Hazel et sa meute : Ils s'étaient lancés sur le village troll, massacrant sans distinction ces gens qui n'étaient que des victimes des démons, possédés. Elle tenta tout ce qu'elle pu pour calmer la folie meurtrière des worgens, sa parole ne suffisait plus et elle tenta de faire appel à ses pouvoirs, leur donnant assez de lucidité pour se détourner du village et retourner à l'assaut des démons.

    La suite du combat se fit au nord lorsqu'elles retrouvèrent les autres combattants qui allaient lancer l'assaut sur la Combe de Nijel. Si le combat fut mené avec confiance, il tourna vite en défaveur des Défenseurs qui furent capturés et mis en cage. Cette captivité de courte durée laissa pourtant assez de temps à cet "Ordre du Cristal" pour semer le trouble dans de nombreuses régions de Kalimdor. Malgré son désir de repartir à l'assaut pour mettre un point final à la présence démoniaque dans la région, l'elfe se résigna à obéir aux ordres de Grimrok et regagna aussitôt Orneval dans l'espoir de pouvoir aider au mieux son peuple qui se retournait contre lui-même, manipulé par les démons.
    avatar
    Elorfiwyn

    Messages : 462
    Date d'inscription : 16/05/2011

    Re: Chronique démoniaque

    Message par Elorfiwyn le Lun 26 Mai - 11:40

    " -Bien je vous écoute. Quel est le bilan de notre petite opérations ?

    -Tous s'est déroulé comme prévu seigneur. Nos agents furent très efficace. Sitôt le Groupe de Nijel partit nos chères gebbets se sont activé dans les régions cible.

    En ce qui concerne les Tarides nous avons déjà fini et l'ordre est rétabli. Nos agents se sont rendormis et les présumé coupable de trouble à l'ordre publique se sont fait enfermé. Pour Taurajo nos agents se sont dirigé vers Mulgore sitôt leur attaque terminée.

    -Et les autres régions ?

    -L'ordre sur Mulgore est aussi rétablis sauf à certain endroit de la capitale. Nous nous heurtons aux Troupes d'élite de Cairn. Nous n'avions pas d'agents dans son secteur pour être efficace. Pareil à la cime des chasseurs.
    Aucun problèmes pour les Serre-Rocheuses. La zone est sous le controle des Gebbets qui se sont rendormis.
    La situation à Durotar est similaire à celle de Mulgore. Nous avons pris le controle de toute la ville exépté le quartier ou se trouve Thrall. Nous n'avons pas réussi à prendre le village de sen'jin. Le chef des Sombrelances à tout de suite massacré nos agents.

    -Reste Orneval. Qu'en est-il là bas ?

    -Nous n'avons pas encore activé les agents. Nous avons un autre plans pour cette régions.

    -Bien. Et qu'en est-il de nos chères Défenseurs de Kalimdor ?

    -Tout va bien ils ne se sont rendu compte de rien. Ils étaient suffisament content d'avoir était libéré part les soldats pour s'apercevoir de quoi que ce soit.

    -Bien. Lancez l'opération dès que possible.

    -Bien."


    _________________
    avatar
    milinda

    Messages : 1358
    Date d'inscription : 15/05/2011
    Localisation : Val d'Oise

    Re: Chronique démoniaque

    Message par milinda le Lun 26 Mai - 14:34

    « Première chose à faire : Libérer notre chef. » C’est ce que fit Chayem. Elle s’aventura peu avant l’aube dans le village pour s’y glisser discrètement, profitant de la pénombre et de la somnolence des gardes pour ouvrir la cage dans laquelle était enfermé Thork, le chef de la communauté de la Croisée. Jahan Aile-de-Faucon était dans la cage lui aussi. Tant mieux pour lui, il partit avec les deux autres. Plus tard dans la journée, Chayem alla aussi récupérer le petit Erk qui était resté tout seul et désemparé près de sa maison. « Il s’est passé quoi ? » demanda-t-il. « Je n’en pas rien mais tu n’as plus rien à craindre, je vais te cacher » lui répondit l’elfe. Beaucoup de leurs amis étaient morts. Chayem ne reconnaissait pas les gardes. Ils semblaient changés. Tout cela n’avait pas de sens. Et tous ces amis vivants, mais enfermés dans des cages, c’était insupportable. Thork restait silencieux. Il semblait troublé et fulminait de rage. Le tauren, quant à lui, répétait sans arrêt qu’il avait fait de son mieux, qu’il ne comprenait pas ce qu’il se passait, que tout ça n’avait aucun sens, etc. L’enfant pêchait, maintenant.

    Pour être sûre que tout irait bien, elle alla embaucher quelques gardes qu’elle connaissait bien et qui, eux, semblaient tout à fait normaux. Ils promirent à Sœur-du-Feu de protéger la cachette et les gens au péril de leurs vies, s’il le fallait. Chayem put donc partir à la recherche d’une solution à tous ces mystères avec l’esprit tranquille.

    Les péons de la scierie avaient arrêté le travail. Chayem leur demande de le reprendre, de faire comme si la vie continuait. C’était important de ne pas éveiller le moindre soupçon chez les traitres. Car elle en était persuadée : il y avait des traitres, sinon jamais ce massacre n’aurait pu avoir lieu. Il restait encore quelques kor’kron en qui elle avait totalement confiance autour de de la Croisée. Elle leur demanda donc de tourner leur surveillance vers le village avant de partir pour Orgrimmar demander une audience au Seigneur Thrall.

    L’inauguration de son auberge prévue prochainement semblait bien compromise.
    avatar
    jaguda

    Messages : 179
    Date d'inscription : 07/02/2014
    Age : 22
    Localisation : Le Havre

    Re: Chronique démoniaque

    Message par jaguda le Jeu 29 Mai - 14:29

    Jaguda était arrivé à Cabestan avec Shae, la jeune disciple de Rekhii, pour effectuer l'attaque sur les Démons à la Desolation. Grimrok était parti chercher Chayem, et Jaguda decida d'aller voir le mur de feu, pour voir s'il tenait toujours. En revenant, Grimrok lui fit part que il désobéit aux ordres, et cela ne plut pas à Jaguda.
    Grimrok et les autres membres partirent donc à l'assaut sans Jaguda et Shae, mais les excuses de Jaguda lui permirent de revenir sur la decision de Grimrok, mais sans Shae, malheuresement.
    L'assaut se passa bien, cependant, au moment où ils se firent capturer par les démons, la folie commenca a gagner certaines regions de Kalimdor, proches de la Desolace.
    Jaguda avait pour mission de ramener l'ordre à Roche-soleil.

    Il partit donc là bas quelques jours plus tard, accompagné de deux sentinelles qui avaient pour ordre de l'aider, par un gardien du bosquet du pic des serres rocheuses.
    Jaguda arriva au village, et parla à deux grunts. Des survivants.
    Une d'entre elle était particulierement en colere contre les defenseurs, les accusant des evenements qui se sont produits. Parfaitement comprehensible.
    Jaguda apprit que il y a eu une boucherie, tous s'entretuerent, et selon la version des deux grunt, elles ont perdu connaissance et lorsqu'elle se reveillerent, il ne restait que quelques survivants, tous les autres ont disparu.
    Des bruits se firent entendre, et les deux sentinelles qui accompagnaient Jaguda avaient en fait pour but de le tuer. Leur comportement nouveau était inhabituel... Et elles avaient une etrange voix. Comme celle des diablotins. Aprés un rude combat, un autre Tauren vint et essaya de tuer Jaguda. Il était leur cible.
    Pour ne pas mettre le village en danger, Jaguda decida de partir aussi vite que possible, non pas aprés avoir soigné les survivants du massacre avec sa lumiere.
    Il decida de faire un rapport le plus vite possible à Grimrok sur la situation... Il se pourrait que Roche-soleil ait subi la tempête, mais que le pic des serres rocheuses, village Kal'dorei, la subit toujours.
    avatar
    milinda

    Messages : 1358
    Date d'inscription : 15/05/2011
    Localisation : Val d'Oise

    Re: Chronique démoniaque

    Message par milinda le Sam 31 Mai - 9:31

    Tout était embrouillé dans la tête de Chayem. Rien n’allait comme elle voulait. Thrall n’avait toujours pas pris le temps de la recevoir, et il y avait comme une ambiance malsaine dans toute la région. Les gens s’épiaient les uns les autres à la suite des massacres fratricides. Les esprits élémentaires étaient agités. Chose étrange : Le feu lui obéissait dans la lutte contre les démons, mais refusait d’entendre raison dans le gouffre souterrain d’Orgrimmar. Le feu est très capricieux.

    Il avait accepté de lancer ses sujets contre les démons de la maison de sa sœur. Elle avait retrouvé Tezca près de la rivière. La draenei semblait déterminée à aider son amie, et à casser du démon. Sœur-du-Feu ne savait trop quoi faire. Mais elles étaient deux, avec une armée d’élémentaires pour les aider et quelques soldats orques restés fidèles et fiables. Alors elles partirent, bien décider à chasser l’intrus.

    Le déchainement de violence fut terrible. Le feu léchait le sol, les murs, et choisissait ce qui devait être détruit de ce qui ne le devait pas. Le cœur et le corps de Chayem s’embrasa lui-aussi et alors qu’elle frappait les démons et autres esprits démoniaques à coup de sulfuras et de gerbes de flammes, Tezca lançait des flots de magie spirituelle curative sur elle. Ainsi, sans se brûler elle-même, la draenei permis la victoire de l’orque-doreï qui y mettait toutes ses forces.

    Un des gangregarde tomba. Un autre fut abattu par les gardes et les élémentaires. Une barrière de feu devant la maison en empêchait tout accès sauf pour Chayem, bien sûr. Un portail sinistre tournait sur lui-même et faisait un bruit obsédant. Chayem implora pour que la force de Ragnaros et de tous les grands esprits du feu entre dans son bras. Elle frappa le portail qui disparut dans une gerbe de fluide répugnant. Alors, à bout de force mais portée par sa rage et l’énergie de son frère, elle pénétra comme une furie à l’intérieur de la maison. Le brouillard roux et acres ne permettait pas de voir avec précision sur quoi elles tapaient. Des sortes de fantômes. Des esprits démoniaques. Ils semblaient sortir des murs et du sol, surgissant du brouillard opaque qui disparaissait peu à peu avec les frappes de Sulfuras qui renvoyait tous ces esprit dans le néant. Jusqu’au dernier.

    Le calme était revenu. La maison était toujours debout, mais plus rien de ce qui était à l’intérieur, comme presque tout ce qui était à l’extérieur ne subsistait. Chayem se laissa tomber au sol, épuisée. Tezca la soignait et la réconfortait. Uktena fit son apparition aussi, soutenant ses apprenties. Un des gardes orcs était tombé mais son esprit était encore tout près et la chamane draenei la ramena en ce monde. Hormis les deux autres gardes qui restèrent volontairement pour surveiller les lieux, tout le groupe partit se reposer dans l’auberge de Chayem, à la Croisée.
    avatar
    milinda

    Messages : 1358
    Date d'inscription : 15/05/2011
    Localisation : Val d'Oise

    Re: Chronique démoniaque

    Message par milinda le Dim 8 Juin - 20:26

    Lassée que personne ne l’écoute, écoeurée par le manque de reconnaissance des siens, de ceux à qui pourtant elle donnait toute sa vie, et fâchée par le manque de soutien même de ses plus proches amis, Chayem, le Sœur-du-Feu partit ce soir-là cacher définitivement son désespoir dans son temple de la montagne. Là, elle se mit à prier son frère, lui qui l’avait acceptée, lui qui la chérissait et léchait son corps et son âme avec une telle ardeur qui ne lui donnait que du plaisir. Elle pria jusqu’à ce que son âme fusionne avec lui, jusqu’à devenir une braise si ardente qu’aucun mortel ne pourrait jamais le tenir dans ces mains sans y perdre la sienne, âme qui brûlera sans doute dans le pire des enfers.

    L’esprit de Chayem fusionna avec celui du Seigneur du feu. Et sa colère fut telle que la Croisée, s’embrasa toute entière.
    avatar
    milinda

    Messages : 1358
    Date d'inscription : 15/05/2011
    Localisation : Val d'Oise

    Re: Chronique démoniaque

    Message par milinda le Lun 9 Juin - 10:34

    avatar
    jaguda

    Messages : 179
    Date d'inscription : 07/02/2014
    Age : 22
    Localisation : Le Havre

    Re: Chronique démoniaque

    Message par jaguda le Lun 9 Juin - 10:55

    Le soir de la réunion, Jaguda était allé faire un tour à la croisée pour voir ce qui justifiait un changement de lieu de réunion. Il vit que l'auberge accueillait des blessés, et dehors, des cages enfermaient des civils.
    Il alla a l'auberge en attendant la réunion, et vit Dame Chayem. Tous deux se rendirent à la croisée pour voir si les civils enfermés étaient possédés, et apprirent qu'ils allaient subir une exécution exemplaire sur ordre du haut seigneur Saurcroc. Il serait même prêt à exécuter les siens. Jaguda trouvait cela inacceptable. La population se réunion devant les défenseurs, et Chayem tentait tant bien que mal de les raisonner. Elle seule arrivait à garder sa lucidité, avec Alyria, les autres tenaient des propos utiles qui n'envenimaient pas la situation.
    Cependant, Chayem partit soudainement après l'apparition d'un mystérieux être, après qu'il ait attaqué les défenseurs a la croisée avec des sentinelles possédées.
    Jaguda essayait d'exorciser une sentinelle avec la lumière, mais son état empirait au lieu de s’améliorer. C'était du jamais vu encore. La lumière qui endommage au lieu de soigner...
    Il partit donc à l'Exodar chercher Epine, et Dame Alyria le rejoignit, et ils partirent ensemble à la croisée, une nouvelle fois.
    Là, jaguda vit une nouvelle fois l'horreur. Chayem qui invoquait le feu sur la croisée.
    Hazel les rejoignit, et partirent tous trois dans la caverne des lamentations chercher Chayem.
    Ils découvrirent après âpres explorations que le temple de Chayem se situait en haut de la caverne, sur les rochers, mais qu'il était gardé par un mur de feu. Chayem allait casser sa folie lorsque la menace démoniaque sera exterminée, mais avec son action, les choses empire. Il faudra faire quelque chose pour Chayem, l’arène d'Orgimmar et maintenant ça, ça ne peut plus continuer.
    Cependant, en regardant l'entrée du temple en haut, il vit une camarade à Xzuräan, une orque qu'il appelait Babd entrer dans le feu, après avoir utilisé la magie démoniaque... Il le sentait.
    Il retourna à la croisée, en demandant à Xzuräan de rejoindre avec l'orque.
    Lorsqu'ils revinrent, Jaguda pratiqua un exorcisme peu revelatif, mais ensuite un sondage de l'esprit de l'orque bien plus utile... Il arriva à découvrir qu'elle pratiquait les arts noirs. Quel art noir exactement, il ne savait pas, mais avec l'utilisation de la magie gangrenée avant, le lien lui était déjà fait. Il fallait maintenant le prouver aux autres, une autre paire de manches.
    Jaguda se rendit après cela à l'Exodar voir Epine, lui demandant de revenir parmi les défenseurs de Kalimdor...
    avatar
    Havgan

    Messages : 75
    Date d'inscription : 18/08/2013
    Localisation : Essonne (91)

    Re: Chronique démoniaque

    Message par Havgan le Mer 11 Juin - 22:44

    Basculement.

    Les Tarides, le soir.

    Le moment était venu. Elle avait senti les volutes sombres annonciatrices de cette bulle de chaos se déployer lentement. Elle avait capté les échos singuliers et stridents du souffle ténébreux de la destinée hoqueter dans le creux de son âme. Elle était dès lors aux aguets, guettant la brèche, attentive aux singularités.

    Cela s'était passé aux environs de la Croisée des chemins dans la région des Tarides. Tout s'était mis en place par un enchaînement tellement improbable de circonstances qu'elle avait vu le point de bascule venir.

    Quand la vague du chaos se présente dans votre vie, vous n'avez guère le choix. Soit, comme la plupart des créatures animées, vous n'avez rien vu venir et elle vous emporte dans un naufrage dévastateur, vous jetant peut-être sur quelque plage inconnue et périlleuse où vous affronterez votre destin désarmé, nu et décharné.

    Soit vous avez la conscience, le pouvoir, la vigilance d'être prêt et informé de l'imminence du choc, et vous pouvez choisir. Choisir et agir.

    Affronter la vague pour conserver votre position, cela est ardu, virulent et souvent coûteux. Ou alors, vous pouvez chevaucher la vague, vous délecter du fracas et jouer tout aux hasards du Chaos. Vous avez bien de chances de perdre, perdre tout et plus. Mais vous pouvez aussi gagner, saisir à pleine poignée rageuse l'esprit pur et concentré de tous les potentiels, l'essence du chaos, le caprice du destin, la parcelle de folie divine égarée par les dieux dans un accès de folie et d'hilarité.

    Le maître de vol d'Orgrimmar ayant été tué dans les tueries propagées par les gebbets de la Légion Ardente, Yazgash avait gagné la Croisée des Chemins pour trouver enfin une wyverne capable de l'emporter jusqu'à certain lieu de son choix.

    Elle était arrivée en pleine bataille entre quelques champions de Kalimdor et de puissants élémentaires de feu ardent. Ayant reconnu le Capitaine de la Compagnie Pourpre, auquel elle avait promis assistance les semaines précédentes, afin de parfaire sa couverture, elle se joignit aux assauts. Prenant bien garde à ne pas user de feu gangrené, elle participa au nettoyage du village. Elle apprit que tout cela était certainement l’œuvre de la chaman Chayem, rendue folle par le chaos sanglant et corrupteur répandu par les gebbets. Pour avoir largement participé à ce complot meurtrier et sournois, la gangremage savourait l'ironie de cette situation devenue désastreuse et dévastatrice pour les corps et les âmes des vivants de cette région.

    Il fallut donc se mettre à la recherche de Chayem, dont on disait qu'elle se cachait dans les environs de la Croisée. Ses cris et hurlements de rage pouvaient effectivement être entendus à des centaines de pas à la ronde. Personne dans les cavernes des Lamentations. Mais il y avait quelque chose pourtant à proximité. La démoniste manipulait les feux, élémentaire et gangrené, depuis tellement longtemps et avec une telle familiarité qu'elle sentait la source mystique d'un pouvoir ardent gigantesque non loin de là. De fait, il ne lui fallut pas longtemps pour découvrir une grotte surplombant les cavernes, barrée d'un mur de feu. Tout ce déchaînement élémentaire venait de là.

    Alléchée par la perspective de se trouver en position de corrompre une telle source de pouvoir, et de nourrir son feu gangrené du noyau palpitant d'une telle puissance ardente, Yazgash convoqua sa gangrarmure et son immolation gangrenée. Elle avait une telle maîtrise du feu que cela lui semblait un jeu d'enfant de traverser ce mur de flammes. A peine eut-elle marché dans l'incendie qu'elle fut repoussée violemment. Impossible d'aller plus avant ! Une force mystique impénétrable préservait les lieux de tout intrus. Tout juste eut-elle le temps d'apercevoir un autel ardent, un élémentaire de feu et la forme frêle d'une Sin'Dorei, couverte de flammes crépitantes de la tête aux pieds.

    Le bourdonnement du chaos devint soudain une musique nette et tranchante aux oreilles de la sorcière quant elle entendit les imprécations furieuses à son encontre. Le hasard avait voulu qu'un témoin assiste à sa démonstration de pouvoir gangrené, à ce moment précis, en ce lieu précis. Jamais jusqu'alors ses précautions, sa discrétion et sa ruse n'avaient été pris en défaut. Jusqu'à ce soir, ce moment, ce basculement.

    Quant au témoin, cet agent du chaos, il était l'émissaire exemplaire, idéal et parfait de la farce : un draeneï redresseur de tort ! Il avait tout vu, et déjà ses cris et les injonctions réflexes issues du parfait dressage de ceux de sa caste crétine retentissaient dans l'air.

    La vague était imminente. C'était le moment ! Il fallait choisir et vite.

    Fuir, elle le pouvait facilement, mais alors elle renonçait à l'univers des potentiels infinis qui se présentait soudain. Soudain, mais pas imprévu et surtout, pas inespéré. Tout défila dans son esprit, comme à l'heure de la mort, et c'était bien de mort dont il s'agissait. La mort à ce qui était, la naissance à ce qui était possible. Elle décida en un battement de cœur de s'abandonner aux vents du chaos qui déferlaient sur son existence. Se laisser glisser dans le courant, emporter par la folle furie, et jouer ! Jouer pour gagner, jouer pour attraper l'esprit pur du Chaos, le serrer dans ses griffes et le presser dans sa bouche avide jusqu'à la dernière goutte !

    Elle se présenta, nonchalante et narquoise, à la Croisée. Le Draeneï déroulait son code, prévisible et rigide jusqu'à l'absurde. Le Capitaine de la Compagnie Pourpre écoutait d'un air mi-figue mi-raisin. Yazgash avait l'impression qu'il était parfaitement amusé par la situation. Elle grimaça néanmoins lorsqu'il lui imposa un duel avec le redresseur de torts afin de déterminer si celui-ci gagnerait le droit de sonder l'âme de celle qu'il accusait des pires méfaits et de la pire traîtrise. Elle dut se retenir de ne pas sourire devant la furieuse bouffonnerie de la situation. Combien avait-il raison ce Jaguda, drapé de son auréole paladine et raide comme la justice divine ! Allons il fallait pousser la comédie jusqu'au bout, l'insulter, le moquer, jouer l'outrage, la dérobade, entrer dans son jeu.

    Bon, ce n'était pas si drôle car elle jouait seule. Le géant armuré n'imaginait pas même que la situation eut pu être entachée de tractations avec le chaos. Il ne jouait pas lui, il ne voyait rien, il faisait ce que son dressage abscons lui commandait, et il le faisait avec zèle et application. Le duel n'eut rien d'une partie de plaisir, mais il fallait bien en passer par là, pour complaire au plaisir du Capitaine. Lui était un joueur, Yazgash l'aurait parié, et il savait ce qu'il faisait. Un Troll, un chef, un tueur, le Chaos adorait ce genre d'individus...

    S'abstenant, bien évidemment, d'user du moindre de ses nombreux pouvoirs liés à l'Ombre et à la Gangrène, privée de l'usage de ses démons, la sorcière se défendit gentiment face au colosse et à son épée aussi grande qu'elle. Quelle vilaine guigne, voilà qu'elle avait perdu le duel ... le chant du Chaos enflait à ses oreilles.

    Le duel d'esprits qui suivit fut un combat bien plus rude finalement. Ces paladins sont les êtres les plus bornés, rigides et fermés qui soient mais ils sont sacrément coriaces de corps et d'esprit. Yazgash dut mobiliser toutes ses ressources occultes pour verrouiller l'accès à son esprit et empêcher la conscience du redresseur de torts de pénétrer sous la surface de son âme. Il resta donc en extérieur, constatant certainement une certaine vocation ténébreuse de sa cible, mais sans autre précision. De quoi cependant confirmer ce qu'il avait vu un peu plus tôt.

    La graine était plantée ! Bien plantée !

    Endolorie de corps et d'esprit, couvrant le draeneï et le troll d'invectives, la sorcière les planta là, l'un ricanant et toujours très amusé, l'autre sévère et courroucé. Elle commanda une wyverne et s'envola bientôt vers l'occident. Éreintée, elle se sentait glisser, le hurlement du maelström mystique lui emplissait l'âme d'une symphonie palpitante, démente et indicible. Un ricanement de folie lui échappa, mêlé de sanglots d'excitation, et de fulgurants traits de feu verdâtre déchirèrent le ciel nocturne des Serres-Rocheuses.

    Quand elle atteignit finalement Hache-Tonnerre, au cœur de la nuit, elle avait retrouvé la maîtrise de ses nerfs. Les puissants flux chaotiques auxquels elle avait choisi de s'abandonner battaient à ses tempes, à coups sourds et lourds de significations cachées. La crête avait été franchie, il s'agissait maintenant de bien négocier la pente. Mais elle y avait tellement pensé et depuis un bon moment déjà.

    Tout était prêt dans son esprit. Maintenant, il convenait de proprement dérouler la trame ... et construire un nouveau jeu, une nouvelle main. Seule la fin comptait, l'enjeu qu'elle avait choisit de longue date. Et pour cela, elle était prête à chambouler l'échiquier, renverser la table, et en profiter pour compléter la liste de ses atouts.

    Une période excitante et périlleuse venait de commencer. Une période sur le fil du rasoir.

    ...

    Barbare

    Bien après les jours et les saisons, et les êtres et les pays,
    Le pavillon en viande saignante sur la soie des mers et des fleurs arctiques ; (elles n'existent pas.)
    Remis des vieilles fanfares d'héroïsme - qui nous attaquent encore le cœur et la tête - loin des anciens assassins -
    Oh ! Le pavillon en viande saignante sur la soie des mers et des fleurs arctiques ; (elles n'existent pas.)
    Douceurs !
    Les brasiers, pleuvant aux rafales de givre, - Douceurs ! - les feux à la pluie du vent de diamants jetée par le cœur terrestre éternellement carbonisé pour nous.
    - O monde ! -
    (Loin des vieilles retraites et des vieilles flammes, qu'on entend, qu'on sent,)
    Les brasiers et les écumes. La musique, virement des gouffres et choc des glaçons aux astres.
    O Douceurs, ô monde, ô musique ! Et là, les formes, les sueurs, les chevelures et les yeux, flottant. Et les larmes blanches, bouillantes, - ô douceurs ! - et la voix féminine arrivée au fond des volcans et des grottes arctiques.
    Le pavillon...

        Rimbaud - Illuminations
    avatar
    Havgan

    Messages : 75
    Date d'inscription : 18/08/2013
    Localisation : Essonne (91)

    Re: Chronique démoniaque

    Message par Havgan le Dim 22 Juin - 0:24

    Ascension noire.

    La Désolace, la nuit.

    Un premier résultat enfin ! Abarot le diablotin familier de la sorcière en avait perdu son insupportable caquet et était resté muet de surprise face à sa maîtresse. Avec une sombre satisfaction, Yazgash venait de répliquer, en une parfaite manipulation des flux dimensionnels de son propre corps, le rare talent de cette engeance démoniaque. Elle avait trouvé, après des mois de recherches complexes et de tâtonnements harassants, le moyen de déphaser son enveloppe charnelle, de l'extraire d'une infime fraction de dimension. Un début concret et encourageant ! La première pierre d'un édifice autrement plus ambitieux et visionnaire.

    Convoquée le lendemain, elle s'était présenté au Commandant de la Désolace comme à son habitude, faisant profil bas mais prête à tout. Il était cette fois d'excellente humeur et, une fois n'est pas coutume, félicita la gangremage de ses bonnes œuvres pour la réussite de la guerre des gebbets. A son ordre, un cabaliste apporta un bâton runique ouvragé, puissant artefact sorcier destiné aux meilleurs des maîtres des arts occultes, seuls capables d'en maîtriser le potentiel dévastateur. C'était son présent pour avoir contribué de façon magistrale aux opérations engagées depuis le début de l'invasion. Un symbole aussi de sa maîtrise exceptionnelle de la magie gangrenée, du feu de la destruction, cette gangreflamme qui était l'une des armes totales les plus abouties de la Légion Ardente.

    Elle écouta les plans du machiavélique maître des démons, s'abstenant de tout commentaire, et prit ses ordres. Profitant de la bonne disposition du chef démoniaque, elle présenta certain complot de son idée pour endormir encore plus la vigilance de la résistance des peuples d'Azeroth. La suggestion fut rejetée par le Commandant. Sans doute n'était-ce pas encore le bon moment...

    De retour dans son laboratoire de Hache-Tonnerre, la sorcière rassembla les feuillets couverts de son écriture serrée et nerveuse, les assembla en un rouleau compact et les fourra dans son sac. Elle récupéra ses composants d'enchantement, dont elle pratiquait les arcanes avec l'expertise des meilleurs enchanteurs du Kirin Tor, et les ajouta à ses effets personnels. Ne jamais laisser traîner d'indications sur ses travaux, toujours préserver ses secrets, ne faire confiance à quiconque.

    Jusqu'ici la Légion Ardente avait respecté le pacte originel, et Yazgash avait atteint un niveau de pouvoir et de puissance occulte que rien ni personne d'autre n'aurait pu lui permettre de conquérir. Mais la puissance était un moyen de la liberté, et libre elle ne l'était pas vraiment, pas encore. Sa volonté inflexible canalisait son désir et son impatience d'aller vite, de brûler les étapes.

    Son temps viendrait.

    ...

    Le soir, la Couronne de Glace.


    Elle avait reconnu le puissant Morgendhal, seigneur de guerre de la Dame Noire de Fossoyeuse, quand celui-ci l'avait soudainement apostrophé dans un des charniers hantés par les abominations du Fléau. Occupée à cueillir ces âmes impies et torturées, elle ne l'avait pas vu arriver dans son dos. Elle s'était rappelée sa tentative de rapprochement auprès des Réprouvés, alors qu'elle découvrait encore Azeroth, vite avortée du fait des préventions du prêtre des ombres Méthenis.

    Lui ne l'avait pas reconnu, car son visage était masqué de sa capuche de tisse gangrène, mais le diablotin ne trompait pas quand à la spécialité de sa maîtresse. Il voulait connaître son nom, savoir s'il devait la tuer ou l'épargner. Elle se proclama ennemi du Fléau, mais cela ne suffisait pas et le ton du chevalier noir devenait menaçant. Pas question de se dévoiler ou de se nommer, qu'il aille au diable ce cadavre ambulant !

    Quand il invoqua son épée d'ombre, elle n'hésita pas un battement de cil. Convoquant son immolation, elle fit pleuvoir son feu gangrené et la calcination sur les os du puissant guerrier, cependant que celui-ci se ruait sur elle et l'entaillait à grands coups de sa lame noire. Cette fois, pas d'autres témoins que les pantins décervelés du Fléau, pas de précautions restrictives à l'usage de ses pouvoirs, elle déchaîna la pleine puissance de sa gangreflamme. Usant des imprécations de terreur pour repousser le porte épée de Sylvanas, elle parvint à consumer sa vitalité proprement surnaturelle et le laissa au sol, fumant et noirci.

    L'affaire avait été rude, mais elle se remettrait certainement plus vite que lui. Quand il reprit sens, elle l'observait, se demandant comment on se sentait dans un corps mort. Il était là pour la vengeance de Sylvanas contre le Fléau, contre Arthas. Yazgash prit soin de lui demander son nom - feignant ainsi de tout ignorer de lui - nom qu'il refusa de révéler, tout comme elle, évidemment.

    Sylvanas, les Réprouvés ... ils l'avaient repoussé, mais sans doute avait-ce été une bonne chose. Ils restaient une énigme dans le grand jeu des peuples d'Azeroth. Une énigme, donc une menace potentielle. Même si, quand il avait révélé l'ombre qui le servait, quand il avait parlé avec mépris des "lumineux", la gangremage avait eu l'impression d'une forme de connivence, ténue et pleine de tensions, mais indéniable.
    avatar
    Havgan

    Messages : 75
    Date d'inscription : 18/08/2013
    Localisation : Essonne (91)

    Re: Chronique démoniaque

    Message par Havgan le Mer 2 Juil - 17:04

    Ingénierie démoniaque.

    La Désolace.

    Les accents sinistres et rauques de l’Eredun résonnaient violemment à l’arrière des hauts murs de la forteresse de Hache-Tonnerre. Les voix geignardes et traînantes de deux ingénieurs Mo’arg se confrontaient brutalement avec une autre voix, dominatrice, sèche et impérieuse. Celle-ci couvrait d’invectives humiliantes les deux démons dont les yeux exorbités de rage contrastaient avec la retenue craintive de leurs gestes. Quand son compère se transforma en torche vive de feu verdâtre, le survivant des deux Mo’args s’enfuit en hurlant, se précipitant dans le premier portail de téléportation.

    Yazgash soupira longuement, s’absorbant dans la contemplation de la crémation du démon qu’elle venait d’incinérer. Ces petites raclures de Mo’arg refusaient de livrer leurs secrets d’ingénierie démoniaque, et pensaient pouvoir la balader dans d’obscurs et d’abscons discours techniques sans intérêt. Malgré toute l’autorité conférée par le Commandant et le bâton de pouvoir qui soulignait son rang, la gangremage se heurtait aux mensonges, à la désobéissance, aux cachotteries, mesquineries et autres jalousies des démons inférieurs. Leur nature les rendait rebelles à toute autorité autre que celle des démons de rang supérieur, et même s’ils la craignaient autant que leurs autres officiers démoniaques, ils ne pouvaient s’empêcher de tenter de la duper, de toutes les façons possibles.

    Depuis qu’elle avait compris que ses recherches seraient dynamisées et enrichies par l’étude des technologies de la Légion Ardente, et en particulier celle des portails interdimensionnels, elle n’avait pas ménagé sa peine. Elle avait envoyé le Sigil par monts et par vaux rassembler métaux et composants, s’était faite disciple des ingénieurs gnomes et gobelins, et surtout s’était plongée dans certains recueils de la bibliothèque de la Brèche de l’Ombre. Elle avait alors convoqué le contremaître Mo’arg des ingénieurs de la Désolace, exigeant l’enseignement de leurs techniques, plans et secrets. C’est à partir de là que les choses s’étaient compliquées …

    Qu’importe désormais ! Elle disposait de bases très solides et elle savait où obtenir tout ce qu’elle voulait savoir. Elle devrait y passer du temps certainement, user de contrainte démonologique évidemment, sans doute massacrer un peu les récalcitrants, mais les maîtres de forge de la Légion Ardente en Outreterre seraient bientôt forcés de lui révéler leurs secrets.

    Tous leurs secrets.

    Yazgash n'avait pas oublié cette discussion à Dalaran avec la draeneï Tezca, suspicieuse et méprisante comme tous ses congénères, mais dont les talents en ingénierie et les propos sur le sujet avaient prodigieusement intéressés la gangremage. Il y avait des pistes, dont elle n'avait pas idée jusqu'alors, particulièrement prometteuses à explorer en Outreterre, du côté de Raz-de-Néant et des technologies cristallines, ainsi que des manaforges...

    Après les maîtres des forges, elle savait où diriger ses recherches. Quel dommage que le Donjon de la Tempête soit revenu aux mains des Sha'tars ...
    avatar
    Havgan

    Messages : 75
    Date d'inscription : 18/08/2013
    Localisation : Essonne (91)

    Re: Chronique démoniaque

    Message par Havgan le Mer 17 Sep - 15:52

    Nouvelles de la Légion Ardente.

    Les Carmines, le soir.

    Elle avait bien trouvé le Commandant où le cabaliste avait indiqué qu'il était, dans les Carmines, en train d'assister Groshnak le seigneur de guerre de la Horde Noire, qui conduisait ses troupes de Rochenoires contre les défenses du Royaume de Hurlevent. Pas un mot sur les deux lunes passées, pendant lesquelles les forces démoniaques s'étaient simplement repliées sur leurs bastions de la Désolace, la forteresse de Hache-Tonnerre et la Faille de l'Ombre.

    Yazgash avait poursuivi ses propres plans pendant cette période et avait bien des projets en tête lorsqu'elle aborda son maître. (entretemps : http://0rigine.forumgratuit.org/t4046-orque-yazgash#19135)

    Elle l'informa de la menace d'un assaut des Antaariens, ces congénères des Draenei de l'Exodar, grands ennemis de la Légion Ardente et puissants porteurs de lumière. Il ignorait leur existence et ne posa pas de question sur les sources de la gangremage. Elle insista sur le risque majeur encouru par les positions de l'invasion en Désolace et s'entendit répondre, avec grande satisfaction, que le Commandant comptait sur ses travaux de recherche sur les phasages / déphasages dimensionnels pour mettre à l'abri les deux bastions de la Légion dans la région.

    Sautant sur l'occasion, elle évoqua ses difficultés avec les Mo'args et autres maîtres de forges, qui partageaient avec réticence leurs secrets d'ingénierie démoniaque. Obtenant la confirmation que le Commandant donnerait ses ordres à ce sujet, elle s'engagea à poursuivre ses recherches d'arrache-pied, afin d'obtenir un résultat qui satisfasse l'officier. Un résultat dont le secret et les possibilités seraient aussi un outil puissant propice aux projets de la sorcière. Un résultat qui serait un grand pouvoir pour sa détentrice...

    Elle évoqua également son installation à Hurlevent sous couverture. Des cristaux de la Légion avaient été dispersés là-bas par un agent qui s'était fait prendre par la Garde. Ils étaient inactifs. Mais si l'on activait le premier d'entre eux, la série toute entière pourrait être éveillée. L'agent avait une maison dans la forêt d'Elwynn... Yazgash s'engagea à envoyer son Sigil fouiller toutes les maisons de la forêt pour mettre la main sur ces précieux cristaux.

    Pendant qu'ils parlaient, la gangremage tentait d'évaluer la puissance de son maître. Elle se souvenait du mastodonte monstrueux qui avait conduit l'invasion de la forteresse de Hache-Tonnerre et qui était l'une des formes démoniaques du puissant officier démon qui était son maître. Si, un jour, elle comptait anéantir le lien qui la retenait à lui, et donc le détruire lui ... il allait falloir ruser et rudement bien, car s'engager seule dans ce projet était tout simplement suicidaire et même pire que cela. Un échec signifiait une éternité de souffrances et de tortures aux mains des démons du Néant Distordu qui se plaisaient à "jouer" pendant des éons avec les âmes dévoyées, et faisaient bien pire encore avec les âmes traîtresses...

    Contenu sponsorisé

    Re: Chronique démoniaque

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 20 Oct - 1:22