World of origine

Bienvenu sur 0rigine Wink

Forum du serveur jeux de rôles WoW

Désolé ! Ce serveur est fermé mais continue sa vie sur Imagina
http://imagina.forumgratuit.org/

    Chanter sous la lune

    Partagez

    harendal

    Messages : 376
    Date d'inscription : 14/04/2013

    Rencontre

    Message par harendal le Mar 9 Juil - 10:17

    Morgendhal remontait vers le nord depuis l'accostage de la vengeance en Norfendre. Horkrone lui avait demandé par courrier de le rejoindre afin de renforcer une action sur la croisade écarlate au Nord-Ouest de la couronne de glace.
    Alors qu'il entrait dans les grisonnes par le sud ouest, les ombres s'agitèrent et se sentait dirigé vers l'est... Arrivant presque à la côte il remarqua une créature titubant qui remontait le chemin de la montagne vers le sud et le fjord hurlant. Il ne tarda pas à l'identifier. C'était un worgen de haute stature, mais son comportement le laissait interrogatif... Il était entouré par les ombres par intermittence.
    Morgendhal regagna le sol en prenant de la distance, s’apprêtant à le combattre au cas où. Il connaissait bien les worgens. Mais ceux de la forêt des pins argentés, ici, on était en Norfendre.
    Le worgen s'avançait toujours péniblement. Morgendhal pu alors remarqué qu'il était couvert de plaies sanglantes. Alors que morgendhal allait prendre la parole, le worgen tomba à genou, avant de s'effondrer au sol. Il n'était plus apte à se battre et visiblement à bout de force.
    Morgendhal s'avança lentement intrigué. alors qu'il s'apprétait à faire demi tour et rejoindre sa monture pour partir, les ombres s'agitèrent et un allo flou se concentra autour du worgen.
    Il ne devait pas repartir sans lui. Morgendhal se pencha sur le worgen. il était vraiment en triste état et les pansements qu'il pourrait lui mettre de ferai que ralentir sa fin prochaine. Il fallait agir vite, très vite.
    Morgendhal enveloppa le worgen dans une couverture pour être le plus discret possible à fossoyeuse et utilisa sa pierre de foyer aussitôt. De toute façon un reprouvé qui trimbale un corps sur ses épaules n'avait rien d'extraordinaire. Il pourrait toujours trouver une réponse. la seule différence était que celui là respirait encore. mais pour combien de temps.
    A peine arrivé, morgendhal et son lourd fardeau prirent le transport aérien immédiatement vers le sépulcre. Une fois arrivé il mis le worgen sur sa monture et rejoignit moulin de l'ambre; le worgen serait là au moins un temps à l'abrit... Morgendhal entra dans les ombres en faisant l'empreinte de son esprit.
    Il n'y avait qu'une personne qui pouvait l'aider, en espérant qu'elle comprendrait et arriverait très vite...
    avatar
    milinda

    Messages : 1358
    Date d'inscription : 15/05/2011
    Localisation : Val d'Oise

    Re: Chanter sous la lune

    Message par milinda le Mar 9 Juil - 13:22

    L’appel de l’Ombre avait attiré Ophra depuis la Bois des Chants Éternels jusqu’aux Pins Argentés où elle rencontra Morgendhal qui l’attendait, recroquevillé sur sa monture décharnée. « Je reviens du Norfendre, dit-il, et je t’ai ramené un fardeau. Suis-moi ! » Il la conduisit jusqu’à Moulin d’Ambre.

    Dans la maisonnette gisait un worgen blanc. Ophra s’agenouilla près de lui, le regardant avec une sorte de tendresse animale. Elle pose sa main droite sur son pelage et s’aperçut qu’il était blessé et agonisant. Elle s’aperçut aussi qu’il n’était pas un ragelune. Il avait quelque chose de différent. Morgendhal l’avait ramené du Norfendre, c’était un worgen de Ruissargent, un de ceux qu’elle avait croisé là-bas et qui appartenait à une secte dont le nom est Culte du Loup qui serait sous l’emprise de l’ignoble mage Arugal ou, du moins, ce qu’il en reste, un esprit. Personne ici n’était ne mesure de soigner le worgen. Gildas aussi était là et, en dehors de son humour grinçant et mal-à-propos de réprouvés, il ne fut pas d’une grande aide.

    Ophra pouvait faire quelque chose mais il faudrait employer les moyens que l’Ombre lui offrait. Des vivants étaient nécessaires. Elle se souvint d’un camp de réfugiés du Kirin’tor de Moulin d’Ambre, planqués dans les collines de la forêt. Il n’y avait pas le choix. La question ne se posait même pas. Tous ces gens ne valaient pas la vie d’un worgen, sur tout pas de celui-ci car il serait sans doute d’une grande utilité pour trouver des alliés en Norfendre et lutter contre l’emprise d’Arugal sur ceux qu’Ophra considère comme sa famille. Ce sont donc les gnomes et les humains cachés dans les collines et que, sans doute, tout le monde avait oublié qui donneraient leurs vies pour sauver le worgen mourant.

    Ce fut rapide. Ils avaient beau se cacher dans des buissons et derrière les arbres, elle le débusquait tous et aspirait leur vitalité pour les laisser là, choir sur le sol comme fruits secs, vidés de leur substance. Cela semblait déranger Gildas qui gargouillait, comme d’habitude, des inepties de réprouvés, mais plus rageux, cette fois. Le Worgen, quant à lui, retrouva suffisamment de force pour être ramené jusqu’au Village de Bois-du-Bucher où Ophra e veilla toute la nuit. Au petit matin, elle partit pour Hurlevent, rassurée que ce nouveau frère allait vivre.
    avatar
    Valek Bérille

    Messages : 327
    Date d'inscription : 02/09/2011
    Age : 22
    Localisation : Hurlevent

    Re: Chanter sous la lune

    Message par Valek Bérille le Mar 9 Juil - 16:01

    Hier sont arrivé une dizaine des soldats du Comte Valek Bérille, et furent placé dans la ville.

    Aujourd'hui arrivèrent une troupe de quinze soldats de Hurlevent dans leur armure rutilantes et au tabard du lion d'or sur champ bleu.

    Sombre Comté était désormais sécurisé.
    avatar
    Satrama
    Admin

    Messages : 4746
    Date d'inscription : 14/05/2011

    Re: Chanter sous la lune

    Message par Satrama le Mar 9 Juil - 20:40

    Natalia, Veela, Selka et Ronald sont venu avec le légat Valek Brille visiter rantha dans sa chambre. Valek parti avant les autres et ceux-ci décidèrent qu'il fallait faire quelque chose pour la chasseresse. Après quelques péripéties dont la pire est sans doute la transformation de Rantha, complètement droguée au calmants, en worgen, ils obtinrent la consentement, et même la bénédiction du Maire Elo Bouclenoire d'emporter Rantha à Darnassus où elle repose actuellement.


    _________________
    "Une épée est inutile dans les mains d'un lâche. Même la plus puissante des épées doit être maniée par une personne à la foi courageuse" (d'après une phrase des écrits du sage Nichiren Daishonin).
    avatar
    Bakuroy

    Messages : 33
    Date d'inscription : 24/05/2013
    Age : 26
    Localisation : Marseille

    Re: Chanter sous la lune

    Message par Bakuroy le Jeu 11 Juil - 10:31

    Le problème du déplacement de Rantha n'a pas trouvé de solution sans pépin. En effet la transformation de la jeune femme finit par alerté les autorité de Sombrecomté qui décidèrent d'user de "grands moyens". Bien entendu, Ronald, Selka, Natalia, et Veela, qui veillaient sur elle, n'étaient pas du même avis. Rapidement, ils en vinrent au main face aux gardes, et si Natalia n'était pas doté d'une puissance dépassant l'imagination, leur position auraient rapidement été désavantagée.

    Néanmoins, au terme de quelques coups de pieds et baffes, ce fut une solution pacifique qui régla la question. Ronald eu droit à rencontrer le seigneur Blouclenoire afin de lui expliquer la situation, et eu sont accord pour transporter Rantha jusqu'à Darnassus. Hélas, personne ne semblait tenir compte du fait qu'un worgens était une bête massive, contrairement à une humaine qui pouvait être plus facilement transportable.

    Une fois encore, grâce au don de Natalia, ceci fut possible, et Rantha, escorté par les deux elfes et le mercenaire, fut donc amené vers Darnassus. En ce moment même la jeune femme se reposerait chez les elfes. Il est difficile de dire comment évolue son état puisque personne mis à part Natalia, ne semble réellement en mesure de se prononcer à ce sujet.

    Ce qui est sûr, la jeune femme semble avoir retrouvé la force de parler. Si Ronald voit ceci comme un signe encourageant, il ne perd pas de vu que la contamination continue à faire effet, et que chaque nuit, Rantha se transforme de nouveau en Worgen. Selon Natalia, elle devra apprendre à maîtriser cette forme, mais est-il possible d'y croire lorsque l'on sait qu'aucune personne connu à ce jour n'a réussit à le faire ?
    avatar
    Uktena

    Messages : 106
    Date d'inscription : 14/05/2011

    Re: Chanter sous la lune

    Message par Uktena le Ven 12 Juil - 18:31

    Rapport de mission de la templière Veela, Ordre d'Elune.

    Shan'do,

    J'ai rejoint la Sœur Capitaine Viveflèche dans le royaume des humains pour l'assister sur une enquête concernant des activités Worgens, dans le cadre de l'opération "inventaire de la faux", nom de code "ranger ses affaires"

    L'enquête nous a mener dans une forêt sombre et pétrie de magie ténébreuse, dans la laquelle se trouve un village humain.

    Nalaawen y a rencontrer une personne connue comme étant une humaine étudiant les worgens et ayant demander accès au temple d'Elune dernièrement.
    Suite à une brève discutions autour du corps d'un worgen blanc laisser là par les humain en guise de menace pour les autres bêtes, l'humaine est subitement partie, comme prise par une urgence, en plein milieu d'une explication de falore Viveflèche.
    Je l'ai suivit dans les bois, perdant sa trace là où la piste d'un worgen démarrée.
    J'ai aussi pu voir la silhouette grise ou blanche de ce worgen s'éloigner dans les bois en direction du nord.
    L'humaine est connue sous le nom d'Ophra. Je préconise une capture et étude de son cas pour confirmer les doutes de contamination à son sujet.

    Après prélèvement d'échantillons sur les corps des worgens trouvés sur place, nous avons décidé de mener l'enquête quant à une indigène disparue : Rantha. Son travail étant de chasser ces bêtes, il était probable qu'elle soit tombée entre leur griffes. Le cas échéant, elle aurait surement des information importantes à nous confier sur l'agitation des worgens locaux, si tant est qu'elle soit encore en vie.

    Nous l'avons finalement localisée au fond d'une caverne abandonnée creusée par les humains ou ce serai trouvée une partie de la Faux. L'endroit était investi par les worgens et l'humaine était en sale état. Il aura fallut lutter fermement pour l'en sortir.

    Les soigneurs humains parvinrent à stabiliser son état.


    Quelques jours plus tard, je suis retournée constaté l'état de l'humaine, pour confirmer ou infirmer son éventuelle contamination, avec pour ordre de l'extraire vers Darnassus en cas de contamination avérée.

    Un fois sur place, l'agitation était à son comble. L'humaine difficilement sauvée de la mort était en état d'empoisonnement par excès de médecine primitive mal dosée, devant la garder au calme (ou la tuer ?).
    La contamination worgen était dès lors une évidence et les humains ne savaient visiblement pas la gérer convenablement.
    A la demande du conjoint de Rantha et devant l'urgence de la situation, j'ai fait appel à l'Oracle Natalia pour soigner l'humaine et la rapatrier dans de bonne conditions.
    Les indigènes se sont interposés, voulant tuer la contaminée. Nous avons du lutter pour la défendre. Heureusement ces mortels primitifs ne peuvent approcher une Oracle d'Elune avec de mauvaises intention. Natalia suffit donc à protéger le colis, pendant que le conjoint de Rantha négociait avec les autorités pour que nous puissions quitter les lieux rapidement.

    Ainsi nous pure ramener la worgen vivante et en bonne santé à Darnassus, pour études. Il est de notre devoir de l'aider à contrôler cette malédiction. Puisse la déesse nous assister dans cette tâche.

    -Veela Aubeflèche.

    NB : Il semble que l'Oracle Natalia ai un projet avec cette humaine. Elle lui rend visite souvent et s'en occupe. Visiblement elle cherche a controler la bête pour laisser l'humaine disposer de sa force. Si ce projet abouti, ce serai une première depuis 10000ans que cette malédiction frappe !


    _________________

    harendal

    Messages : 376
    Date d'inscription : 14/04/2013

    Sombrecomté sous les crocs

    Message par harendal le Dim 14 Juil - 12:04

    Son esprit planait dans la sombre forêt du bois de la pénombre. Quelque chose n'allait pas, il le sentait dans l'air même. Le lien avec celle qui l'avait libéré d'Arugal était troublé, comme si un voile de lumière aveuglante l'empêchait de joindre son esprit.
    Les loups lui firent comprendre qu'elle avait été emmenée mains et poings liés dans la grande cité de pierre des hommes. Il savait pourquoi il avait été attiré ici. Elle était en danger, et cela il ne pouvait pas l'admettre, car il avait besoin d'elle.
    Sa fureur grandissante il donna l'ordre aux loups de se rassembler et d'encercler le village de Sombrecomté. Autrefois, oui autrefois il aurait sans doute ravager cette contrée. Sa légende avait perduré dans le temps, et tous se souvenaient qu'il avait combattu les démons et qu'un seul coup de patte les fauchait par dizaine. mais son cœur lui disait de faire autrement, et aujourd'hui il n'était qu'esprit.
    IL décida de se prendre sa forme fantomatique sur le chemin du défilé de Deuillevent et d'utiliser la faille ouverte par Arugal dans le monde du Rêve pour invoquer les loups fantomatiques, les loups noirs de cauchemars seraient ses griffes... Après avoir fait tuer les gardes en faction dans le défilé, il avança jusqu'à l'entrée du village, il savait qu'il n'aurait pas longtemps à attendre...
    Des hommes s'étaient présentés devant lui, il fit en sorte qu'ils s'éloignent car il ne voulait en voir qu'un, celui à qui il avait donné un peu de lui pour combattre et que les orks surnommait du même nom... Lo'gosh. Il pensait qu'il pouvait le comprendre... mais Logosh avait bien changé, cependant, il comprenait qu'un souverain se doit de protéger son peuple tout comme lui le faisait... Sa sauvagerie n'avait d'égale que son cœur.
    Goldrinn souffla dans le vent les mots pour qu'il soit compris. Il voulait qu'on lui rende sa prêtresse, et il était prêt à tout pour cela. Visiblement il ne fut pas compris certaines paroles agacèrent son intelligence. Il fit appel aux loups noirs de cauchemars afin de montrer qu'il n'était pas là pour discuter. Un premier combat s'en suivi, et devant l'arrogance des hommes un second, avant qu'ils ne comprennent...
    Il dut attendre longtemps avant qu'elle soit enfin en face de lui. Goldrinn renvoya les loups noirs de cauchemars... IL était prêt à aider les hommes contre les démons qui avaient de nouveau envahi Azeroth. Mais, devant les menaces proférées par le roi contre ses enfants les worgs qu'il entendait chasser, Goldrinn souffla des mots sans appel : oeil pour oeil, dent pour croc... Il attendit que sa prêtresse soit en sécurité avant de disparaître, mais l'esprit du loup ancestral planait de nouveau sur Azeroth...


    avatar
    Valek Bérille

    Messages : 327
    Date d'inscription : 02/09/2011
    Age : 22
    Localisation : Hurlevent

    Re: Chanter sous la lune

    Message par Valek Bérille le Dim 14 Juil - 12:46

    "Au final, j'avais raison", conclut Valek en constatant les dégâts qu'avait causés ce Goldrinn et ses gamins.

    Plusieurs semaines, voir mois s'était écoulée depuis les nombreuses attaques de worgens, une autre venait d'arriver en Elwynn après un long silence. Il décida de faire le tour des villages un par un, et sur les bords de route.

    Jusqu'a ce qu'il voit Ophra.
    Cette dernière ne lui inspirait plus aucune confiance. Tout d'abord c'était une ex prisonnière, dans la prison de haute sécurité tout de même ! Et il l'avait vu devenir qu'ombre plusieurs fois. Hélas les preuves manquaient et sa parole ne vaudraient pas assez.

    Il entreprit de la suivre, se disant qu'a défaut de worgen, il aurait attrappé une sorcière. Elle alla dans la tour d'Azora, puis à Hurlevent, alla dans le magasin d'enchantement, puis à la banque puis sortit. Avec Valek sur les talons.
    Se mouvoir dans la ville était assez facile avec tout ces angles, tonneaux, caisses. Et puis il avait son anneau d'invisibilité gracieusement acheté à Lethaliw pour les cas extrêmes. Un vrai fantôme.

    Il la suivit toujours et il eu plus que ce qu'il ne souhaitait.
    Non pas sans être seulement une sorcière, elle se transforma -a quatre reprise- en worgen pour déchiqueter des animaux. N'écoutant que son courage -et sa ruse- il sortit ses dagues et attendit qu'elle soit occuppé à lacérer un pauvre cochon pour lui sauter dessus et lui lacérer le dos de ses dagues frappé du lion d'or sur les gardes. Il la mit rapidement à terre avec son dos ouvert à de multiples endroit et d'un bon du pommeau dans l'arrière du crâne.

    Il lui mit une baffe digne à déchausser des dents à un bambin pour qu'elle se réveille et recula de deux bon pas (Au cas où elle se réveillerait.. ). Elle se réveilla en gémissant d'un "Aïeeeeuh" digne de sa soeur et demanda pourquoi "Monsieur le Comte l'avait attaqué". Il lui répondit d'emblée qu'elle était worgen et sorcière. Elle nia en bloc toutes les accusations portée à son égard. Il finit par lui dire qu'elle serait emmener à la cathédrale pour y être soignée ainsi que gardé sous surveillance. Elle refusa.

    Elle essaya de s'enfuir en lançant le sort du cri physique qui déboussola Valek. Mais heureusement il a un bon sang-froid... Et il se remit à poursuivre la vilaine dans sa robe blanche et lui frappa à nouveau le crâne du pommeau de sa dague et lui écraser le dos de sa botte. Il la ligota, siffla pour que son cheval Harold arrive et la fit grimper sur son cheval, non sans mal puisqu'il se mangea le talon de la chaussure gauche de Ophra en la montant. Il grimpa sur Harold et lui administra un coup de poing dans les côtes pour se venger.

    Il fit la route jusqu'à Hurlevent, et croisa Méon, son ami de toujours et également voleur d'armure, puisqu'ils avaient la même. Il demanda à son ami de surveiller Sombre Comté, car ils présageaient une représailles de la meute. Puis Valek repartit avec son paquetage et l'emmena vers l'aile sud de la cathédrale, là où se trouve l'intendante de l'Église de la Lumière, il demanda à un prêtre où se trouvait la dites intendante et celui ci déclara qu'elle était "en pays lointain". Il demanda donc à voir frère Estaban, une figure plus conservatrice de l’Église de la Lumière, pendant ce temps Valek descendit avec sa prisonnière dans le bureau.

    Ils furent rejoint peu après par le frère Estaban qui demanda des explications quand à la présence de cette femme au dos lacéré et à l'arrière du crâne bosselé. Valek répondit à nouveau d'emblée que c'était une sorcière doublé d'une worgen. Le prêtre eut un air sceptique et approcha du Comte de la Marche de l'Ouest pour voir si il ne venait pas de sortir d'un débit de boissons alcoolisés. Ce n'était pas le cas puisqu'il n'avait bu qu'une seule fois, à l'âge de 14 ans, sa bouche ne sentait qu'un steak, accompagné de céréales et sans doutes d'un peu, tous avalée au déjeuner.

    Il demanda alors a ce que la femme au dos lacéré soient enfermé à la cathédrale, sous très bonne garde pour qu'il puisse prouver qu'elle était bien worgen, il révéla en outre au frère Estaban que ces derniers se transformaient à la nuit tombée. Le prêtre accepta, toujours aussi sceptique, mais auparavant il demanda à ce qu'elle soit soignée, ce que Valek fit légèrement, ces sorts de soins n'étaient pas aussi puissant que soeur Emiade, mais ils avaient le don de soulager au moins.

    Valek fouilla également la prêtresse et lui retira tout ce qui pouvaient être dangereux à garder. Armes, runes, livres, et autres bijoux ou anneaux. Il demanda ensuite à ce qu'elle soit attaché, pieds poing et tête par des chaînes une heure avant la tombée de la nuit. Il repartit ensuite vers son domaine, l'air de la victoire sur son visage. Il croisa Selka, qu'il invita chez lui, bien trop de bonne humeur pour laisser son ermite rester dehors sous ce soleil qui frappait dur en ce moment. Il en profita pour reluquer cette peau verte finement musclée avant de secouer légèrement la tête, l'appétit d'un homme devient de plus en plus insatiable après des mois d'abstinence. Il n'eu pas le temps de satisfaire son regard puisque son écureuil mécanique, le plus souvent perché sur une poutre de son manoir déboula, tombat des escaliers avec le mot "URGENCE" et "Sombrecomté". Cette petite merveille d'ingénierie de son ami Méon plaisait à Valek, car elle n'était pas envahissante.

    Il laissa libre loisir à Selka de rester chez lui, le temps de régler cette affaire et partit, Ordre et Justice prête à en découdre. Il prit le griffon de la Colline des Sentinelles et arriva à Sombre Comté où il vit Méon, qu'il l'attendait. Ils se dirigèrent vers la sortie est où stationnait un loup de 10 pieds, fantomatique ainsi que deux gardes. Valek ordonna à Méon de ne surtout pas faire de mouvement brusques, et plusieurs fois des loups de cauchemar sortirent des ténèbres du bois pour les faire reculer. Après un bon quart d'heure éprouvant contre ces loups surnaturels, Valek entendit le Roi réclamer sa présence dans le village, il se dépêcha d'y aller et s'agnouilla devant sa majesté Varian. Il remarqua également Sithyne, le dague sous la gorge de Selka qui l'avait apparemment suivi. Varian demanda qui était cet orque et Valek lui répondit en se portant garant qu'elle n'était pas une menace pour Hurlevent. Sithyne déclara elle même que c'était une ennemi, ce que Varian répondit que c'était à moitié faux "Pas vraiment".

    Le Comte expliqua la situation, et ils dirigèrent tout les cinq, accomapgnés de gardes royaux de la sortie est. Le Roi Varian regarda avec dédain le loup fantomatique et demanda à Valek pourquoi il 'avait inviter à une chasse à cour. Le Roi avait toujours un très bon sens de l'humour. Et la suite était connue de tous.

    Valek:
    Je ne met pas toute l'histoire, puisque Harrendal à très bien résumé.
    Satrama:
    L'anneau d'invisibilité de Lethaliw ne permet de suivre quelqu'un puisse qu'on n oit personne non quand on le porte. Il permet juste d'entendre les gens parler
    avatar
    milinda

    Messages : 1358
    Date d'inscription : 15/05/2011
    Localisation : Val d'Oise

    Re: Chanter sous la lune

    Message par milinda le Dim 14 Juil - 19:45

    Personne ne s’en était inquiété. Une gamine de 17 ans a donné sa vie pour son roi le soir du 13ème jour du 7ème mois de l’an 40. Sithyne Morlame, jeune fille naïve mais assez dévouée et efficace dans son travail pour le Royaume, est resté sur le champ d’honneur lors de la bataille qui eut lieu à Sombrecomté entre les soldats du Roi et les worgs fantasmatiques de l’esprit de Goldrinn. Non seulement, pas un seul sujet du Roi ne s’inquiéta pour elle mais, en plus, personne de récupéra son cadavre qui resta toute la nuit à la merci des charognards nocturnes. Ce sont les habitants de Sombrecomté qui la retrouvèrent au petit matin, en réparant les dégâts laissés par la lutte et en ramassant les autres morts. On dit qu’ils enveloppèrent tous les morts dans des peaux de worgs abattus pendant les chasses avant de les mettre en terre au cimetière.

    Enfants de Hurlevent, donnez votre vie au Royaume sans en attendre aucune gloire, car la gloire ne revient en fin de compte qu’à ceux qui ont encore assez de vie pour se vanter de leurs exploits, qu’il soit réels ou pures mensonges.
    avatar
    milinda

    Messages : 1358
    Date d'inscription : 15/05/2011
    Localisation : Val d'Oise

    Re: Chanter sous la lune

    Message par milinda le Lun 15 Juil - 9:35

    Sa tête n’était pas mise-à-prix. Elle savait que les kal’doreïs avaient plus que des soupçons à son égard. Elle savait aussi qu’elle était dans le collimateur du Comte de la Marche de L’Ouest, Valek Bérille, mais elle était loin de soupçonner qu’il lui tomberait dessus, dans le dos, pendant qu’elle était accroupie sur une bête pour la dépecée, en robe légère, et sans autre arme qu’un couteau à dépecer.

    Depuis quelques jours, Ophra avait décidé d’apprendre à fabriquer des vêtements en cuir. Il lui fallait de peaux. De plus, elle cherchait aussi à établir quelques contacts avec des Hurleventins, sans grands succès, et elle rendait visite de temps à autre à Sœur Cécile qui la conseillait dans l’apprentissage de... son art. Mais voilà, elle ne maîtrisait toujours pas son état et, en combat, la bête ne manquait jamais de faire surface, lui donnant sa force pour vaincre ses proies. Le Comte Bérille cherchait la moindre occasion pour lui nuire et, cette fois, il y parvint.

    Il commença gentiment par lui lacérer le dos avec ses outils, par pure sadisme car il aurait pu tout aussi bien pu commencer par ce qu’il fit ensuite : l’assommer. Comme le mal infligé n’était pas suffisant, il la gifla violemment pour la réveiller, histoire de bien la faire souffrir un peu plus. Complètement sonnée, elle le regarda sans trop comprendre et sentit une violente douleur dans le dos qui la cloua au sol un instant. Mais, très vite, son instinct de survie la fit se redresser malgré la douleur. Elle demanda alors des explications au Comte, lui demandant s’il était dans les habitudes de tous les hurleventins d’agresser des jeunes-filles dans les bois par surprise ou si c’était juste lui.

    Valek fit alors des gesticulations buccales pour émettre quelques sons qui ressemblaient vaguement à un langage connu. Chose surprenante : Il l’accusait d’être un vilain monstre du genre "loup garou", allant jusqu’à se transformer lui-même en en chien tout gris. Il se gratta l’oreille, la renifla... elle recula de peur qu’il ne pousse le vice de lui pisser dessus pour marquer son territoire, ou pire encore. Elle comprit qu’elle était considérée comme sorcière et ne donnait pas cher de son avenir si elle ne trouvait pas rapidement un moyen de se sortir de là. Elle tenta donc désespérément d’user d’une technique sans violence pour le perturber et, malgré la douleur, de profiter de l’ahurissement passager du Comte pour s’échapper. En vain. Il lui fondit dessus une nouvelle fois, cherchant visiblement à lui faire le plus de mal possible en piétinant son dos déjà bien entamé. Alors quand il lui dit qu’il voulait la conduire à la cathédrale pour y être soignée, elle n’en cru pas un mot et sentit à nouveau son mal le plus grand l’envahir : le désespoir.

    Il fallait lutter. Une fois à la cathédrale, ficelée, bâillonnée, souffrant atrocement, Elle n’entendit que vaguement la conversation du Comte avec un prêtre tout de blanc vêtu, avant de se retrouver sur un lit, déshabillée et soignée par une prêtresse infirmière. Là, elle eut un peu de répit et s’endormit...

    Jusqu’à ce que le Comte revint, tout affolé, pour l’emmener à nouveau. Elle ne comprit rien à ce qu’il racontait. Il parlait d’un loup énorme. Elle eut à nouveau très peur de ce qu’il pourrait lui faire subir mais n’avait pas d’autre choix que de le suivre, vu qu’elle était toujours ficelée, bâillonné. Il lui avait rendu sa robe toute déchirée laissant paraître les gros pansements de son dos. Ils se retrouvèrent en peu de temps à Sombrecomté où...

    Goldrinn ! Le spectre de son dieu était devant elle, et il l’appelait "sa prêtresse". Il y avait des cadavres humains par ci par là, témoignant qu’il y avait eu de la bagarre. Ophra en oublia son mal, les yeux grands ouverts et stupéfaits par ce qu’elle voyait. Il y a avait aussi le roi qui était là, le roi de Hurlevent, Varian Wrynn en personne. Le Roi portait aussi le nom de Lo’gosh, nom que les orcs et les trolls et les taurens donnent au demi-dieu Goldrinn. Visiblement, malgré qu’elle en ait eu envie, le roi refusait tout dialogue, ne vociférant que des menaces à l’encontre de son homonyme. Il y avait aussi une femme orque qui, elle, ne semblait pas inquiétée par les autorités présentes, et une jeune fille qui courrait partout, une dague dans chaque main.


    L’heure approchait. Ophra commençait à ressentir la transformation s’opérer en elle. Il fallait faire vite. Elle fut relâchée juste avant de pousser le hurlement caractéristique des worgens. Goldrinn lui fit comprendre qu’il fallait fuir. Elle tenta toutefois de parler avec les humains mais ils étaient tellement aveuglés eux-mêmes par leur propre colère qu’ils n’écoutèrent rien. On pouvait se demander lesquels des loups et des humains étaient soumis à la légendaire fureur de Goldrinn.

    Ophra disparut dans la direction du défilé de Deuillevent.

    Toutes les guerres sont déclenchées par l’orgueil et l’ignorance qui conduit à l’incompréhension et oblitère toute possibilité de trouver des solutions véritables aux problèmes de la coexistence des peuples. C’est ainsi que la guerre fut déclarée ce soir-là entre Hurlevent et un peuple qui ne cherchait qu’à se construire et à trouver des solutions à ses problèmes.
    avatar
    Berugrian

    Messages : 49
    Date d'inscription : 03/06/2013

    Le pacte avec les loups.

    Message par Berugrian le Lun 15 Juil - 13:42

    Face au miroir, accroché à la parois d'une chambre d'ami en désordre, Monsieur Louis raclait sa face ignoble -dont même le reflet était plus joyeux que l'original- d'un rasoir affuté et miroitant. Baignant finalement la lame dans son pot de chambre, pour la nettoyer, et mêler les poils grossiers au contenu jaunâtre et odorant du pot, il se saisit de son froc, en entonnant une chanson à virer. Vulgaire et sans rimes.

    Des worgens fou furieux à la porte de l'Alliance ? La nouvelle avait fait grand bruit, et l'intervention du roi y avait ajouté les rumeurs les plus fantastiques. Louis-Henri était arrivé après le départ du roi, et bien que le village fût envahi des suites de la bataille -brancards et blessés- il trouva à se loger quelques jours chez un habitant et ami, à Sombre-Comté.

    L'affreux bonhomme avait un plan. Sur la couchette de paille il saisit une chemise, dont il s'essuya la face, avant de l'étendre pour contempler son oeuvre : sur le devant du haillon était peint à la chaux un imposant loup blanc, auréolé de la pleine lune. Visiblement satisfait du barbouillage, il adressa un sourire inquiétant à son reflet, dans le miroir, avant de fourrer la chemise dans son sac, et de revêtir son armure.

    Quelques heures plus tard, il vidait son pot de chambre sur la chaussée, devant la maison, et partait seul, le pas joyeux, à travers la forêt opaque.

    Une fois suffisamment éloigné du village, et rendu au point de rendez-vous, Louis-Henri retira la chemise peinte de son sac, et l'enfila -non sans peine- par dessus son plastron. Le loup divin bien en évidence sur le torse.
    Alors, Il tenta, d'une voix qui trahissait son inquiétude naissante, et la main sur le pommeau de son arme :"Orc, tu es là ?"
    avatar
    Pluie de Plumes

    Messages : 163
    Date d'inscription : 26/12/2012
    Age : 23
    Localisation : Besançon

    Re: Chanter sous la lune

    Message par Pluie de Plumes le Lun 15 Juil - 14:06

    Tram'ash avait passé la nuit dans la jungle de Strangleronce. Il n'avait absolument aucun problème à dormir dans un endroit pourtant peuplé de bêtes redoutables. Là bas, s'il n'y avait eu que ceci, ça n'aurait été que trop peu.

    A l'aube, l'Orc traversa jusqu'aux Bois de la Pénombre, prenant soin d'éviter les patrouilles en place à la Frontière de Strangleronce.
    Il se mouvait en égalant la furtivité d'une bête, en direction des Carmines, plus au Nord. Sur le chemin, la "boite à esprits" avait parlé : le vieil amoché appelait au sujet des Worgens. Il parlait de travailler avec eux, quelque chose comme ça.
    Tram'ash écoutait, recouvrant la machine de ses énormes mains pour en retenir le son et ne pas le faire repérer. Il jeta un œil à terre, en direction du cadavre tout frais d'un Worgen qu'il venait de tuer.
    Tant pis, essaie de ne plus le faire. J'espère qu'on ne t'a pas vu, fit la voix du vieil homme dans la Gobo-radio.

    Quelques heures passèrent. Tram'ash avait rejoint les Carmines sans encombres. Il s'était installé dans coin reculé afin de faire une pause. Plus loin, le chasseur avait repéré la présence hostile de Rochenoires...

    La Gobo-radio émettait à nouveau quelque chose.
    Orc!
    Oui? chuchotait-il.
    Sais-tu dessiner?
    Tram'ash sait faire des plans rapides.
    Munis toi d'une veste, d'un vêtement quelconque, et dessine un loup blanc sur celui-ci. Ca nous sera utile avec les Worgens expliquait le vieil homme.
    Tram'ash a déjà un vêtement comme ça, celui de son clan!
    Alors prends-le, et rends-toi aux Bois de la Pénombre. Tu en es capable? Sans attirer l'attention des gardes de l'Alliance?
    Tram'ash y est passé il y a une heure. Sans se faire voir répondit-il fièrement.
    Alors nous t'y rejoindrons.

    L'Orc fit demi-tour. Quant aux Carmines il faudrait de toutes façons retrouver le passage par lequel il était venu la première fois...
    avatar
    Selida

    Messages : 18
    Date d'inscription : 21/11/2011

    Re: Chanter sous la lune

    Message par Selida le Lun 15 Juil - 14:28

    Après le problème de la chasseresse Worgen, Selka était retournée le plus discrètement possible à son campement près du manoir du Comte pour préparer ses affaires. Elle hésitait à partir, les hommes risquaient de la prendre pour bouc émissaire si ils savaient qu'elle avait cogné certains miliciens à la taverne de Sombre comté.

    Mais elle n'eut pas le temps de mener ses réflexions plus loin, le Comte se trouvait devant elle et il avait l'air de très bonne humeur... ce qui était plutôt rare.
    Il l'invita même à l'intérieur pour écouter ce qui s'était passé à la taverne avec Rantha. Il lui dit de se mettre à l'aise, elle fut heureuse de pouvoir enlever sa robe miteuse, lourde de pluie et de crasse. En dessous elle portait sa vieille armure de maille et fut même complimentée par le Comte pour sa belle musculature.
    Elle n'avait pas eu de compliments ainsi depuis les derniers de son mari... ce qui remontait à plus de 10 ans presque...

    Le Comte reçu un message d'alerte par un étrange écureuil mécanique, elle n'avait jamais vu pareille bestiole. Valek lui dit qu'elle pouvait rester au manoir, elle hésita devant tant de confort...
    Elle pensa que le Comte avait déjà tant fait pour elle, elle devait le protéger. Elle avait entendu l'écureuil parler de Sombre Comté, elle partit ainsi au pas de course en longeant la rivière et arriva par le nord du village. Mais le Comte n'était pas encore arrivé, il avait du être retardé quelque part.

    Elle vit arriver un humain puissamment bâti avec une cohorte de soldats. Elle tenta de se mettre en retrait derrière un milicien mais il ne fut pas si facilement dupé et remarqua à sa carrure qu'elle n'était pas humaine.
    Tout se passa si vite, lorsqu'elle reprit vraiment ses esprits elle se trouvait avec une lame sous la gorge et le Comte Valek expliquant au roi des nations humaines qu'il se portait garant d'elle...

    ... tout se passa très vite et le roi décréta la chasse aux worgens puis Valek et son ami partirent chasser la femme prêtresse de l'esprit du loup.
    Selka se retrouva en tête-à-tête (pas rassurée pour un sou) avec le roi qui lui demanda ce qu'elle faisait pour le Comte. Elle expliqua qu'elle savait faire des onguents et des potions, il lui dit de se présenter comme femme médecin plutôt que chamane, ça inquièterait moins les paysans...
    Elle tenta de lui faire changer d'avis pour les worgens en expliquant que si les worgens pouvaient se multiplier en infectant les humains, le royaume serait nettement désavantagé mais il ne voulu rien entendre et elle préféra s'éclipser avant qu'il ne décide de la massacrer... elle ne savait que trop bien de quoi les humains étaient capables.
    avatar
    Berugrian

    Messages : 49
    Date d'inscription : 03/06/2013

    Re: Chanter sous la lune

    Message par Berugrian le Lun 15 Juil - 20:57

    "Moi pas homme de fer !"

    Et c'est ainsi que Louis-Henri décida de se mettre à poils devant toute une meute de Worgens très en colère.

    ...


    Tram'ash avait finalement trouvé Louis-Henri, en bordure du cimetière des Jardins Paisibles et à la faveur du flaire de l'orc et de sa bête, ils s'étaient mis sur la piste des worgens.

    Le souffle court, cahoté péniblement au gré des reliefs improbables du Bois de la Pénombre, quelle folie pouvait pousser ce vieil imbécile à s'aventurer si dangereusement ? Tandis que l'orc se transportait en ces lieux farouches aussi aisement que si il traversait la rue, le vieux balourd, à l'arrière, peinait et aggripait des mains et battait des jambes et jurait au moindre écueil.

    "Vrum nuff-nuff, c'est l'cas d'le dire."

    Monsieur Louis avait prit soin, avant son départ, d'emmitoufler certaines articulations de son armure dans du tissu, pour atténuer le bruit de métal s'entrechoquant qu'il provoquait en marchant. Mais il savait trop bien les histoires terribles que l'on racontait au village sur le flaire formidable et l'ouïe des bêtes qu'il cherchait. Il ne ferait pas illusion très longtemps.

    Heureusement, Tram'ash trouva bientôt la cible idéale : Dans une clairière baignée d'obscurité et que grainait les rayons du soleil, s'aventurant entre les feuillages touffus de la flore, un worgen faisait une petite balade digestive à l'écart de sa meute.
    La traque s'arrêtait, et Louis pu proposer un plan à base de saucisson qui hélas ne fit pas ses preuves.

    C'est alors que l'orc bondit, pour livrer un bref, mais féroce combat contre la bête, ivre de colère, et qui projeta l'orc plus loin que ce que les pauvres yeux de Louis-henri ne pouvaient distinguer. Ce qui ne découragea pas l'orc une seule seconde.
    C'est en prenant la bête dans un collet, que Tram'ash réussi alors à faire plier l'indomptable créature.
    Entre ses crocs immenses, la chose éffroyable articulait enfin quelques mots :

    "Toi veux mourir ?!" Tram'ash éclata d'un rire aussi moqueur que gras au paroles du Worgen.
    "Moi ami ! J'te veux pas de mal, assura Louis-Henri
    -Toi mourir !
    -Non, moi gentil !
    -Toi homme de fer ! Toi mauvais !
    -Moi pas homme de fer !"


    Louis-Henri savait en s'aventurant dans les bois qu'il allait devoir donner beaucoup pour convaincre un worgen de ne pas le tuer, et encore plus de l'écouter. Il donna d'abord de sa personne, en retirant son armure, pour prouver qu'il n'était pas "de fer", et se retrouva en culotte . Tandis qu'aux alentours, le vacarme du combat, et les hurlements du pauvre chien prit dans le piège attiraient le reste de la meute. Louis-Henri et Tram'ash étaient cernés !

    Mais le pépé ne se décourageait pas ! Tout en continuant de se dévêtir, pour prouver qu'il n'était pas une homme de fer du roi, il argumentait dans un langage sommaire les raisons de sa présence.
    La tension était palpable, et l'infarctus trépignait d'impatience. Il faut être fou et idiot pour chercher à passer un marcher avec les worgens ! Mais le vieux Louis sut se faire entendre des bêtes qui les cernaient. Au fil de l'improbable conversation, il sentait que leurs chances d'en sortir vivant accroissaient.

    C'est alors que soudain l'un des loup prononça un nom ! Morgenkriss ! La clé d'une sortie en vie ! Ils n'allaient pas être dévorés par ce troupeau d'homme-loups affamés. Le Worgen piégé leurs affirma que celle ci vivait "dans un pays, dans cette direction là" et que c'était elle qu'il fallait voir pour faire affaire avec la meute.
    Ils venaient de marchander avec une meute de Worgens, et vivaient encore pour le raconter.

    Tram'ash donna la route à suivre pour sortir du guêpier, et Louis-Henri se rhabilla en route.
    avatar
    Pluie de Plumes

    Messages : 163
    Date d'inscription : 26/12/2012
    Age : 23
    Localisation : Besançon

    Re: Chanter sous la lune

    Message par Pluie de Plumes le Mer 17 Juil - 13:43

    L'Orc remarqua ces énormes machines volantes dès son arrivée à Durotar. Les Zépelins, entendait-il dire, seraient capable de traverser de longues distances plus rapidement encore que les navires, et par les airs de surcroît.
    Grâce à l'un d'entre eux, Tram'ash, qui était revenu à Orgrimmar pour quelques raisons personnelles, pourrait rejoindre Louis-Henri sans devoir traverser les Royaumes de l'Est de Strangleronce jusqu'aux Contreforts de Hautebrande.

    C'est ce qu'un de ces sournois de Gobelins lui avait expliqué... Sans pour autant préciser le point d'arrivée exact.

    Like a Star @ heaven 

    Fossoyeuse et ses alentours ne font qu'un peu plus renforcer l'aura malsaine de ceux qui y résident. Les Réprouvés ne bénéficient pas d'une immense estime dans le cœur sauvageon de l'Orc.
    Peu importe. Tram'ash ne comptait pas s'attarder sur les lieux, bien qu'il devrait s'y rendre à nouveau, plus tard, dans le but de rencontrer la Dame Noire.

    A l'aide d'une carte du continent, la seule qu'il ait d'ailleurs, Tram'ash se repéra rapidement.
    A la nage, sa sacoche de voyage portée et attachée sur le dos de Rehknar, il traverserait un lac : ce serait un gain de temps considérable.


    Arrivé à destination et dissimulé par trois arbres et quelques buissons, l'Orc contacta Louis-Henri. Ils se donnèrent rendez-vous dans une vieille tour délabrée au niveau d'une croisée, un peu plus haut de sa position actuelle.
    Bien que la fin de journée soit arrivée, les troupes Humaines continuaient de patrouiller sur les routes et il fallait absolument passer inaperçu.

    Tu es prêt pour une traque, vieux? demandait le véritable "vieux".
    L'Orc répondit positivement.
    Dis moi quoi, et où.
    Des Worgens, pour changer! Il parait qu'on en trouve dans la Forêt des Pins Argentés.
    Tram'ash haussa les épaules, "Peut-être", et tous deux se mirent en route.


    On constatait un barrage un peu plus au loin, et, alors que les yeux du traqueur et de son complice étaient rivés sur lui, un énorme Worgen surgit de nulle-part, échappant à l'attention et aux sens de l'Orc et de son âme sœur!
    Alors que Louis s'enfuyait pour se mettre à l'abri - et c'était là la meilleure idée qu'il ait eu -, le chasseur bondit sur la bête. Il se rendit rapidement compte de son erreur et s'écroula à terre contre toute attente.
    Rehknar s'enfuyait à son tour et le monstre disparu à son tour, préférant sans doute éviter la patrouille d'un char de l'Alliance que le bruit annonçait à quelques centaines de mètres de là déjà.

    L'Orc se releva soudainement et courra se dissimuler auprès de l'ancien, à la surprise de celui-ci.
    J'ai bien cru que tu y étais passé!
    Tram'ash sait faire le mort très bien
    , échangèrent-ils à voix basse.


    Non loin, un homme qui n'avait rien d'un garde passait nonchalamment.
    L'Orc, qui détachait son arc, fit signe de silence.
    Louis, qui comprenait les choses, répondit d'un signe de désaccord! Trop tard. L'homme de passage tombait à terre, abattu d'une flèche, et Tram'ash s'approchait de lui pour le fouiller et le déplacer à l'abri.
    L'endroit est trop dangereux, on peut pas se permettre de laisser tout le monde en vie, ce serait pire, se justifia le Fier Traqueur.
    Et moi, je suis complice de ça... Louis soupira. Tant pis!

    Pour ce qui était du barrage, la brute épaisse verte avait repéré une brèche par laquelle passer. Pour être certain de ne pas se faire prendre, Rehknar ferait diversion avec les gardes.
    Les choses devenaient intéressantes : la Forêt était atteinte et la venue inattendue du Worgen avait confirmé leur présence dans la région. Mieux encore, la nuit était tombée et le groupe pourrait ainsi bénéficier d'une furtivité accrue...


    Dissimulés derrière quelques arbres où Louis laisserait son canasson, l'attention de l'Orc fut attirée par un bruit venant de la route. Un bruit de galop... Il grimpa sur une petite bute et découvrit quelqu'un, un individu encapuchonné sur un cheval qu'ils prirent en chasse discrètement.

    Mais l'homme les avait remarqué, lui aussi... Au loin, il semblait s'être arrêté pour les observer. L'Orc et sa vue perçante engagèrent un duel platonique avec l'inconnu qui s'approcha.
    Tram'ash jeta un œil rapide au loup qui comprit tout de suite et s'en alla faire diversion, attirant l'individu au loin. Il reviendrait quelques minutes plus tard, mais il n'avait pas pu semer le poursuivant. La rencontre semblait inévitable...

    Quelques minutes passèrent à jouer au chat et à la souris. Puis, l'inconnu disparu des yeux de chacun. Le flair de l'Orc, lui, reniflait toujours son odeur... Au dessus d'eux, sur un plan en hauteur. L'étranger observait, silencieusement, et Tram'ash en faisait autant quoiqu'un peu grondant. Il attendait que son camarade se rende compte de la situation.
    avatar
    gonfires

    Messages : 198
    Date d'inscription : 14/05/2011

    Re: Chanter sous la lune

    Message par gonfires le Ven 19 Juil - 8:05

    La reprise de Ruisselune fût enfin annoncé par le Comte Valek qui pris la décision d'y aller pendant la nuit pour surprendre les Défias.

    Ils partirent à 3: Méon, Valek et Hazel. Sur le chemin ils prirent avec eux une escouade de protecteur du peuple. Ils arrivèrent à 20

    Alors que Valek stimulait les troupes, Méon partit en reconnaissance pour se renseigner sur le nombre d'ennemis.
    Sauf qu'il s'attendais à des Défias, pas à des Worgens ! Toute la ville sans exception était contaminée.
    Méon commença à nettoyer les abords de la ville pour que le commando puisse pénétrer dans la ville et commencer la purge.

    "-Valek ? C'est bon la zone ouest de la ville est sécurisée vous pouvez débarquer.
    -D'accord on arrive.
    -Ah vous voila ! plaquez-vous contre les murs. En évoluant contre les murs on pourra nettoyer la ville tranquillement."

    Aussitôt dit, aussitôt fait. Chaque worgens isolé furent exécuté aussi discrètement que possible. La nuit aida bien. L'entrée des Mortemines fût aussi nettoyée.
    Il restait la place centrale de la ville. La tâche fût plus ardu et le commando n'eu d'autres choix que de se montrer. L'alerte fût donné mais comme il ne restait plus qu'un petit nombre de worgens, les maîtriser fût chose facile.

    Une fois la place centrale vide de tout worgens, la mairie fût à porter de mains......Sauf qu'il y eu un os. quatre worgens beaucoup plus fort que les autres, dont le chef accueillir le commando. Un worgen fût abattu mais les trois autres obligèrent le comte à ordonner la retraite.

    Ruisselune est libre sauf pour le cas de la mairie.
    à l'heure actuel on ne sais pas si les worgens survivant ont fui ou si ils sont toujours là.
    Si ils sont toujours là, une nouvelle attaque sera lancée et ce coup-ci ils ne seront pas que trois.

    Au passage Valek donna les terres de Katie à Méon à la conditions qu'il détruise les installations en place. Comme ça gâchait le paysage ce n'était pas une grande perte.

    Autre nouvelle, Ruisselune demande un Dirigeant. Valek à bien une liste mais il n'est pas sûr. Son choix premier fût Vancleef, choix qui parait logique non ?
    avatar
    gonfires

    Messages : 198
    Date d'inscription : 14/05/2011

    Re: Chanter sous la lune

    Message par gonfires le Ven 19 Juil - 8:14

    Hier dans la nuit, Sombre-comté eu le droit à un défilé militaire étrange, une dizaine de boite de métal sur pattes arrivèrent en ville et allèrent se placer à toute les entrées.

    La raison de ce défilé ?
    Varian ordonna à méon de sécuriser la ville avec ses robots.
    La raison de ce choix ?
    Les robots sont insensible aux morsures de worgens

    Méon tout content approuva, avec valek, ce choix et donna les instruction au Repaire des mendiants pour organiser le transport des robots.

    Petite demande étrange de la part de Varian, souflée par Valek; équiper les robots d'un dispositif sonore haute fréquence pour faire fuir les worgens et dans le cas extrême les tuer.
    L'ordre est de tirer à vue sur chaque worgens approchants des bâtiments.

    "-les faire fuir d'accord mais les tuer c'est autre chose.....ça va me donner du temps pour trouver. Pour le moment je pense arriver à des ultras sons pouvant leur briser les tympans mais c'est tout.....je vais voir ce que je peut faire."

    En attendant de trouver, tous les robots sont équipé de fusil avec balles en argent.
    Les maisons à l’extérieur de la ville seront bientôt sécurisée.
    avatar
    Satrama
    Admin

    Messages : 4746
    Date d'inscription : 14/05/2011

    Re: Chanter sous la lune

    Message par Satrama le Ven 19 Juil - 16:01

    Pendant que les worgens et les défias survivants, pensaient leurs plaies, un appel avait été lancé à travers les collines de la Dague au Sud, d’où des centaines de défias sortirent et de mirent en route dans la direction de Ruisselune. Vraisemblablement, ils n’avaient pas l’intention de laisser les hommes du Comte de la Marche continuer à se croire chez eux partout. Vancleef, était parti comme un traitre, en les abandonnant là, comme de vulgaires soldats qu’on renvoie dans leur famille après la guerre. Mais les Défias ne sont pas de vulgaires soldats. Ce sont des hommes libres et la guerre, ils connaissent, le genre de guerre qui use le moral bien plus que les corps.  Surtout que, depuis quelques temps, quelque chose avait changé dans leur vie, une nouvelle force qui agissait à travers eux la nuit. Ils n’avaient pas envie de se laisser faire. Le Comte devra bien Comprendre qu’il y a des lieux où il n’est pas le bienvenu.

    __________

    à Darnassus, Rantha passait ses journées dans l’hôpital de Darnassus à discuter avec ses surveillantes. Il semblait qu’elle retrouvait peu à peu le moral, semblant s’habituer à ses chaînes de la nuit et à son état worgen. En écoutant les Sentinelles lui raconter ce qu’il se passait, elle s’excusait et s’excusait encore et encore de leur causer autant de soucis. Elle leur proposait de la chasser dans une terre lointaine et déserte de toute vie humanoïde auxquelles elle pourrait s’attaquer. Déjà, on pouvait constater qu’elle ne demandait à mourir. Secrètement, il est probable qu’elle nourrisse d’autres projets...


    _________________
    "Une épée est inutile dans les mains d'un lâche. Même la plus puissante des épées doit être maniée par une personne à la foi courageuse" (d'après une phrase des écrits du sage Nichiren Daishonin).
    avatar
    milinda

    Messages : 1358
    Date d'inscription : 15/05/2011
    Localisation : Val d'Oise

    Re: Chanter sous la lune

    Message par milinda le Mar 6 Aoû - 18:51

    Elle se dressait fièrement sur la souche. Les rayons de la lune se réfléchissaient sur sa lame et donnaient un aspect féerique à la scène. Les worgens, autour, tournaient, grognaient, se courbaient et se mettaient à hurler par moment, comme dans chant et une danse rituelle. Plus ils chantaient et dansaient, plus il semblait que la faux gagnait en puissance et les captivait. Au bout de la hampe, la lueur devenait plus intense alors que le croc, tourné vers le Nord, vibrait doucement, émettant un son étrange.

    À Bois-du-Bûcher, la même scène se déroulait avec en plus un grand worgen blanc au milieu d'eux qui semblait mener la cérémonie. Cela dura toute la nuit et nulle part en Azeroth, celle nuit-là, on eut à signaler des cadavres déchiqueté au lendemain.
    avatar
    milinda

    Messages : 1358
    Date d'inscription : 15/05/2011
    Localisation : Val d'Oise

    Re: Chanter sous la lune

    Message par milinda le Ven 9 Aoû - 12:37

    Pendant des jours, depuis qu’Ophra avait ramené la Faux à Bois-du-Bûcher, les forgerons de la ville œuvraient en en fabriquer des copies de grande taille dans matériaux légers, de l’acier et du bois des arbres de la région. Et au bout de la hampe, du côté opposé à la lame, une pierre de Lune était enchâssée. Ophra leur avait demandé ceci dans un but très précis. Ces copies de la Faux devraient permettre aux worgens de tous les clans, de se rassembler pour prier leur dieu, le Grand Loups Blanc. Ainsi, toutes les énergies des prières de tous les worgens du monde seraient reliées à celle de la faux originale qui trônait sur son socle, bien gardé en lieu sûr. Une faux fut amenée dans chaque camp de chaque clan. Leur Pierre de Lune s’activait d’une douce lueur lunaire quand les worgens chantaient autour, la nuit, et la faux originale se mettait doucement à vibrer, entrant en résonance avec les autres malgré les distances que la foi ignore. Ophra n’en doutait pas : Si cela fonctionnait, c’est qu’Elune elle-même le désirait. Elune elle-même les aidait. Ophra ne comprenait pas pourquoi mais était-ce important de le savoir ? Ce qui comptait, c’était que ce dispositif apaisait ses "petits", comme elle les appelait, et préparait la venue prochaine de leur dieu, parmi les vivants.

    Tout se passait bien. Bientôt, la grande migration vers Kalimdor et la destruction de l’ombre du mage ignoble qui faisait souffrir ses petits dans les Grisonnes. Les temps approchaient, une nouvelle ère où, enfin, les worgens trouveraient leur vraie place dans ce monde et connaîtraient la gloire.
    avatar
    milinda

    Messages : 1358
    Date d'inscription : 15/05/2011
    Localisation : Val d'Oise

    9 8 40 - Embarquement

    Message par milinda le Sam 10 Aoû - 9:20

    L’embarquement avait commencé. Des dizaines de worgs et de worgens faisaient la navette entre la côte et le navire en passant par les petits canaux de sauvetage du bateau. Ils étaient difficiles à tenir tranquille car aucun moyen, hormis les prières et le dévouement d’Ophra, ne permettait de les calmer. Mais cela marchait et les matelots n’eurent que peu de soucis à les faire se placer dans les entreponts et la cale. Ophra trouvait la foi pour tenir en serrant dans ses mains une petite pierre de lune que l’un des forgerons de Bois-du-Bucher lui avait donné. L’étrange et doux éclat de cette pierre semblait avoir bien plus de vertus que ce qu’elle pensait au départ, comme si la bienveillance apaisante de la déesse de la Lune était abritée dans cette pierre et y rayonnait ses bienfaits. D’ailleurs, depuis qu’elle l’avait sur elle, Ophra commençait à ressentir un certain malaise quand elle passait dans les Ombres. Comme quelque chose la pinçait en lui disant « ce n’est pas bon pour toi ».


    Dernière édition par milinda le Dim 11 Aoû - 9:08, édité 1 fois
    avatar
    milinda

    Messages : 1358
    Date d'inscription : 15/05/2011
    Localisation : Val d'Oise

    11 8 40 - Débarquement

    Message par milinda le Dim 11 Aoû - 9:07

    Depuis leur ile de Sardor, les elfes purent apercevoir des petites lueurs qui semblaient se trouver sur la côte continentale. Mais ils ne s’en alarmèrent pas plus qu’il ne fallait pour une simple surveillance par les sentinelles en faction. S’ils avaient été voir, ils auraient pu distinguer dans la nuit, la silhouette sombre d’une bateau quelque peu lugubre, chargé d’étranges créatures qui ressemblaient à des loups. En vérité, c’était pire que des loups : De worgs et des worgens.

    Le voyage c’était passé sans encombre majeur. À plusieurs reprises, les worgens s’étaient agités, raclant nerveusement les parois du navire comme pour le déchiqueter, mais Ophra, au milieu d’eux serrait très fort sa pierre de lune qui luisait doucement et, tantôt leur parlait, tantôt leur chantait l’espoir du prochain retour du Grand Loup Blanc. Les worgens se calmaient, mais pas les matelots qui n’étaient pas très rassurer de voir toute cette force brutale prête à exploser d’un moment à l’autre. Methenis regardait tout cela avec son air ironique habituel, ne semblant pas du tout affecté, hormis quand les loups chantaient car, pour une oreille non lupine, les chants ressemblaient plus a des hurlements dissonant qu’à de la musique.

    Le débarquement commença donc peu avant le petit jour. Il se prolongera sans doute jusqu’au soir.
    avatar
    milinda

    Messages : 1358
    Date d'inscription : 15/05/2011
    Localisation : Val d'Oise

    Re: Chanter sous la lune

    Message par milinda le Sam 24 Aoû - 8:41

    L’étau se resserrait autour des ogres, dans les ruines d’Isildien. Les worgs, en avant post, leur bondissaient dessus à l’improviste et les worgens arrivait ensuite pour les achever. Ophra leur indiquait les point à attaquer, suivent un plan bien établi dans sa tête qui séparait les ogres en petits groupes isolés, bien plus facile à anéantir. Les abords des ruines étaient jonchés de leurs cadavres puants. Ophra forçait les ogres à se retrancher autour du temple où se déroulera l’assaut final avec, elle l’espérait, l’aide des Kal’doreïs. Les choses étant bien en place, Ophra se dit qu’il était temps d’aller chercher la Faux.
    avatar
    milinda

    Messages : 1358
    Date d'inscription : 15/05/2011
    Localisation : Val d'Oise

    Re: Chanter sous la lune

    Message par milinda le Dim 25 Aoû - 1:31

    Venant de Carmines, après sa brûlante mésaventure avec des orcs inflammables, Chayem chevauchait tranquillement sur son loup en direction de l’Ouest. La canopée masquait la lumière de la lune et Chayem n’y voyait pas grand-chose. Mais, arrivée non loin d’un petit pont qui enjambait un petit rivière – peut-être l’Elwynn, ce qu’elle vit le figea sur place. Des dents, longues et blanches brillaient dans la nuit. Des yeux de braisent la regardaient de loin et elle frémit de peur en les croisant. Elle finit par comprendre de quoi il s’agissait : des worgens. Ils semblaient garder le pont avec fermetés, terminant de ronger quelques os dont elle préféra ne pas connaître l’origine. Elle fit un détour pour poursuivre sa route. Décidément, le Royaume de Hurlevent abritait vraiment d’étranges choses. Et ce sont les habitants des Tarides qu’on traite de barbares !

    harendal

    Messages : 376
    Date d'inscription : 14/04/2013

    Le chant des loups du grand nord

    Message par harendal le Mar 3 Sep - 8:54

    L'heure de la vengeance s'annonçait enfin. Depuis si longtemps déjà ils attendaient. les survivants du clan Ruissargent hurlèrent, et les profondeurs de la mine abandonnée où ils se terraient maintenant dans le fjord hurlant, furent remplies des échos de leurs cris. Ils espéraient pourvoir sauver encore leurs frères prisonniers de l'ombre d'Arugal, avant qu'ils ne soient convertis par sa sombre magie. Ils n'étaient plus seuls, ils n'étaient plus des proies. Là-bas sur l'ile de la lune sanguine dans les Grisonnes, ils iraient avec la prêtresse du loup blanc semer la mort de leurs griffes...
    Wolfar avait reconnu le mort qui bouge, celui qui l'avait emmené dans une lointaine contrée, sur un autre continent, le jour où il s'était échappé de l'ile alors qu'il était au bord du monde des esprits. Le mort qui bouge était un ami de la prêtresse du loup blanc, c'est lui qui l'avait mené jusqu'à elle... Il ne parlait pas la langue des worgens Ruissargent, mais ses gestes parlèrent d'eux mêmes...
    Tous l'avaient suivi jusqu'aux grisonnes dans les ruines d'un temple non loin de l'île maudite. le mort qui bouge leur avait appris les rudiments du maniement des armes au cas où... Ils savaient qu'ils n'auraient plus longtemps à attendre, et que bientôt le loup blanc serait fier d'eux.

    Contenu sponsorisé

    Re: Chanter sous la lune

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 19 Sep - 16:18