World of origine

Bienvenu sur 0rigine Wink

Forum du serveur jeux de rôles WoW

Désolé ! Ce serveur est fermé mais continue sa vie sur Imagina
http://imagina.forumgratuit.org/

    Colis et cadavres pour les Tarides

    Partagez
    avatar
    Pluie de Plumes

    Messages : 163
    Date d'inscription : 26/12/2012
    Age : 24
    Localisation : Besançon

    Colis et cadavres pour les Tarides

    Message par Pluie de Plumes le Mer 17 Avr - 2:39

    C'en était trop et pourtant, ce n'était que le premier d'une liste qui, à croire le "message", allait être longue.


    Un Orc, tout ce qu'il y a de plus normal d'après Chayem et ses gardes, avait apporté une caisse, plus tôt dans la soirée. Une caisse, un colis pour l'écologiste.
    Celle-ci avait été déposée derrière la maison en attendant d'offrir à la victime une fin digne de ce nom. N'était-ce pas trop tard? Sans doute que non, mais certains ne s'en étaient pas souciés.

    Avec curiosité (une de celles qu'on mêle à l'inquiétude), Hrul'n avait ouvert la boite, accompagné par l'Oracle.
    Si le sang qui en coulait et un peu, ainsi que l'odeur infecte qui l'accompagnait, avaient attisés les doutes ce n'était pas sans raison.
    Un Orc était mort et on avait placé ses restes, quelques membres séparés les uns des autres, à l'intérieur.
    Hru'ln referma la boite plus vite qu'il ne l'ouvrit et la colère monta d'une seule traite.

    Alors que Natalia partait à la recherche de Chayem, il était allé voir les gardes - ou plutôt celui qui restait puisque le second s'était rendu à la Croisée des Chemins pour porter un message - pour demander des explications.
    Aucunes. Un simple foutu colis, apporté par un Orc banal. Un colis venant d'Orgrimmar. Un... "Colis".


    Le soir venu, le chaman retrouva sa bien aimée. Bien entendu, il n'y eut aucune marque d'affection tant la colère empêchait l'Orc de faire preuve de quoi que ce soit de cet ordre. Il criait. Il bouillonnait, et rugit à plusieurs reprises.
    On emmena le corps dans un sac qu'on fit brûler en haut de la montagne adjacente, accompagnant les flammes par quelques mots dans l'espoir de permettre à l'esprit du défunt de trouver repos auprès de ses ancêtres.

    L'Alliance, avait d'abord pensé, un peu bêtement c'est vrai, Hrul'n. Non, la piste n'était de toute évidence pas la bonne, du moins, personne n'y croyait. Il était bien le seul, en fait.
    On donna plusieurs pistes mais une seule restait dans l'esprit de l'Orc. Une seule phrase prononcée.
    "Et si c'était de "vieux amis" qui voulaient encore me menacer, me faire peur et me faire mal?"

    Et si c'était cette maudite bande... Des vieux amis? Certainement pas. Il s'était mis en tête de brûler Hache-Tonnerre pour leur faire payer le prix de toute cette haine sans valeur qu'ils tenaient à la fois à Chayem et à tant d'autres innocents.

    Alors vint le soir. Le soir véritable, celui pendant lequel on ne voit rien car, de son manteau ombragé, la nuit a recouvert toute vie. La belle était furieuse, elle criait à son idiot un tas de mensonges qu'elle ne pensait certainement pas vraiment.
    L'Orc posa un genou devant la niche de Lak'nala et de ses petits. Ils se mettraient bientôt à chasser, à moins que ce ne soit déjà fait. C'est vrai qu'il n'est pas assez souvent là, la ferme n'est même pas aménagée elle non plus...
    Dans la colère, Hrul'n pensait partir avec elle et Cha'mash. Il savait combien leur trio pouvait faire trembler les chairs. S'il avait pu dresser la Horde dans son sillage, sans doute l'aurait-il fait.

    Il se leva, monta sur son loup qui, lui, n'avait pas fermé l’œil et partit vers l'ouest. Il avait promis de revenir avant l'aube et le petit matin, ce n'était pas certain...
    avatar
    Pluie de Plumes

    Messages : 163
    Date d'inscription : 26/12/2012
    Age : 24
    Localisation : Besançon

    Re: Colis et cadavres pour les Tarides

    Message par Pluie de Plumes le Mer 17 Avr - 3:45

    Comme dans un mauvais rêve, Hrul'n se rappelait la suite des événements, son arrivée dans la région, tard. Il était couché à Proie-de-l'Ombre où on l'avait accueilli alors que le soleil se levait.


    J'ai simplement suivi le même chemin que la première fois, à peu de choses près.
    Comme pour mieux me repérer, j'ai fais le chemin jusqu'à Proie-de-l'Ombre. Le village, bien qu'endormi, me paraissait toujours aussi agréable. Quelque chose se dégageait de cet endroit, je ne parvenais jamais à l'expliquer et ça avait cet effet de frustration si particulier... Un instant, en entrant, mon esprit avait oublié sa rage.
    Mais celle-ci ne tarda pas à reprendre ses marques alors que je retrouvais les miennes. J'empruntais exactement la même route, je me remémorait à contre-cœur notre première venue dans la région. Cha'mash était tendu, je parvenais à le sentir.

    La nuit noire, les cendres grises et corrompues de la région (ou peut-être n'était-ce là que banale poussière) : l'ambiance était aussi morne que le visage de Warru. J'aurai craché par terre en imaginant son visage, mais je refusais de m'abaisser à ses manières.


    Non loin, la forteresse s'élevait déjà, pointant le haut de sa muraille de fortune.
    A mesure que je m'approchais, je ressentais comme une étrange chose au fond de moi. Un mélange de nostalgie et de colère, une colère de laquelle était ressortit tout un paquet de plans. Comment pénétrer dans l'enceinte de Hache-Tonnerre? Et pourquoi...? J'aurai pu tout brûler sans sommations mais quelque chose me poussait à m'aventurer au plus près de ce que je haïssais. Et puis, l'intelligence de Borg, mon frère, ne lui avait pas permis de placer des gardes tout autour de son bijou. Même les tours étaient vides, de ce côté là : c'était l'angle mort du bastion.

    Je connaissais bien les points faibles de cet endroit, et pourtant, je n'y étais pas venu si souvent. Je crois que j'évitais même de m'y rendre tant Désolace est une région accueillante. A croire que tout était écrit.
    Je m'approchais du mur en bois, essayant de l'escalader en prenant appuis sur un tas de rochers sans pour autant y parvenir et... Etrange. C'était calme. Le vent caressait dangereusement mes oreilles alors que Cha'mash attendait en reniflant l'air. Nos regards se croisèrent bientôt.
    Oui, il y avait bien quelque chose d'étrange ici.

    A force, j'ai fini par trouver l'endroit où Chayem avait été repérée par Vilzanawa à la suite de notre réussite, et c'était bien la seule, cette Trollesse, je crois, que je regrettais de n'avoir pas revu hors de cette bande infâme (car Dagamdhrak n'avait pas tarder à me suivre lorsque je l'ai quitté).
    Je m'y suis glissé avec Cha'mash. D'ici, on pouvait voir l'intérieur du bastion, que je voulais observer de mes propres yeux d'ailleurs.

    J'ai sauté pour pénétrer l'endroit, perçant un peu le silence de mort qui régnait... Pour tomber nez à nez avec un cadavre oublié. D'Orc.
    Coincé là, appuyé sur le mur du bâtiment principal, le garde avait du ramper pour échapper à quelque chose avant de succomber de ses blessures. Au moins, il ne m'avait pas repéré.
    Puis, je me suis avancé. Sur leurs perchoirs étaient morts deux coursiers, deux manticores qui n'avaient de toute évidence pas pu échapper à l'assaut mené par... Je plissais mes yeux pour mieux voir, dans l'obscurité car aucune lumière n'était allumée... Par d'étranges personnes. Pas des hommes, c'était certain. Ceux-ci semblaient être le penchant Humain des Gangr'Orcs. Comment était-ce possible?

    Je n'avais pas de peine. Des questions, oui. Est-ce que les autres étaient vivants? Où étaient-ils, si c'était le cas? Et eux, qui sont-ils?
    J'étais arrivé trop tard et ma haine ne trouverait pas de bouc émissaire ce soir. Finalement, Chayem avait raison : il fallait me résonner. De toutes évidences, la bande de mon frère n'avait rien à voir dans toute cette histoire de colis morbides...
    Chayem avait raison? C'était bien sûr! Elle et l'Oracle avaient parlé des démons, les ciblant comme possibles meurtriers de cet Orc qui nous était parvenu en un si mauvais état. Je n'avais pas prêté plus d'attention que ça aux propos de Natalia qui, pourtant, et même si je refusais d'y croire, avait déjà fait ses preuves y compris quant à Zin'gun et au pryomane des Tarides... Que j'avais protégé à tort, pensais-je, empirant et précisant un peu la colère noire qui avait subitement grandit en moi ce soir là à la manière d'un verre qui se remplit jusqu'à déborder.

    Bien sûr oui, tout s'expliquait. Lorsque les démons ont attaqué Orgrimmar, nous avions reçu un autre colis à la Croisée des Chemins. Je n'avais pas prit le temps de l'ouvrir, blessé par la mort de mon ami Ham'za Kad'hal, duquel je n'avais pas encore pu récupérer, comme il le souhaitait, l'ours.
    Chayem avait raison : la pratique était digne de la Légion Ardente, du moins, des plus bas sous-fifres qu'elle pouvais compter en ses rangs. Sans doute avait elle peur de s'attaquer à nouveau aux Orcs dans leur capitale, et sans doute préférait-elle s'en prendre à quelques uns qui, par malchance, s'étaient écartés des autres.

    Il me fallait rentrer mais pour le moment, Hrul'n, l'Orc aux loups, devrait reposer son esprit quelques heures.
    C'est les pensées affolées que le chaman avait rejoint Proie-de-l'Ombre, profitant d'un trou dans la clôture pour quitter Hache-Tonnerre.

      La date/heure actuelle est Sam 20 Oct - 0:55