World of origine

Bienvenu sur 0rigine Wink

Forum du serveur jeux de rôles WoW

Désolé ! Ce serveur est fermé mais continue sa vie sur Imagina
http://imagina.forumgratuit.org/

    La Prise de la Forteresse de Hache-Tonnerre

    Partagez
    avatar
    Nagri

    Messages : 74
    Date d'inscription : 03/11/2012
    Localisation : Kharanos

    La Prise de la Forteresse de Hache-Tonnerre

    Message par Nagri le Lun 28 Jan - 14:41

    En début de soirée, alors que le crépuscule finissait de tomber sur Durotar...

    Borg talonna son loup avec ardeur afin que celui-ci le mène aux portes d'Orgrimmar, la, Borg rassembla Hruln son frère, Warru sa stratège, Zin'gun son fidèle bras-droit et Dagamdhrak le jeune qui étaient tous présents. Ce dernier sortit de son sac un casque d'une facture exceptionnelle et le tendis à son chef qui le remercia d'un geste puis les exhorta à le suivre d'une voix vibrante d'intensité.

    Ils enfourchèrent des coursiers du vent et filèrent droit à Désolace avant d’atterrir au village de Proie-de-l'Ombre, de la ils écumèrent la contrée de l'Ouest à l'Est jusqu'à atteindre le poste du Rodeur-Fantôme et d'y retrouver l'éclaireuse troll Vilzanawa, leur amie.

    Soudain le ciel se mit à pleurer de froides larmes, "sans doute un présage de miséricorde pour nos ennemis" aurait pu se dire un orc très pieux, mais pour Borg c'était surtout un renfort bienvenu pour planter sa lame dans le dos d'un sectateur...

    Ils rejoignirent alors les troupes de l'armée régulière et du clan chanteguerre qui les attendaient à l'entrée nord du poste.
    De la la Borg saluas avec fierté les troupes rassemblées de part et d'autres, puis laissa ses cinq soldats se mètrent en rang.
    Warru Chanteguerre commença à mettre en place un plan simple mais efficace d'une attaque à revers combinée à une attaque frontale, en effet les remparts étaient particuliérement bas sur le flanc nord.
    Alors que Borg assignait les rôles, les chanteguerres avec Warru, Zin et les deux chamans pour l'assaut frontal, lui-même, Vilzanawa, les gardes d'Orgrimmar et lanceurs de haches pour la frappe arrière, un tauren présent sur le lieu l'interpella.
    Celui-ci lui expliqua qu'il savait qu'un dangereux artefact, un cristal rouge comme le sang, était gardé à l'intérieur de la base, servant à évoquer des horreurs venues du néant distordu, comme ces sectateurs savent si bien le faire.
    Il donna alors à Borg une pioche, très spéciale censée pouvoir détruire le cristal.
    Borg la pris et remercia le natif de Mulgore pour son aide, laissant une parole envers les taurens en remerciement de cette information et son aide.

    Borg se retourna alors vers ses troupes et les harangua avec force, leur rappelant qu'ils allaient devoir frapper des traîtres à leur peuple, ceux salissant le nom de la Horde.
    Et c'est sur un retentissant "Lok'Tar Ogar !" que les dignes soldats de la Horde se mirent en branle.

    En quelques minutes à peine Borg était sur le rebord d'une sorte de petite falaise surplombant Hache-Tonnerre, Vilzanawa juste derrière lui.
    Ils s'infiltrèrent alors que le fracas des armes commençait à retentir par delà les remparts, une sectatrice mal-avisée au dos tourné vers le bruit se retrouva une dague plantée dans le dos, déchirant sa moelle épinière et d'autres organes en l'espace d'un battement de cil.
    Un sectateur voulu se retourner en entendant le bruit du corps tomber dans la poussière mais reçue une flèche en travers de la gorge, l'empêchant même de hurler, puis, enfin, les autres cultistes se rendirent compte de la faille dans leur défenses, mais trop tard...


    Un sectateur de la Lame et son serviteur démoniaque

    Suite à un combat acharné, Borg et Vilzanawa purent pénétrer dans le hall renfermant le chef des sectateurs...
    Vilzanawa sentit la présence d'un garde que Borg assomma prestement, puis l'orc se rapprocha afin de le voir de ses yeux, la un kal'dorei du nom de Tyranis Malem proféraient de terribles menaces de destruction sur les assaillants.
    Avec prudence Borg et Vilzanawa se jetèrent sur lui et ses deux acolytes, mais très vite la puissance obscure de Malem les fit battre en retraite, laissant les lanceurs de hache les contenir à l'entrée du bâtiment.
    Borg se dépêcha de faire la jonction avec le reste de ses forces, arrivée à l'entrée de la base après avoir vaincu un immense infernal.
    Une pluie de flammes s'abattit sur eux avant qu'ils n'atteignent le bâtiment contenant Malem.
    La une batailla acharnée se produisit, deux chasseurs corrompus surgirent du néant à la dernière seconde mais furent éliminés en même temps que Malem qui rendis l'âme en projetant une dernière malédiction "vous êtes tous condamnés", Zin'gun cracha sur son cadavre avant de suivre Borg et les autres dans le second bâtiment.

    Déboulant dans la salle, les soldats de la Horde pourfendirent avec violence les sectateurs rassemblés ici, semblant utiliser le puissant cristal rougeâtre afin d'accomplir quelque horreur.
    Borg, entre deux coups de dague se jeta sur le cristal au centre de la pièce, pris la pioche contre sa ceinture et l'abattit avec violence sur le cristal.
    Le choc le projeta au sol, il retrouva ses esprits juste à temps pour éviter la lame d'un guerrier de la Lame Ardente en roulant sur le sol.
    Se redressant il lui planta ses deux dagues simultanément dans le crâne puis constata que le cristal n'était plus que poussière.

    Une jeune elfe de la nuit, apparemment inconsciente était au sol, il ordonna à Warru et Dagam de veiller sur elle et de la remettre sur pieds pour en savoir plus.
    Sortant avec ses autres soldats il remarqua les gardes orcs de bout en bout du fort, désormais sous contrôle.
    Montant dans une tour de guet, deux sectateur bondirent sur lui, il les contra mais uniquement grâce à l'aide de Zin'gun, qui s'exposa alors à un autre fou furieux qui lui planta une dague dans le dos.
    Le troll hurla de rage, éventrant son vis à vis puis se retourna sur l'autre sbire de la Lame avant de lui faire connaitre le même sort.
    Quand à Borg il donna un violent coup de botte a l'orc traître en face de lui puis luis asséna un coup de gourdin l'envoyant dans les pommes.

    Alors que la victoire semblait être acquise aux orcs, l'atmosphère se fit pressante, soudain plus sombre... Puis telle la foudre une explosion de feu gangrené retentit entre les deux bâtiments, les orcs et trolls se jetèrent au sol instinctivement. Lorsque le chef maraudeur de la Vraie Horde et son lieutenant relevèrent la tête ils virent un gigantesque infernal, un seigneur funeste ainsi que de nombreux gardes funestes dans la cour, déjà entrain de massacrer leurs alliés, sans coup férir, les deux guerriers brandirent leurs armes et sautèrent de la tour, hurlant un cri de guerre, ils atterrirent sur le large torse d'un garde funeste, le plaquant au sol avant de le larder de coup


    Le monstrueux commandant démon surgissant à Hache-Tonnerre

    Un combat acharné se déclencha alors, Zin'gun tel un héros guerrier tout droit issu d'un conte légendaire essuyait l'assaut des démons, soutenu par le barrage magique et curatif des deux chamans, Dagamdhrak et Hruln, alors même que Borg et Vilzanawa faisait saigner de toute part les divers démons.
    Dans un fracas terrible le commandeur des soldats de l'effroi se jeta sur eux en même temps que l'infernal tombait en morceaux. Borg n'avais pas vu plus terrible combat depuis l'époque de l'arrivée sur Kalimdor, il cru même sa dernière heure ou celle d'un de ses amis arrivée alors que l’immense démon ricanait avec haine et mépris tout en plongeant sa main crochue vers eux, mais, finalement par une chance ou un talent incroyable, ils le mirent à terre et lui percèrent le coeur.

    Pas question de se reposer sur ses lauriers, Borg ordonna qu'on fouille les lieux, qu'on isole le prisonnier de la Lame Ardente qu'il avais assommé et alla voir ou Warru en était avec l'elfe.
    Il arriva alors que Warru voulait la convaincre du mauvais esprit de l'oracle kal'dorei, alors que celle-ci refusait de la croire, Borg insinua simplement qu'elle verrais la vérité de ses propres yeux, tôt ou tard.
    Il appris brièvement que l'elfe de la nuit était la soeur du chef des sectateurs, puis ordonna à Warru de la reconduire en sécurité, pile au même moment Vilzanawa vint le chercher, lui expliquant que de dangereux renforts de la Lame se pressait à la sortie.

    Dans une charge héroïque confinant à la brutalité pure, Zin'gun entama le premier rang de ces soi-disant "renforts" en quelques minutes à peine, la forteresse regagna un calme souverain.
    Zin'gun, très amoché, pu alors penser ses plaies, alors que Borg et Dagam en son nom remerciait les troupes de part et d'autres de la forteresse.
    Malgré la brutalité du combat les pertes semblait être minime, Borg décida alors qu'il était le bon moment pour aller interroger le prisonnier, le brutalisant sans finesse devant le cadavre du chef du dit prisonnier, lui hurlant au visage que le temps des démons était finis, Borg le projeta au sol avec colère. Ordonnant à Dagam d'utiliser la foudre pour le faire parler, sans plus de résultats, il laissa les gardes l'amener à Orgrimmar afin de l’interroger ultérieurement.

    Fier de ses troupes il les félicita avec force, les laissant au repos avant de rejoindre la salle du cristal. Poussant la poussière rouge restant ainsi qu'une petite boite de coté avant de s'asseoir en tailleur pour de méditer au calme, l'esprit bourdonnant.

    Son frère vint le trouver, peu de temps avant qu'une émissaire de Garrosh Hurlenfer en personne n'arrive.
    Borg lui expliqua la confiance qu'il avais en son suzerain et par extension en elle, mais que c'était une preuve forte et privilégiée du respect qu'il portait à Garrosh, puis la laisse s'installer dans le plus petit bâtiment, puis son frère le laissa.

    S'octroyant un repos bien mérité il s'endormit dans la pièce, terrassé par la fatigue, ignorant ou était le reste de sa petite troupe mais ne se faisant guère de souci pour eux.


    Dernière édition par Nagri le Sam 2 Fév - 19:32, édité 1 fois
    avatar
    Pluie de Plumes

    Messages : 163
    Date d'inscription : 26/12/2012
    Age : 24
    Localisation : Besançon

    Re: La Prise de la Forteresse de Hache-Tonnerre

    Message par Pluie de Plumes le Mar 29 Jan - 5:00

    Journée bousculée, étrange et à la valeur plus importante que je ne l'aurait pensé. La goût de la réussite et celui de la bataille, du sang impur, semblait avoir gagné ma bouche pour un certain moment.
    Mon corps se mit à trembler, à frissonner. Il se plaignait un peu, il se plaignait de plus en plus, en fait.

    Après la prise de Hache-Tonnerre, j'avais choisi de me rendre aux Tarides. En fait, je m'y sentais bien mieux qu'en Désolace, et pas seulement pour le temps. J'avais choisi un endroit paisible et joli à la fois, quelque chose d'agréable, pour faire une halte. Mes pas ne me guideraient pas ailleurs.
    J'étais donc installé là, à côté d'un arbre dont la hauteur et la largeur me procurait une douce sensation de protection. Puis il y avait Lak'nala et Cha'mash, allongés la tête enfouie dans la fourrure l'un de l'autre. Je terminais tout juste de m'occuper du feu que m'avaient accordé les Esprits pour passer la nuit.
    Je levais les yeux au ciel. Malgré la fatigue, je ne trouverais pas le sommeil ce soir.



    On avait choisit de se retrouver à Orgrimmar, d'où nous partirions directement pour le village de Proie-de-l'Ombre, quelque chose comme ça, en Désolace, non loin de la forteresse de Hache-Tonnerre.
    J'étais le dernier, visiblement. Il faut dire que je n'étais pas très enjoué, mon esprit était ailleurs, mais où... Je n'sais pas.
    Sur place, je retrouvais Borg, Warru et Zin'gun, que nous avions accompagné, quelques heures avant, auprès de Thrall. En plus de ceux-ci, Dagamdhrak et Vilzanawa étaient au rendez-vous, et c'était une bonne chose.
    L'esprit toujours ailleurs, nous partîmes tous pour Désolace. Les uns volaient à dos de Coursiers, et les autres, moi, j'avais choisi de faire le trajet à terre, avec mes compagnons à quatre pattes. Le voyage fut moins long que celui de mon retour, et il s'avérait être le plus agréable des deux. La vision de cette volée au dessus de moi, que je suivais tant bien que mal, avait un petit quelque chose qui faisait chaud au cœur, bien qu'il manquait certainement une personne... Peut-être mon esprit était resté, quelques minutes encore, là bas, près d'elle. je ne me rendais pas parfaitement compte de ce qu'il se passait.

    Nous arrivâmes sur place, "gracieusement" accueillis par la pluie et le mauvais temps habituel des lieux. Les Coursiers reprirent le chemin inverse et rentrèrent à Orgrimmar. Nous, nous traversâmes cette région désolée jusqu'à rejoindre un point de rendez-vous. Après quelques minutes de trajet - qui furent sans doute trop longues pour certains -, j'apercevais un rassemblement : les troupes qu'on nous avait assuré étaient belles et bien là. Des raideurs Orcs, des grunts conventionnels, lanceurs de haches, écumeurs... Chanteguerres et Trolls mêlaient leurs rangs ensemble, rangs auxquels nous nous joignirent rapidement.
    Les choses se concrétisaient enfin. Je commençais à me réveiller, quelque chose se mis à brûler en moins, à grandir petit à petit. L'impatience.

    Lak'nala était restée auprès de moi. Elle se tenait contre ma jambe gauche, comme elle le fait bien souvent ces jours-ci. Cha'mash était quant à lui partit rôder dans les environs, il serait revenu nous prévenir d'un danger s'il le fallait... Il faisait toujours ça.

    Je roule des yeux, posant finalement mon regard sur son corps endormi.

    Puis Borg parla. Je dois avouer que je n'écoutait qu'à moitié, je pensais déjà à ce qui allait se passer, je me remémorait la demande qu'on m'avait fait. Mon cœur rugissait silencieusement, fier. Je reviendrai vivant, et mes compagnons de bataille en feraient de même, me répétais-je plusieurs fois.
    Mon frère assignait les postes de chacun, j'étais avec Dagamdhrak, le jeune Chaman que j'avais rencontré aux Tarides il y a de cela quelques semaines. C'était fou de le voir ici, c'était fou de voir comme les choses changeaient autour de nous. Nous partirions de front avec une partie des troupes et laisserions Vilzanawa et Borg mener le reste des soldats jusqu'à un point accessible des remparts nord. C'était ingénieux, ces deux là étaient fait pour les prises à revers, sournoises et discrètes.
    Je me souvenais que Vilzanawa avait "joué" avec Dagamdhrak toute une journée, celle où j'ai rencontré ces deux énergumènes. Elle prenait plaisir à faire tourner la tête du jeune Orc, l'observant, le traquant, sans lui donner l'occasion de la repérer. Elle m'avait souvent épaté. Elle portait bien son nom... Vile Traqueuse.
    Quant à mon frère, je n'avais pas de doutes à avoir. Il était un Orc dans la droite lignée de celle de nos parents, à l'inverse de ma propre personne. J'avais entendu bien des choses sur la Main-Brisée, des choses que j'aurai certainement du apprendre si tout s'était passé normalement. Mais je ne regrettait rien, bien au contraire, j'avais eu la chance, dans un sens, d'avoir vécu ce que j'avais vécu.

    Un longues-cornes s’avança soudainement, traînant ses lourds sabots dans les cendres grisâtres qui recouvrent encore le sol de cette région. Il avait à faire remarquer sa présence, à montrer qu'il n'était pas un soldat. Le Tauren, qui portait une tunique orangée et trainait un grand bâton de bois décoré, coupa la parole de Borg. Ce n'était pas de l'irrespect. Il tenait à munir celui-ci d'une pioche et d'une tâche bien précise. D'après ses dires, un cristal écarlate d'origine démoniaque se trouvait gardé dans l'un des bâtiments de la forteresse. Source des portails entretenus par les sectaires, il fallait absolument le détruire.

    Puis Borg reprit son discours. Je passais les mains dans la fourrure épaisse de la louve, écoutant son frère parler.
    "Ces traitres" dit-il, "ces corrompus" ajoutait-il... A mesure qu'il s'élançait sur le sujet, à mesure qu'il étendait ses paroles, désignant nos ennemis, ceux qui rabaissaient l'image de la Horde à celle d'un ramassis de couards, éternels esclaves de forces obscures, mon âme se mettait à trembler et mon poing droit se refermait fermement. Je sentais vibrer mes entrailles, réagissant au souvenir de la peine, à celui du passé malheureux et à tous les souvenirs qui naîtront toujours autour de notre maudite et monstrueuse race.
    La tristesse, la colère... L'amour et l'honneur, tout se mélangeait en moi en un fracas quasi-divin dans lequel mon esprit baignerait bientôt complétement.

    "Lok'tar Ogar!" entendais-je crier.
    Chacun d'entre nous se mit alors à crier aussi fort qu'il le pouvait, des "Pour la Horde", d'autres cris de guerres, des rugissements tonitruants faisaient raisonner nos corps, nos armes et nos oreilles. Voici l'heure du chaos, pour beaucoup le dernier.

    Les groupes se séparèrent comme prévu. Le mien se dirigeait à grands pas vers l'objectif, la forteresse de Hache-Tonnerre ne porterait jamais si bien ce nom.

    Une grande colline, nous empruntions le chemin le plus direct pour atteindre le fort situé au dessus, par la porte d'entrée en quelques sortes.
    Des Orcs que j’appellerai "impurs" et leurs serviteurs infernaux - ou peut-être était-ce l'inverse - nous barrèrent déjà la route. Nos corps rencontrèrent les leurs dans un choc incroyable. La charge freinée, les premiers coups de haches étaient donnés, dans l'espoir de pouvoir continuer à avancer. Nous attirions l'attention des patrouilles et des gardes, permettant au second groupe d’œuvrer en toute quiétude.
    Les masses écrasaient les os, les chairs s'ouvrirent sous le tranchant des lames et les corps tombèrent sèchement.

    De mon côté, je n'avais pas manqué d'implorer les esprits avec un respect aussi profond que la rage extrême qui ne cessait de gonfler mon courage. Rugissant, je quémandait les forces élémentaires, quand soudain, un premier éclair, puis deux, trois, quatre s'écrasèrent sur les cibles que désignaient mon regard.
    L'Esprit du Feu m'avait entendu, sa colère accompagnerait ma main. Mes yeux plissaient sous la lumière et mes oreilles tremblèrent à nouveau sous le bruit insoutenable de la foudre. Le feu naquit des cadavres électrocutés et de morceaux de bois provenant de structures littéralement déchirées.
    Nous avancions, parfois plus lentement c'est vrai, mais toujours nous reprirent le dessus. Je ne vis pas un des nôtres tomber, malgré les blessures. C'était le chaos tout autour de nous. Ça sentait bon l'honneur et la bravoure.

    Nous partîmes cinq cents... Nous vîmes trois milles. C'était cette sensation qui se ressentait. Bien sûr nous étions moins, mais tout aussi zélés.

    Le sol se mit à trembler. Ce n'était pas l'Esprit de la Terre qui grondait pour venir à notre aide, non, derrière les quelques impurs toujours en vie avançait un énorme, un gigantesque démon composé de rochers peu communs, puant la noirceur des Sombres, et luisant d'une aura verdâtre entre les flammes et l'énergie corruptrice. Cet infernal là avait une taille trois fois supérieure aux autres, et nous vîmes quelques démonistes l'accompagner.
    Alors, à nouveau, la foudre frappa autour de nous. L'être gigantesque trembla. Ses coups étaient massifs et impitoyables, ils trainent une puissante bourrasque à chaque fois qu'ils s'abattaient près de nous. Son horrible odeur emplit mon nez.
    Les démonistes tombèrent tour à tour, je voyais Zin'gun tournoyer dans la mêlée, abattant son arme sur tout ce qui croisait son chemin. C'est à peu près tout ce que mes yeux arrivaient à distinguer car les cendres volaient dans la bataille. Bientôt, l'infernal se retrouverait seul devant nous, plusieurs Chanteguerres s'occupant de retenir les quelques renforts qui venaient à nous, jusqu'à ce que des flammes vertes, immenses, ne bouchent l'entrée du bastion. Elles contrastaient avec celles qui léchaient l'infernal, tentant de se frayer un chemin dans l'action pour permettre aux autres de saboter le corps du démon.

    Nous continuions de rugir, de plus belle.
    Je me tenais assez loin pour ne pas avoir à esquiver les coups de la machine à détruire, mais ce n'était pas le cas de tous, je le savais sans pourtant y penser, enivré par le sang qui jonchait les corps. A mesure que mes compagnons se battaient et que l'Esprit du Feu se déchainait, je vis l'immense créature se mettre à chanceler dangereusement. Un ultime éclair s'écrasa sur sa masse, des rochers s'élevèrent du sol et se lancèrent, tournoyant, à la rencontre du corps démoniaque, en harmonie avec les coups de mes frères et sœurs. La chose s'écrasa au sol. Le son de sa chute était seul au milieu des cris et des crépitements des flammes. Plus de lames, plus rien qui s'écrasait nulle-part. Nos cris cachèrent tout ça.
    Un instant seulement.

    Je rapproche mes grosses mains vertes des flammes, la nuit se rafraîchit...

    Un instant seulement car quelque chose se mis à crier, à proférer des affirmations relatives à nos morts prochaines, quelque chose se moquait de nous ouvertement. On entendait sa voix dure à des mètres de là.
    Zin'gun se mit à courir, contournant les remparts dans le but de trouver une failles afin de rejoindre Borg et la Traqueuse à l'intérieur. Il dut certainement nous ordonner de faire la même chose, mais mes yeux et mes oreilles ne répondaient de rien.
    Lak'nala grondait à mes côtés, sans que je ne m'en rende compte. Je me suis mis à rugir, priant les Esprits de contenir les flammes verdoyantes. J'ai foncé droit dans le brasier qui s'élevait en lieu et place d'un quelconque portail, gardant l'entrée de la forteresse, les Esprits n'avaient pu le diminuer qu'une fraction de seconde.
    Je sentis mon corps frissonner, se refroidir soudainement avant de se réchauffer petit à petit. La soif de combat, m'empêchait de ressentir une quelconque douleur, pourtant, les flammes avaient traversées la maille qui me recouvrait. Elles avaient rongées mon armure et une partie de mes vêtements.

    En ouvrant les yeux que j'avais fermé lors de la traversée, je me rendis compte que nous étions au milieu de plusieurs bâtiments et, surtout, d'un nombre important de membres de la Lame Ardente. Leurs infernaux tombèrent, eux aussi. Je ne sais pas comment ils avaient fait, mais j'étais content de voir mes compagnons autour de moi.
    Dagamdhrak soutenait Zin'gun et Warru, leur permettant de se frayer un chemin. Encore une fois, les ennemis tombèrent petit à petit alors que les nôtres supportaient la douleur des déchirures et autres plaies ouvertes. Le chaos.
    Lak'nala à mes côtés, je suivais les autres qui s'engouffraient dans le bâtiment en face de nous, laissant les Chanteguerre s'occuper dehors.

    Un Kal'dorei et des Orcs s'en prenaient à Borg et ceux du second groupe. Nous nous ruèrent à leur secours et mirent à terre chacun d'entre eux, y compris deux espèces de chiens difformes, rouges, couverts de pointes et armés de rangées de crocs acérés. La pièce était nettoyée.
    Un instant de calme. Le vent soufflait en moi, dehors aussi.
    Ce n'était pas la fin.

    Nous nous rendirent, sans un mot les uns pour les autres, dans le second bâtiment.
    Soudain, nous fument retenus, comme plusieurs fois auparavant déjà, par une pluie enflammée qui s'abattait sur nous. Ce n'était pas les éléments eux-mêmes, c'était la magie maudite des noirs-penseurs, comme je les nomme.
    Cela n'empêcha pas la Horde, la vraie, celle qui ne souffre ni de corruption ni des chaînes, d'envahir le second bâtiment, marchant sur et entre les corps, couchant ceux qui s'interposaient. Bien sûr, je ne voyais pas tous ceux qui des nôtres tombèrent...

    Au centre de la salle, nous découvrîmes le fameux cristal. Il était gros, rouge comme un rubis, et des sectaires s'occupaient de lui comme un dragon garde son trésor. Borg se faufila jusqu'à lui, dégainant la pioche que le Tauren lui avait confié. D'un coup, d'un seul, il dispersa le précieux cristal en quelques morceaux, lui-même projeté en arrière dans le choc. Le bruit des morceaux tombant à terre sonnait comme du verre cassé. Les démonistes subirent le même sort que leurs prédécesseurs, et nous trouvâmes au milieu de leurs corps inanimés, une autre Kal'dorei, inconsciente.
    Personne ne l'avait touché. Sa présence attisa la curiosité de mon frère qui chargea les deux autres Orcs - le Jeune et Warru - de s'occuper d'elle, dans le bon sens du terme.

    Les autres sortirent. Je les ai alors suivi pour constater que nos troupes, celles de Thrall et de Hurlenfer, avaient prit cette partie de la forteresse.
    Néanmoins, il restait une tour de guet qui n'avait pas été vérifiée et des hommes se jetèrent sur les imprudents qui passèrent à côté, blessant Zin'gun au niveau du dos.
    Maîtrisés, nous respirions tous un instant.

    Quelque chose interrompait soudain ce repos. Quelque chose apparu dans une sorte de rugissement impérial et anormal qui déchira le ciel et nos tympans avec. Il pleuvait des cordes. Warru et Dagamdhrak se précipitèrent dehors.

    Il était encore plus gros que le premier, et d'un tout autre aspect physique. Tirant sur le rouge, le visage orné de deux immenses cornes, un gigantesque démon était apparu de nulle-part, et lui et ses sujets s'empressèrent de s'attaquer aux soldats près d'eux.
    Les cris s'enchainèrent, souffrance, colère, impossible de tout comprendre. Je rugissais à nouveau, redressant la tête afin d'obtenir toute la puissance dont je pouvais faire preuve, les yeux avides et injectés de sang.

    Une nouvelle fois, j'en appelait aux Esprits. Je demandais de l'aide, pour les miens plus que pour moi. Alors, ils répondirent. La Terre préserva mes compagnons à plusieurs reprises, la foudre avait reprit ses chutes et mon regard ne savait plus où se poser.
    Les démons étaient redoutables, ils résistaient incroyablement, ils étaient beaucoup, grands, impressionnants. Rien ne les empêcheront de tomber à leur tour, après plusieurs longues minutes de lutte acharnée. L'immensité qui était apparue en avait perdu le rire si particulier qu'il crachait sur nous. Lui aussi tomba, son corps transpercé, déchiré, écrasé, brûlé...

    Brûlé. Je n'y pensais déjà plus, à tort.
    En fait, ce moment précis de la bataille était sans doute le plus excitant. Des détails, mon esprit n'en a pas gardé beaucoup, j'étais guidé par une force sans faille, j'étais devenu à la fois sourd et aveugle.

    Le calme retomba un peu plus tard.
    Nous nous rendîmes auprès de cette fameuse Kal'dorei alors que certains fouillaient les lieux. Je n'étais pas d'accord pour qu'on tienne un discours à propos de l'Oracle devant elle, ce n'était ni le lieu, ni le moment, et ça n'avait aucune utilité.
    D'autres se chargèrent d'un prisonnier, tentant de le faire parler. Le dialogue avec la longues z'oreilles n'avait visiblement pas donné grand chose, il en était de même pour le prisonnier Orc qu'on amena aux Chanteguerres.

    D'autres membres de la Lame Ardente étaient arrivés d'on ne sait où, en renfort. Vilzanawa avait, comme à son habitude, repéré le mouvement de troupe et nous informa de celui-ci, qu'on intercepta dans une ultime charge. C'était devenu un jeu, nous débordions de confiance et je ne me rendais absolument compte de rien, c'était l'euphorie totale. Tant de fureur était contenue dans nos cris, trop de rancœur avait été accumulée. La plaine résonnait de nos rugissements trop fiers, gouttant une dernière fois au chaos de la bataille. Le silence avait été troué une dernière fois par les bruits endiablés du fer qui se croisait, des corps qui se perdaient et des éléments qui se déchainaient. L'assaut final était lancé, le sort en était jeté.

    Derrière et devant nous, les cadavres balayés par le vent semblaient, à mon esprit, se traîner pour s'enfuir.
    Plus rapidement que ça ne l'avait jamais été, le calme est revenu : les gémissements se taisent alors. Les prières se sont tues, les morts n'en n'ont que faire... Leurs os blanchiront lentement six pieds sous terre, à moins ne les brûles, entassés les uns sur les autres, pendant que les survivants oublieront cet enfer jusqu'au prochain.

    Je suais, j'étais épuisé comme bien d'autres. Nous nous reposèrent un moment encore pour finalement terminer ce que nous avions commencé. Nous avons tout fouiller, nous nous sommes félicités les uns les autres. Pourtant, j'étais déçu...
    Mon regard - calmé - rencontra celui, sans vie, d'un loup de guerre et de son Orc. Un Chanteguerre, il y en avait d'autres, bien sûr.
    Lak'nala se rapprocha de moi, haletant, la fourrure salie. Elle était trempée, on remarquait sa maigreur particulière.
    Mon cœur s'enferma dans une boite.
    D'une voix chancelante et maladroite, alors que je m'étais agenouillé près de l'Orc, je demandais à l'Esprit de la Vie de redonner un peu de celle-ci à ce vaillant combattant et son compagnon, qui s'était dévoué à nous. Je ne voulais pas de la mort des nôtres, aucun, qu'ils soient proches ou non. Je m'en voulais. L'Esprit de la Vie ne m'a pas répondu, pourtant, je savais qu'il n'avait pas laissé nos alliés sans rien.
    Je lui en voulais très peu, c'aurait été injuste. Les Eléments avaient été généreux, mais certaines non réponses, d'autres insuffisantes, avaient un goût amère. Je culpabilisais. Qu'avais-je raté? Plein, trop de choses.

    C'est alors que mon corps frissonna, quelque chose m'infligeait une dérangeante morsure.

    Vilzanawa, elle qui voyait tout, vint à ma rencontre, me prévenir de la présence de quelqu'un. Je suivis la Trollesse avec envie, impatient.
    Elle était là. Mais elle repartit quelques secondes plus tard, sans plus d'explications qu'un "Je n'aurai pas du être là"... Elle nous avait observé quelques temps, quelques minutes seulement.
    J'étais heureux de l'avoir vu.

    C'est alors que j'ai rejoins les autres, en particulier mon frère. Nous restâmes silencieux, l'un en compagnie de l'autre, dans la pièce centrale du premier bâtiment, encore sali du sang impur des Orcs de la Lame Ardente. Déjà le nettoyage commençait.
    On vit même une Émissaire de Hurlenfer nous annoncer son arrivée. Elle s'installerait dans le bâtiment à côté.
    C'était dingue, mais c'était une réussite, on avait prit cette forteresse, pour la Horde!

    J'ai laissé mon frère là, et je suis parti pour les Tarides. Mon corps se réveillait à grands pas. Toute la douleur que j'avais accumulé en moi se relâcha, les lourdes brûlures rongeaient ma peau mais ma volonté restait forte. J'étais épuisé. J'étais faible et il me faudrait du repos, et des soins, que je trouverais plus tard, au chaud. Mais ça... C'est une autre histoire.

    L'Orc aux longues tresses blanchies s'était endormi.


    Spoiler:
    Bon, désolé. C'est très long, c'est brouillon. J'ai volontairement pas corrigé ce détail parce que, finalement, le rythme et la qualité varie suivant les moments... Comment dire.
    C'est propre au début, à la fin, et au milieu c'est le bordel. Ça représente assez bien ce qu'il s'est passé, la bataille et tout le reste. Si certains points ne concordent pas avec les autres rapports, si certains sont vagues, si certains sont incomplets ou paraissent étranges, c'est normal et voulu. Prenez les choses comme elles sont écrites, c'est la vision de Hrul'n qui est exposée (sérieux, même moi j'ai du mal à écrire son nom -_-). La folie de la bataille a certainement déformé ses pensées Wink.

    J'ai aussi pu faire des erreurs, je n'aime pas forcément raconter ce que j'ai vécu quelques jours plus tôt parce que je suis maniaque et que j'aime écrire et raconter les choses comme elles étaient exactement. Je suis désolé. Pourtant, j'aime vraiment raconter ce genre de choses... Mais j'ai tellement de choses dans la tête que ça m'a toujours emmerdé et empêché d'écrire des textes jusqu'au bout.

    Quoiqu'il en soit, je ne suis pas très fier, la qualité n'y est pas, mais... Vu l'heure jusqu'à laquelle tout ça m'a conduit, je ne vais pas essayer mieux...
    J'espère que ça ne vous pose aucun problème ^^
    avatar
    Keritos

    Messages : 20
    Date d'inscription : 01/12/2012
    Age : 24
    Localisation : la Motte d'Aigues

    Re: La Prise de la Forteresse de Hache-Tonnerre

    Message par Keritos le Mar 29 Jan - 15:14

    Spoiler:
    A mon tour de poster un pavé!
    Le grand soir était arrivé, celui où Warru allait réellement faire ses preuves en tant que guerrière accomplie du clan Chanteguerre. C'était aussi le soir où la secte de la Lame Ardente allait subir une terrible défaite dont elle souviendrait amèrement.
    De plus, le chef de guerre Thrall et le chef de clan Chanteguerre Garrosh avaient mobilisé chacun de leur côté des combattants pour la prise de la forteresse. Chose qui avait rempli de fierté la jeune Orque, car ils allaient tous suivre sa stratégie pour prendre d'assaut la place forte. Et elle allait briller parmi les membres de la Vraie Horde.

    Elle même, Borg, Dagamdhrak, Hrul'n et Zin'gun se rejoignirent aux portes d'Orgrimmar, passant en revue leur équipement, avant d'enfourcher les coursiers du vent qui les menèrent au village de Proie de l'Ombre, en Désolace. De là ils chevauchèrent vers le centre de la région, en route vers leur destin, qui était de vaincre.

    Le groupe se rassembla donc au pied du poste du Rôdeur Fantôme, où Vilzanawa et les soldats de Horde attendaient déjà. Là, un discours enflammé de la part de Borg fut prononcé, et le moral des troupes monta au plus haut. La pluie battante renforçait l'intensité du moment.
    Après cela, Warru exposa son plan aux combattants présents, il consistait en deux actions simultanées. Tout d'abord, un groupe devait passer derrière les lignes ennemies via le surplomb du nord, pendant ce temps, le plus gros des forces devait occuper la plus grande partie des forces de la Lame Ardente à l'entrée de la forteresse, au sud-est.
    Borg se chargea de répartir les groupes. Lui même, Vilzanawa et le groupe de combattants envoyé par Thrall attaquerait au nord. Pendant que Warru, Zin'gun, Dagamdhrak, Hrul'n et les soldats Chanteguerre allaient charger l'entrée principale.
    C'est alors qu'intervint un Tauren, alors que tous étaient prêts à aller au combat, se dénommant Taiga Crin-sage. Dans l’intérêt de tous, il demanda au voleur Orc de récupérer l'objet dont se sert les sectateurs pour invoquer les démons en Désolace via les portails du Convent de Mannoroc, la Main d'Iruxos, contenue dans une boîte démoniaque, elle même piégée dans un énorme cristal rouge. Pour récupérer la boîte, il offrit à l'Orc une pioche, une pioche certes, mais une pioche spéciale. Ensuite, le Tauren s'en retourna d'où il venait, souhaitant bonne chance aux valeureux combattants.

    Nos courageux héros de la Horde partirent donc en direction de la forteresse, se divisant en deux groupes comme prévu.
    Et l'assaut commença, toujours couvert par une pluie qui n'en finissait pas. Les cris de guerre se firent entendre dans la plaine dénudée de Désolace, surprenant les sectateurs en faction à Hache Tonnerre. Les lames s'entrechoquèrent, la fureur et la rage retentirent, le sang coula à flot, ruisselant sur le sol rocailleux et grisâtre, la pluie le faisant dévaler le long de la pente menant à l'entrée de la forteresse.
    Mais alors que les assaillants allaient pénétrer dans l'enceinte de Hache Tonnerre, un tourbillon de gangreflammes bloqua l'entrée. Et d'immenses infernaux en sortirent, mais cela ne suffit pas à stopper le groupe. Ces derniers se battirent avec courage et détermination, tailladant les corps de pierres gangrenflammées, les bombardant avec la puissance des éléments, jusqu'à ce qu'ils s'effondrent en un tas de gravas. Dans une tentative d'ouvrir un passage, Hrul'n implora les esprits du feu de calmer les gangreflammes, ce qui marcha certes, mais quelques instants à peine. Le groupe pu passer mais non sans mal, ils subirent des brûlures que les chamans purent guérir. Dans la foulée fut tué celui qui était l'invocateur de ce gangrefeu, faisant disparaître le brasier verdâtre.
    Mais la bataille était loin d'être finie, les deux groupes se joignirent pour ne refaire qu'un et investirent le bâtiment principal de la forteresse. Dans lequel se trouvait celui qui était apparemment le chef : Tyranis Malem, accompagné de sa garde personnelle, un Elfe de la Nuit corrompu.
    Le combat qui s'en suivit fut très intense, Tyranis se battait comme un lion, infligeant des blessures à tous. Au moment où il se sentit acculé par les braves guerriers, il invoqua des gangrechiens monstrueux, arrivant toujours plus nombreux. Mais nos héros étaient résolus à en finir avec ce fou, mettant fin à ses jours. Dans un dernier râle il clama à ceux qui l'avaient occis qu'ils étaient condamnés.
    Comprenant où il voulait en venir, ils se ruèrent vers le deuxième bâtiment, qui contenait, lui, le cristal rouge contenant la boîte démoniaque, au-dessus duquel rugissait un portail. En effet, les sectateurs tentaient d'invoquer un quelconque démon, mais les assaillants étaient décidés à ne pas les laisser faire.
    Pendant que les attaquants massacraient les défenseurs, Borg s'occupa de détruire le cristal avec la pioche magique. Chose qu'il réussit, permettant de récupérer la boîte, et interrompant le rituel par la même occasion. Enfin... c'est ce qu'ils pensèrent au premier abord...
    Mais l'air se faisait plus lourd, écrasant même.

    Dans le bâtiment se trouvait une Elfe de la Nuit inconsciente, dont dû s'occuper Dagamdhrak et Warru pendant que les autres ressortaient. Cette dernière s'occupa de la ligoter avec une corde, on est jamais trop prudent. Le jeune chaman finit par sortir aussi, les bruits de combat et les cris de guerre avaient repris.
    Quand la jeune Orque sortit à son tour, des démons étaient en prise avec les soldats de la Horde. N'écoutant que son courage et sa fureur toujours grandissante, elle se rua sur les créatures démoniaques.
    Les combats furent rudes, mais pas autant que quand les assaillants firent face au chef des démons, qui avait été invoqué juste avant que le rituel ne soit stoppé. La créature impie était détentrice d'une force monstrueuse, et était épaulée par ses serviles serviteurs. Les coups de haches, d'épées, les flèches et les attaques élémentaires fusèrent sur le commandant démon. Il répliqua avec ses sorts gangrenés et des coups dévastateurs. Ses alliés démoniaques faisant de même pour tenter d'abattre leurs ennemis. Mais nos vaillants héros tinrent bon et finirent par triompher de l'immonde bête, qui s'étala au sol de toute sa lourdeur, invectivant et maudissant tout en lâchant son dernier soupir.

    Victoire! Pour la Horde! Les Chanteguerre toujours vaincront!

    La Horde put enfin crier victoire quand tout redevint enfin calme, que le ciel avait tarit ses larmes et que tous les ennemis gisaient sur la surface désolée. Tous purent enfin souffler, mais l'ennemi rôdait peut être encore, alors tous les bâtiments furent fouillés.
    Un sectateur fut fait prisonnier, mais ne répondit à aucune question malgré les coups et les menaces. Alors on l'attacha et le mit sous bonne garde.
    Warru de son côté s'occupait de la prisonnière, révélant s’appeler Dalinda Malen et être la sœur de l'Elfe de la Nuit démoniste qui dirigeait ces lieux, d'ailleurs elle paraissait réjouie de sa mort. La jeune Orque, tenta de la convaincre d'espionner l'Oracle d'Elune contre sa liberté, lui révélant tous les soupçons qu'elle lui portait, mais l'Elfe s'y refusa. Alors Borg, qui était revenu, lui dit seulement que la vérité se présentera un jour d'elle même. Le chef maraudeur de la Vraie Horde ordonna à Ragelame de la reconduire en sécurité à la Combe de Nijel.
    C'est à ce moment que Vilzanawa arriva en trombe pour signaler que la Lame Ardente contre-attaquait, alors tous sauf Warru et la prisonnière se précipitèrent dehors pour riposter.
    Mais voyant qu'essayer de convaincre Dalinda ne servait à rien, la Chanteguerre défit les liens et se rendit au combat pour épauler ses frères d'arme. L'escarmouche fut courte et la Lame Ardente était à nouveau vaincue. L'Elfe en profita pour s'échapper, mais ce n'était pas un grand mal, car elle allait sans doute prévenir les soldats de la Combe que la Horde l'avait sauvé et avait écrasé les sectateurs de la forteresse de Hache Tonnerre.

    Quand tout fut enfin finit, on sut tout de suite que la victoire était totale. Tous les ennemis étaient morts, sauf un qui avait été fait prisonnier, la Main d'Iruxos était sous contrôle et pouvait être à présent utilisée pour fermer les portails du Convent de Mannoroc, les bâtiment de la forteresse n'ont pas été endommagés et ne demandaient qu'à être réaménagés.
    Les tâches se répartirent, Zin'gun se chargeait de récupérer le matériel et les écrits des démonistes pour l'apporte à Orgrimmar. Un soldat de Thrall se chargea d'amener le prisonnier à la capitale des Orcs. Les combattants Chanteguerre devaient rester en faction à Hache Tonnerre. Warru quant à décida de profiter un peu du calme pour se reposer avant d'aider à réaménager la forteresse aux couleurs de la Horde.
    Après, elle devra se consacrer à la "mission" que lui a confié Thrall et à l'objectif qu'elle poursuit et dont elle s'est entretenu avec Borg.

    Perso' je suis assez fier de cette prise, une grande victoire pour la Horde et pour notre groupe! On a enfin notre QG! YEAH!! Bientôt on chassera définitivement la Lame Ardente de Désolace, il reste à fermer le convent de Mannoroc
    avatar
    Alexandre

    Messages : 49
    Date d'inscription : 17/09/2012
    Age : 21
    Localisation : Québec

    Re: La Prise de la Forteresse de Hache-Tonnerre

    Message par Alexandre le Sam 2 Fév - 17:48

    Zin’gun se tenait là, à Désolace au Poste du Rôdeur-Fantôme, écoutant les ordres de Borg pour le plan d’attaque, le Troll grinça des dents, extrêmement impatient d’aller fauché les corps de ces mages noirs appartenant à la Lame-Ardente se trouvant à Hache-Tonnerre. Celui-ci n’écoutait presque pas les explications, se contenta de se dire à lui-même qu’il n’a qu’à prendre sa masse et écrasé les petites têtes de ses ennemis avec.

    Dès lors les explications prirent fin et que Zin et les troupes partirent vers Hache-Tonnerre, le guerrier brandi vers le haut sa masse, criant la gloire de la Horde et chargeant à toute vitesse vers l’ennemi, sans même prendre la peine se qui se trouvait autour de lui.

    Arrivé enfin au point stratégique de son groupe, Zin fonça sans plus attendre vers un des sectateurs se trouvant sur une petite colline, l’abatant à lui-seul, laissant le groupe s’occuper de l’autre mage noir se trouvant en bas de Zin et son adversaire.

    Après avoir décimé les premières troupes se trouvant devant l’entré de la base, un mur de gangrefeu se forma devant l’entrée, bloquant à toute ennemis voulant traverser celui-ci. Zin réfléchissant rapidement dans sa tête à une solution, un de ses compagnons, Hrul’n, tenta impulsivement de traverser le mur, les résultats ne furent que le chaman Orc fut repoussé en arrière, presque brûler entièrement. Soupirant de la stupidité de celui-ci, Zin aperçu d’autres sectateurs foncés sur eux, semblant être insensible par le feu créé par leurs alliés.

    Écrasant aisément ceux qui fonçait vers son groupe, mais avec un peu plus de difficulté quand des infernals chargea vers eux, Zin décida de contourné l’enceinte de la base pour essayer de s’infiltré dans celle-ci. Il trouva une brèche non-surveillée, sûrement emprunté par l’autre groupe qui accompagnait Borg et Vilzanawa pour affronté directement le Chef de Hache-Tonnerre. Empruntant la brèche, Zin regarda vers le mur de flamme pour voir qui semblait canalisé l’invocation, ce fut un Humain qui avait l’air d’en être responsable. Tête baissé, il fonça vers l’invocateur, mais il s’aperçu vite que celui-ci n’était pas vraiment seul… Combattant pour sa vie, Zin fracassait le crâne du mieux qu’il peut de la vague de garde qui tentait de l’avaler avec eux.

    Par miracle, le feu semblait avoir été éteint temporairement par le groupe de Zin, sans doute par les capacités chamanique de Hrul’n et de Dagamdhrak. Ceux-ci fonça vers l’ennemis que Zin combattait, dont celui-ci était extrêmement soulagé de cette aide qui sans elle, le Troll aurait sûrement péri sous les flammes démoniaques que les sectateurs projetèrent vers lui.

    Après avoir nettoyé l’entré de la forteresse où se trouvait sans doute le chef de ces mages démoniaques, Zin et les troupes s’assurèrent que tout ennemis se trouvant dans l’enceinte de la base était éradiquer. Plusieurs d’entre eux dont Zin escaladèrent une des tours de garde pour abattre les sectateurs se cachant pour leur vie, ainsi de courir autour de la forteresse pour voir si ils restaient des survivants.

    Ayant tué tout ennemis en dehors de la forteresse, Zin et ses compagnons rentrèrent dans la forteresse, laissant plusieurs Grunts et Lanceur de Haches surveiller l’entrée. Le combat fut assez brutal, l’Elfe de nuit qui semblait être le chef de tous ces serviteurs des ombres appela ses gardes pour arrêter les envahisseurs, invoquant même des Chasseurs corrompus pour dévorer leur chair.

    Réussissant à le vaincre, l’Elfe cria quelques mots, qui Zin n’écoutèrent point, où il répondit simplement comme réponse un cracha sur le cadavre de l’Elfe.

    Ayant vu une autre Elfe de nuit, gisant sur le sol, inconsciente, Zin se disait que ça aurait pu être leur repas de victoire, mais son avis n’était pas vraiment partagé de tout le monde. Alors que Borg ordonna à Zin de l’accompagné dehors pour vérifier si tout était en sécurité, ceux-ci virent d’autre sectateurs se trouvant dans une des tours de guet, dont ils moururent assez rapidement par les dagues empoisonné du voleur et par la masse massive du guerrier.

    C’est alors qu’un bruit assourdissant se fit entendre, une explosion… Zin se retourna des cadavres pour regarder vers le bas de la tour, vit un gigantesque Garde Funeste, accompagné de plusieurs démons dont un autre Infernal aussi imposant que brulant.

    Voyant ces démons, Zin et Borg émirent un grand cri de guerre, chargeant ceux-ci. Même en fauchant les vies de ces êtres démoniaques, d’autres démons semblaient apparaître de plus en plus en grand nombre. Le Troll, qui était en train de briser les os de ces démons mineurs, détourna son regard vers le Garde-Funeste, qui semblait être le commanda de ces nouveaux renforts. Il comprit alors que celui-ci invoquait des démons pour renforcer l’attaque et qu’il fallait donc le vaincre avant que celui-ci invoque entièrement une armée démoniaque contre la Horde.

    Après avoir presque tous risqué leur vie, les Soldats réussirent à vaincre le commandant démon ainsi qu’à décimé entièrement les démons restants. Ils retournèrent ensuite à leur fouille, isolant dans une des forteresses le dernier survivant de la Lame-Ardente qu’ils avaient fait prisonnier. Ayant aussi questionné l’Elfe qui avait repris conscience, et apprenant quelques informations à propos d’elle, le groupe entendirent Vilzanawa arriver vers eux, les expliquant que d’autres renforts se trouvèrent aux portes de la base. Bien moins nombreux et moins puissants que la subite attaque des démons, Zin et les autres les *Défoncèrent la gueule*, comme dirait si bien Zin’gun.

    Retournant dans l’enceinte de Hache-Tonnerre, Zin et tous les membres de la Vrai Horde presque allèrent interroger le prisonnier, essayant de lui soutiré des informations à ce dernier, autant par la force que par la magie. Sans succès, Borg ordonna tout simplement qu’on amène l’Orc déchu à Orgrimaar, où il sera sans-doute interrogé à nouveau à un autre moment.

    Criant à la victoire de la Horde, Zin décida de laissé les troupes à Hache-Tonnerre, retournant à Orgrimaar avec quelques objets qu’il a mit dans une caisse pour découvrir leurs utilités (qui s’avérèrent inutiles) et décida de prendre une bonne sieste mérité pour se régénéré de ses plaies pour ainsi pouvoir être rapidement prêt à une nouvelle bataille…
    avatar
    dagamdhrak

    Messages : 19
    Date d'inscription : 26/12/2012

    (en retard désolé)

    Message par dagamdhrak le Dim 3 Fév - 23:49

    Une bataille des plus glorieuse, sans le jeune Dagamdhrak cela aurais un échec cuisant. La puissance des éléments rendis les guerrier au alentours pratiquement invincible. Des groupes se fit avent l'assaut, d'un coté Borg, Vilzanawa en infiltration et de l'autre Dagamdhrak le jeune, Hrul'n pattes de loups et un Troll guerrier nommé Zin'gun sans oublié Warru ragelame.

    Au départ de simple démoniste pathétique, mais par la suite le ciel s'assombris et une pluie gangrener tomba et de par tout des démons apparurent. La puissance de deux chamane réunis était explosive. Hrul'n utilisant la puissance de l'orage et du feu pour détruire ses ennemies et Dagamhrak la puissance de l'eau et de la terre pour protégeai ses alliés. Zin'gun était devant avec une jeune Orc nommé Warru. Ils fessaient fasse à de nombreux démons.

    Quand soudain un mure de flamme coupa la route au groupe. Impossible de traversé, ils l’avaient bien compris quand Hrul'n se fit repoussé par les flammes. Après, les infernales prirent placent devant l'entré comme pour protégeai un des sectateurs qui se trouvé derrière le mure de feu. Zin'gun chargea les colosses de pierre. Bien plus puissant que les simple démonistes, ils se défendirent longtemps avent de mourir et soudain, pris dans sont élan le guerrier contourna par la gauche l'entré et infiltra le bastion et dans sont lancé, il chargea le sectateur qui se trouvé derrière le le mure de flamme.

    Comme coupé dans sa canalisation d’énergie le mure s'estompa et le groupe accoururent pour prêté main forte au guerrier. Les combattants mire à bas tout les ennemis qui barrait leur route. Au bous d'un moment les deux groupe se rassemblèrent pour formé une seul et unique puissance et ils foncèrent droit à l'endroit ou se trouvé le chef qui dirigé le bastion. Le combat fut rude car il y avait beaucoup de garde mais la puissance des deux groupe réunis fini par prendre le dessus sur l'elfe démoniaque et le tuèrent.

    Ils vérifièrent que le bastion était bien sécurisé et qu'il ne resté aucune trace de démons. Dagamdhrak fit appelé par Borg à l'intérieur d'un des bâtiments, il lui demanda d'aidé une elfe des bois qui était allongeait sur le sol, dans les pommes. Puis ses pouvoir furent redemandé pour tenté de faire parlé un des démoniste que borg avait assommé au début de la batailles. Dagamdhrak fit appel au pouvoir de la foudre pour torturé sont ennemie.

    Par la suite Vilzanawa et le jeune Dagamdhrak furent envoyaient au alentours pour vérifié si il y avait encore des trace des sectateurs. La vil chasseuse repéra un rassemblement d’ennemie et alla directement prévenir le reste du groupe qui se trouvé encore dans le bastion pendant que Dagamdhrak resta sous sa forme de loups pour surveiller les mouvement ennemie sans se faire repéré. Quelque minute plus tard, tout le groupe fonça sur les dernier survivant et les massacrèrent. Ensuite vain les félicitations de tous, venant du groupe de chante-guerre et des aides venues d'Ogrimmar. Borg chargea pour terminé Dagamdhrak de remercié toute les personnes qui avait aidé lors de l'assaut et de leur demandé en premier temps de rassemblé les cadavres des ennemies et ensuite de tout faire brûler.

    Et cette victoire sur les démons restera a jamais gravé dans la mémoire du jeune chamane.
    avatar
    dagamdhrak

    Messages : 19
    Date d'inscription : 26/12/2012

    Re: La Prise de la Forteresse de Hache-Tonnerre

    Message par dagamdhrak le Dim 3 Fév - 23:51

    Spoiler:
    Ayant eu des petit bug de pc, j'ai loupé environs 10 minute de combat et quelques autres trucs donc pardonnez moi si je n'est pas écrie un pavé Wink

    Contenu sponsorisé

    Re: La Prise de la Forteresse de Hache-Tonnerre

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 17 Juil - 10:37